La Captive de l'hiver


ORIGINE
France
La Captive de l'hiver Affiche

LITTÉRATURE
ANNEE
2001
AUTEUR

Serge Brussolo

Critique Littéraire La Captive de l'hiver
Marion est occupée à restaurer les sculptures d'un monastère, un travail qu'elle réalise à la perfection. Une nuit, un équipage viking accoste et massacre tout le monde, avant de l'emmener. Leur chef, resté fidèle aux valeurs ancestrales alors que ses contemporains se sont converti au christianisme, est persuadé qu'elle est une sorcière. Il a décidé de la ramener chez lui pour qu'elle s'occupe des statues de glace représentant les dieux. En effet, si elles se détériorent du fait de la venue du printemps, cela signifiera de grands malheur pour le clan. Mais cet enlèvement recèle un sombre désir, et Marion doit s'atteler à rester en vie, entre la folie et les complots qui font rages autour d'elle.

Serge Brussolo est un auteur extrêmement prolifique, ayant oeuvré dans tous les genres de l'imaginaire, comme le policier, l'horreur (CAUCHEMAR A LOUER), la science-fiction et même quelques romans jeunesse (PEGGY SUE ET LES FANTOMES). Mais une grande partie de son œuvre se positionne dans un contexte historique, que ce soit le Moyen-Âge (HURLEMORT) ou d'autres époques, comme l'antiquité égyptienne (LE LABYRINTHE DU PHARAON). C'est d'ailleurs dans ce genre particulier que les éditeurs aiment voir évoluer l'auteur.

LA CAPTIVE DE L'HIVER est le deuxième ouvrage de l'auteur à prendre comme héroïne Marion l'ymagière. Et, s'il est parfois fait référence aux événements du livre précédent (PELERINS DES TENEBRES), l'un des protagonistes ayant par exemple parlé à Rök, le chef responsable de l'enlèvement de Marion, des pouvoirs de cette dernière, LA CAPTIVE DE L'HIVER est une aventure complète et peut aisément se lire seul.

Serge Brussolo décrit dans ce court livre l'enlèvement de la jeune femme et sa vie parmi des Vikings si particuliers, puisqu'ils refusent le christianisme et continuent à vénérer les anciens dieux. Mais aussi, ils enferment leurs défunts dans la glace, et l'ombre de d'une sorcière morte continue à planer sur le clan. L'ambiance est très bien retranscrite, que ce soit les coutumes,la peur de la magie, les fous de guerre et d'autres détails, et il est aisé de se laisser plonger dans cet univers atypique. D'autant que l'auteur a l'intelligence de ne jamais quitter le point de vue de Marion, et donc de quelqu'un qui ne connaît rien à cette culture. Ainsi, le lecteur va, comme son héroïne, de découverte en découverte, certaines étant surprenantes même pour un lecteur connaissant les mythes et légendes nordiques, comme cette volonté pour ce petit clan de vivre sous terre, dans une cité de glace. A cela s'ajoutent des complots divers, et la surprenante découverte d'un terrible secret.

LA CAPTIVE DE L'HIVER est une agréable lecture, à l'ambiance sombre et captivante. Hélas, Serge Brussolo ne prend jamais de risque. Marion se rapproche, dans son inactivité et son désir des hommes l'entourant et qui la font commettre des erreurs de jugement, de l'héroïne du LABYRINTHE DU PHARAON. De plus, si certaines révélations peuvent surprendre, la manière dont se conclue la crainte de la folie de Rök ou dont s'achève le livre, se révèlent trop brusques et, vu la petitesse du livre (300 pages), l'auteur aurait pu développer certains points sans peine.

Ainsi, LA CAPTIVE DE L'HIVER se lit avec plaisir, mais le lecteur habitué à Serge Brussolo sera toujours en terrain connu, et on ne peut que regretter ce manque de prise de risque.

Yannik Vanesse
05/01/2016
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Chroniques Infernales
AUTEUR DE L'ARTICLE: Yannik Vanesse
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Les Sentiers de la haine
Holocauste Nazi
Savage Weekend
Le Pionnier de l'espace
Le Scorpion Rouge
Alien, le Huitième Passager
Cannibal Holocaust
Halloween (John Carpenter)
Le Masque du Démon
Zombie

Vous aimez La Captive de l'hiver ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €