La Nuit Des Mille Chats

La Noche De Los Mil Gatos


ORIGINE
Mexique
La Nuit Des Mille Chats Affiche

ANNEE
1972
REALISATION

René Cardona Jr.

INTERPRETES
Hugo Stiglitz
Anjanette Comer
Christa Linder
Barbara Angely
Critique La Nuit Des Mille Chats
{Photo 1 de La Nuit Des Mille Chats} Fils de René Cardonna (SANTO CONTRA EL ESPECTRO, SANTO VS EL ESTRANGULADOR, SANTO EN LA VENGANZA DE LA MOMIA...), le jeune René Cardona Jr. marche très vite sur les traces de son père en se lançant dans la réalisation avec lui sur quelques films de la mythique saga de SANTO comme OPERACION 67 (1967) ou EL TRESORO DE MOCTEZUMA (1968) qui connurent un joli petit succès d'estime à la fin des 60's.

En 1972, René Cardona Jr. décide de voler de ses propres ailes et de sortir des frontières mexicaines en tournant LA NUIT DES MILLE CHATS (LA NOCHE DE LOS MIL GATOS), co-écrit avec Mario Zacarias (JUAN PISTOLAS).

Pour ce faire, l'homme fera appel à quelques actrices américaines (Anjanette Comer...) et européennes (Christa Linder, Barbara Angely...), ainsi qu'à un jeune premier d'alors, Hugo Stiglitz (L'AVION DE L'APOCALYPSE), afin de mettre toutes les chances de son côté.

Le pitch de LA NUIT DES MIL{Photo 2 de La Nuit Des Mille Chats} LE CHATS est assez simple, mais hautement accrocheur : Hugo, un riche jeune homme animé d'une passion dévorante pour les femmes, sillonne Acapulco à bord de son hélicoptère afin de les séduire. Mystérieux play-boy s'il en est, Hugo se révèle être un redoutable tueur en série, désireux de collectionner les têtes de ses victimes et de donner leurs restes à ses mille chats affamés. Mille chats élevés à la chair humaine...

C'est donc sur ce scénario original que René Cardona Jr. va mettre en place un film aux multiples facettes, alternant thriller, suspense et horreur, puis jouant avec les nerfs du spectateur dans la mesure où les agissements d'Hugo restent totalement imprévisibles (il laissera certaines de ses "proies" en vie, en tuera d'autres...) et souvent cruels.

Et même si le réalisateur parsème ici et là LA NUIT DES MILLE CHATS de quelques scènes pas toujours indispensables (les incessan{Photo 3 de La Nuit Des Mille Chats} tes prises de vues aériennes d'Acapulco depuis l'hélicoptère), force est de constater qu'on se laisse prendre au jeu de ce film au(x) charme(s) 70's si singulier(s).

Ainsi, malgré les faibles moyens alloués à son projet, il faut bien avouer que le réalisateur a su mettre une belle aura de mystère autour du personnage d'Hugo, tantôt insensible au sort de ses victimes (il jettera leurs restes en pâtures à ses chats avec désinvolture), tantôt délibérément humain et attendrissant (son étrange lien avec la fille de Cathy, ses relations avec les femmes etc.), si bien que les interrogations autour de sa psyché se placeront comme la clé de voûte du film. Une manière assez habile de faire rentrer le spectateur dans l'univers du serial killer...

De plus, le metteur en scène apporte un soin particulier aux décors de l'antre du tueur (Dorgo, l'homme de main muet, la cage aux "mille" chats...), de façon à{Photo 4 de La Nuit Des Mille Chats} mettre en relief des atmosphères pesantes et ô combien dérangeantes (les félins ne semblent pas avoir été épargnés durant le tournage...)

Malgré tout, les quelques errances scénaristiques de LA NUIT DES MILLE CHATS ne permettront pas vraiment de s'attacher pleinement aux personnages secondaires, tant leur psychologie est laissée au second plan. De fait, on n'apprendra sur Dorgo, ni même sur cette mystérieuse femme blonde qui hante tous les rêves d'Hugo...

Difficile donc de s'y retrouver et de véritablement comprendre les différentes trames de LA NUIT DES MILLE CHATS, tant René Cardona Jr. utilise parfois des raccourcis faciles pour étayer son histoire (apparemment Hugo collectionne les têtes et les chats parce que ses "ancêtres étaient des collectionneurs d'armes, de timbres et même de monnaies"...).

C'est assez dommage au final, car le spectateur rentre facilement dans cette histoire de tueur en série playboy et fétichiste, mais il n'aura hélas, pas de véritables réponses à toutes les questions soulevées au travers du métrage...

En fin de compte, LA NUIT DES MILLE CHATS s'avère être un film plaisant, mais parfois décousu, qui n'aura malheureusement pas permis à René Cardona Jr. de s'imposer en dehors de son propre pays. Ceci étant, la pellicule donne l'occasion de passer un agréable moment devant les pérégrinations assassines d'Hugo et ces ambiances typiques des 70's.

On regrette seulement que le titre LA NUIT DES MILLE CHATS (aussi intitulé en France LES CHATS TUENT LA NUIT ou LES GRIFFES DU DEMON) soit trompeur, puisque le film n'est pas du tout basé sur des attaques félines...

Il est à noter qu'en 1978, René Cardona Jr. réussira enfin à s'imposer sur les marchés étrangers en signant en cette même année LE TRIANGLE DES BERMUDES et TINTORERA : DU SANG DANS LA MER.

Vincent Trajan
11/04/2012
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
AUTEUR DE L'ARTICLE: Vincent Trajan
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
The Exterminator
Le Livre De La Jungle
Les Mille et Une Nuits
Le Monstre De Londres
Buck Rogers Au 25e Siècle
28 Semaines Plus Tard
Class 1984
Le Bon, La Brute Et Le Truand
Massacre A La Tronçonneuse
Orange Mécanique


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Die Rache Der 1000 Katzen (cover A) DVD Zone 2 19 €
Die Rache Der 1000 Katzen (cover B) DVD Zone 2 19 €
Die Rache Der 1000 Katzen (cover C) DVD Zone 2 19 €
La Notte Dei Mille Gatti DVD Zone 2 15.90 €
Vous aimez La Nuit Des Mille Chats ?
Trailer La Nuit Des Mille Chats
Tags du film
Tueur en série, chats
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Die Rache der 1000 Katzen (Cover A) - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    19€
  • Pochette Die Rache der 1000 Katzen (Cover B) - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    19€
  • Pochette Die Rache der 1000 Katzen (Cover C) - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    19€
  • Pochette La notte dei Mille Gatti - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    15.90€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €