La Fille du Dr Jekyll

Daughter of Dr. Jekyll


ORIGINE
USA
La Fille du Dr Jekyll Affiche

ANNEE
1957
REALISATION

Edgar G. Ulmer

INTERPRETES
Gloria Talbott
John Agar
Arthur Shields
John Dierkes
AUTEUR DE L'ARTICLE: Frédéric Pizzoferrato
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Lady Libertine
Un cerceuil pour le shérif
Les Onze mille verges
Le Virginien - Saison 4 - volume 1
Body girls
Edward aux Mains d’Argent
Evil Dead
Le Seigneur des Anneaux
Rocky Horror Picture Show
The Killer

Critique La Fille du Dr Jekyll
{Photo 1 de La Fille du Dr Jekyll} Les grands méchants du cinéma horrifiques mourant souvent précocement (et ne pouvant donc revenir dans les séquelles), les scénaristes ont rapidement compris qu'il était vital de leur offrir une descendance pour perpétuer leur souvenir dans la mémoire collective. Au fil du temps nous eûmes ainsi droit, en vrac, à SON OF DRACULA, LA FILLE DE DRACULA, LE FILS DE FRANKENSTEIN, LA FILLE DE JACK L'EVENTREUR et bien d'autres, dont un SON OF DR JEKYLL datant de 1951.

Dans cette lignée se trouve également cette FILLE DU DR JEKYLL, réalisé en 1957 par Edgar G. Ulmer. Surtout réputé pour sa version du CHAT NOIR d'Edgar Allan Poe opposant Bela Lugosi et Boris Karloff, le cinéaste signa également, en 1945, un classique du thriller de série B avec DETOUR. Sans approcher de ces deux réussites, LA FILLE DU DR{Photo 2 de La Fille du Dr Jekyll} JEKYLL se montre néanmoins suffisamment intéressant pour justifier une vision, même si l'amateur n'y trouvera rien de particulièrement mémorable.

Le scénario, qui en rappelle bien d'autres, se montre d'un classicisme éprouvé : une jeune femme sur le point de se marier, Janet Smith, apprend la vérité sur ses origines et sombre pratiquement dans la folie. En effet, la demoiselle serait la fille du redoutable Dr Jekyll, lequel, en usant de drogues, étaient parvenu à scinder en deux sa personnalité, séparant le bien du mal et devenant une redoutable créature. Alors que des crimes ensanglantent la région, la belle héritière commence à craindre d'être, elle aussi, un loup-garou...

LA FILLE DU DR JEKYLL constitue un honnête divertissement au charme suranné cependant entaché de maladresses et d'idées{Photo 3 de La Fille du Dr Jekyll} saugrenues. La première est certainement de transformer le Dr Jekyll en une sorte de loup-garou un peu vampire sur les bords puisqu'il se nourrit de sang et que les villageois craignent de le voir, la nuit, quitter son tombeau pour hanter les vivants. Ceci posé il parait assez improbable que la fille du monstre ait pu hériter de la « malédiction » puisque c'est l'usage de drogues qui transformait le bon docteur en son terrible alter ego Mr Hyde. Le spectateur s'attend évidemment à un twist et, effectivement, celui-ci finit par arriver et ne surprendra guère les habitués du genre. L'intrigue utilise en effet un retournement de situation assez commun aux productions horrifiques des années 30 et 40 et rappelle fortement SHE WOLF OF LONDON au déroulement fort similaire. L'identité du véritable coupable parait elle-aussi évidente mais permet l'une ou l'autre scène assez divertissante montrant le monstre attaquer ses victimes, le visage dissimulé sous un lourd grimage. Les maquillages et effets spéciaux, d'ailleurs, sont assez peu réussis, même en tenant compte de l'âge du film et certaines séquences voulues humoristiques (une mauvaise habitude de l'épouvante de « l'âge d'or ») tranchent avec le sérieux du reste de l'entreprise.

Le casting, pour sa part, nous propose Gloria Talbott (vue dans I MARRIED A MONSTER FROM OUTER SPACE - quel titre!) dans le rôle principal aux côtés de John Agar, figure bien connue du bis (TARANTULA, LE CERVEAU DE LA PLANETE AROUS, mais aussi LA CHARGE HEROÏQUE de John Ford) et Arthur Shields.

Si cette petite série B n'offre rien de particulièrement nouveau aux amateurs du genre, les séquences de cauchemars possèdent cependant une réelle efficacité et utilisent une atmosphère surréelle couplée à une musique très « spatiale » du plus bel effet. Pas suffisant pour emporter totalement l'adhésion mais cela suffit à rendre agréable la vision du métrage de Ulmer, lequel se soucie moins d'offrir une véritable suite au récit de Stevenson, déjà plusieurs fois adaptés à l'époque, que de mixer les mythologies pour créer une œuvre fourre-tout mais sympathique.

En résumé, LA FILLE DU DR JEKYLL n'est en rien un classique oublié du fantastique mais son curieux mélange de différents mythes et légendes (Jekyll, loup-garou, vampire, tout y passe !) en fait néanmoins une entreprise distrayante dont la courte durée (à peine 70 minutes) constitue un avantage certain.

Frédéric Pizzoferrato
29/04/2010
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Daughter Of Dr. Jekyll DVD Zone 2 21.50 €
Daughter Of Dr. Jekyll Epuise/out Of Print DVD Zone 1 0.00 €
La Fille Du Dr. Jekyll DVD Zone 2 10 €
Vous aimez La Fille du Dr Jekyll ?
Trailer La Fille du Dr Jekyll
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Daughter of Dr. Jekyll - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    21.50€
  • Pochette Daughter of Dr. Jekyll EPUISE/OUT OF PRINT - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    0.00€
  • Pochette La Fille du Dr. Jekyll - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    10€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €