La femme aux seins percés

Chikubi ni pierce wo shita onna
Woman with pierced nipples


ORIGINE
Japon
La femme aux seins percés Affiche

ANNEE
1983
REALISATION

Shogoro Nishimura

INTERPRETES
Jun Izumi
Usagi Aso
Keito Asabuki
Nami Matsukawa
AUTEUR DE L'ARTICLE: Philippe Delvaux
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Les garçons sauvages
L'emprise des ténèbres
Tokyo Vampire hotel
Ni juge, ni soumise
Ugly nasty people
Conan le Barbare
C’est Arrivé Près De Chez Vous
Marquis
Princesse Mononoke
Sacré Graal

Critique La femme aux seins percés
{Photo 1 de La femme aux seins percés} La jolie Satsuki est infirmière dans une clinique qui, entre autre, pratique des piercings. Sa vie semble calme et rangée. Elle attend le grand amour qui tarde à venir, bien qu'elle reçoive quotidiennement d'un mystérieux admirateur des brassées de roses rouges. Gondo - l'homme en question - est un dominateur membre d'un club privé où sont soumises des femmes. Satsuki est sa prochaine victime...

Shogoro Nishimura est un des plus prolifiques réalisateurs de roman porno de la Nikkatsu. On lui doit plus de 80 films du genre, depuis ses prémisses à l'aube des '70 jusqu'aux derniers feux de la seconde partie des années '80. Il aura à plusieurs reprises œuvré dans le sous-genre SM, notamment sur certains épisodes de la série Flower and snake.

La femme aux seins percés{Photo 2 de La femme aux seins percés} date de 1983, époque à laquelle le genre est depuis longtemps installé mais qui connaîtra bientôt un déclin rapide sous la double poussée d'un renforcement de la censure et de l'avènement de la vidéo érotique.

Les amateurs d'un érotisme plus doux peuvent directement passer leur chemin, ce métrage est entièrement dédié aux perversions de la soumission. Au sens strict ( !) d'ailleurs : peu de bondage (mais bien des chaînes et des cages) et peu de sadisme, à l'exception sans doute d'une scène de tir à l'arc avec flèche enflammée sur victime consentante mais terrorisée. L'essentiel est bien dans le processus de domination, de prise de contrôle et dans son corollaire, la soumission comme acceptation, offrande au maître et jouissance de cette situation.

Au rang des classique{Photo 3 de La femme aux seins percés} s, Nishimura offre quelques incontournables de l'érotisme japonais : le viol au charme duquel la victime finit par « succomber », et plusieurs scènes d'urolagnie, mètre (maître ?) étalon de l'avilissement de la soumise, sans compter évidemment les moments où Satsuki est surprise par l'un ou l'autre quidam, nue et enchaînée.

Pourtant, rien de glauque dans le traitement. Ou du moins la patine du temps et la transformation des codes de mises en scène font de certaines séquences des objets de douce dérision plus que de répulsion. L'excitation quant à elle dépendra naturellement du degré de connivence que chacun accorde à ce type particulier d'érotisme. Le film n'a aucune prétention vériste et s'offre indubitablement comme un fantasme, ce qui en autorise les réactions peu natu{Photo 4 de La femme aux seins percés} relles des protagonistes.

On relèvera quand même les séquences de piercings mammaires filmées en gros plans, et ce une bonne dizaine d'années avant que la mode en répande plus largement la pratique. Le motif du perçage revient d'ailleurs à plusieurs reprises : seringues, épines de rose, jeu de fléchette ou tir à l'arc. Le piercing des mamelons des soumises symbolise la marque de leur soumission et de leur enfermement... élément qu'on retrouve similairement dans Histoire d'O de Pauline Réage, adapté une petite dizaine d'année auparavant par Just Jaequin et qui est sorti en salle au Japon. La censure japonaise étant ce qu'elle est, on comprend le glissement de la marque portée par O aux grandes lèvres aux anneaux placés sur les seins de Satsuki.

Les amateurs se régaleront aussi de la précédente soumise de Gondo, filmée enchaînée dans une pénombre quasi complète ou encore des femmes encagées dans la cave du club. De très belles séquences...

Au scénario, on retrouve Suzan Lee pour une intrigue typique d'Oniroku Dan (auteur à la base de Flower and snake et très régulier fournisseur de scénario de roman porno à tendance SM)

La femme aux seins percés a été présenté en première française à l'Etrange festival, édition 2009, dans le cadre d'une rétrospective des roman porno de la Nikkatsu.

Aux amateurs de SM ... et à ceux qui apprécient un érotisme décalé, ruez-vous sur ce titre.

Cliquez ici pour lire une critique alternative de La Femme aux Seins Percés

Philippe Delvaux
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
Vous aimez La femme aux seins percés ?
Tags du film
érotique, violent pink
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €