La Chambre Noire

Anshitsu


ORIGINE
Japon
La Chambre Noire Affiche

ANNEE
1983
REALISATION

Kirio Urayama

INTERPRETES
Kôji Shimizu
Rie Kimura
Yoshimi Ashikawa
Eimei Esumi
Jun Hamamura
Kotoe Hatsui
Yuki Kazamatsuri
Critique La Chambre Noire
{Photo 1 de La Chambre Noire} Le terme de roman porno est une trouvaille marketing de la société de production Nikkatsu, tout près de la faillite à la fin des sixties, c'est sous cette appellation qu'elle désigne les nombreux films érotiques qu'elle va produire à partir de 1971. Les pornophiles occidentaux amateurs de chair désincarnée seront déçus par l'érotisme soft du genre imposé par une censure très présente, par contre les cinéphiles sauront apprécier une grande qualité plastique doublée d'une réflexion passionnante sur la condition féminine japonaise. La grande force du roman porno vient du fait que les films produits par la Nikkatsu font appel à des équipes techniques chevronnées, des réalisateurs de talents et bénéficient de moyens plutôt considérables pour du cinéma érotique. A l'exemple de Kirio Urayama, réalisateur considéré comme "auteurisant", à qui l'on confie en 1983 un budget{Photo 2 de La Chambre Noire} important pour réaliser un roman porno classieux destiné à fêter les 70 ans de la firme, cela donne LA CHAMBRE NOIRE...

Nakada est un écrivain tourmenté par la mort accidentelle (?) de sa femme. Il multiplie désormais les aventures sexuelles qu'il consigne dans un cahier dont le titre est LA CHAMBRE NOIRE. Ce livre est un essai porteur de toutes les obsessions de son auteur, et plus particulièrement du refus de la procréation...

Adapté d'un roman de Junnosuke Yoshikushi, qui fut récompensé en 1969 du Prix Tanizaki aussi prestigieux au Japon que notre Goncourt national, ANSHITSU s'avère être un long pensum très rigoureux dans sa forme et plutôt ennuyeux. Confier au metteur en scène de CUPORA (un film adulé par François Truffaut qui faillit décrocher La Palme D'Or Cannoise en 1962) la réalisation d'un roman porno était un choix audacieux de la part de la Nikka{Photo 3 de La Chambre Noire} tsu, malheureusement, cela ne s'avère pas payant. Bien que le travail de Kirio Urayama soit loin d'être indigne, spécifiquement à travers les thématiques soulevées, plus particulièrement concernant le refus de la filiation de l'écrivain qui contraste avec le désir de maternité d'un couple de lesbiennes, LA CHAMBRE NOIRE s'éloigne par trop des contingences liées au genre pour être considéré comme un roman porno.

En effet, le format habituel tourne autour des quatre-vingt-dix minutes avec une scène érotique toutes les vingt minutes, ANSHITSU ne respecte pas ce contrat. C'est un film de deux heures durant lequel les scènes de sexe sont vite expédiées, il apparaît évident que le réalisateur n'est pas très à l'aise avec l'aspect charnel de son script. Seule une scène surnage, une conversation téléphonique entre Nakada et une de ses maîtresses qui voit un bouquet de{Photo 4 de La Chambre Noire} fleurs faner au fur et à mesure qu'elle grimpe vers l'orgasme en se caressant. Pour le reste, à part cette belle idée de mise en scène qui consiste à plonger dans un puits sans fonds qui représente une métaphore des états d'âme de l'écrivain, LA CHAMBRE NOIRE s'avère plutôt faible visuellement. Beaucoup de plans sont statiques et longs avec une photographie assez terne. Très loin du baroque qui sied habituellement au roman porno, ce long métrage didactique s'avère peu attractif dans sa forme, et donc, comble du désespoir pour tout cinéphile amateur de déviance nippone, « pas excitant pour un rond » ! L'un des dialogues du film symbolise bien cet état de fait : « la banalité a vaincu la tragédie », et, en effet, c'est le cas pour ANSHITSU.

Le principal intérêt de cette bobine est de pouvoir admirer la belle Rie Kimura dont c'est l'une des rares apparitions à l'écran (elle n'a tourné que dans deux films). A noter, l'auteur est sobrement joué par Kôji Shimizu qui interprétait Katsusuke Atobe trois ans auparavant dans le classique d'Akira Kurosawa intitulé KAGEMUSHA L'OMBRE DU GUERRIER. Ce qui démontre que, contrairement à l'Occident, dans la culture japonaise on ne considère pas l'érotisme comme un sous-genre. Même si LA CHAMBRE NOIRE, au final, est plus une réflexion soporifique sur le désir qu'un véritable brûlot libertaire et jouissif, contrairement à la plupart des romans pornos. Loin de condamner l'intellectualisation du genre, c'est plutôt l'affadissement de la chair étalée à l'écran qui déroute l'amateur. Ainsi, le puits sans fonds utilisé par Urayama pour matérialiser à la fois le surmoi de son personnage principal et la mise en abyme du roman porno, s'avère être une belle métaphore de sa propre panne créatrice !!!

Jérôme Pottier
26/02/2010
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
AUTEUR DE L'ARTICLE: Jérôme Pottier
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Le Doux Parfum D'Eros
Journal Erotique D'Une Infirmière
Les Etrangleurs De Bombay
L’Empreinte Du Dragon Rouge
The Devil-Ship Pirates
Dawn of the Dead
Evil Dead
Le Dernier Face à Face
Les Frissons de l’Angoisse
Rambo


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
La Chambre Noire DVD Zone 2 22 €
Vous aimez La Chambre Noire ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette La Chambre Noire - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    22€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €