La septième malédiction

The Seventh Curse


ORIGINE
Hong-Kong
La septième malédiction Affiche

ANNEE
1986
REALISATION

Lam Nai-Choi

INTERPRETES
Chin Siu-Ho
Maggie Cheung
Chow Yun-Fat
AUTEUR DE L'ARTICLE: Clément X. Da Gama
SES DERNIERS ARTICLES
Reindeerspotting
Messe Noire
Combat Shock
Itoka, le monstre des galaxies
The Living Skeleton

Critique La septième malédiction
{Photo 1 de La septième malédiction} Yuan Chen, jeune et fringuant médecin, est victime d'une malédiction jetée par un sorcier thaïlandais. Il a sept jours pour sauver sa vie et, accessoirement, éradiquer une secte de tueurs d'enfants.

Lam Nai-Choi est l'un des plus grands noms du cinéma d'exploitation hongkongais. S'il ne peut pas rivaliser avec la barbarie d'un Herman Yau (THE UNTOLD STORY) ou le sens du montage d'un Ringo Lam (FULL CONTACT), Lam Nai-Choi a réalisé plusieurs œuvres marquantes, attachantes ou tout simplement folles. Dans HER VENGEANCE, une femme violée s'en va massacrer ses agresseurs avec le soutien d'un paraplégique adepte du burn et du drift en fauteuil roulant ; dans THE CAT, un chat venu de l'espace se bat contre un bulldog lors d'un combat homérique de 5 minutes ; dans THE STORY OF RICKY, le héros trucide de manière ultra-gore ses ennemis dans une prison de haute sécurité. Lam Nai-Choi n'est donc pas un esthète qui trouvera grâce aux yeux de Télérama. Il est un cinéaste efficace, qui sait offrir à son public des moments aussi jubilatoires que débiles.{Photo 2 de La septième malédiction} De ce point de vue, LA SEPTIÈME MALÉDICTION n'est pas en reste.

La structure narrative du film est un joyeux foutoir. Durant les premières séquences, nous avons droit à une prise d'otages, des fusillades, du kung-fu, une touche d'érotisme, du kung-fu encore avant que le fantastique (via la malédiction dont Yuan Chen est victime) n'intervienne dans le récit. Un flashback d'une vingtaine de minutes explicite alors les tenants et aboutissants de cette malédiction, puis l'on revient au temps présent pour suivre le périple de Yuan Chen en Thaïlande. Vous ne trouvez pas ça assez bordélique ? Ajoutons un héros qui, s'il est médecin, est également un combattant hors pair et un spécialiste des armes à feu. Ce n'est toujours pas assez bizarre ? Et bien, saupoudrons le tout d'un squelette qui pratique le kung-fu, d'un fœtus volant maléfique assoiffé de sang et d'une journaliste qui prend des clichés avec un appareil photo jetable ! Qu'il s'agisse de l'enchaînement des séquences ou de leurs contenus, LA SEPTIÈME MALÉDICTION est une œuvre où le «{Photo 3 de La septième malédiction} n'importe quoi » règne en maître absolu.

Le caractère bordélique du film se retrouve dans le sur jeu des acteurs. Les comédiens grimacent, hurlent, ricanent de manière excessive, dans la plus pure tradition du cinéma d'exploitation/populaire hongkongais (voir à ce titre EBOLA SYNDROME ou SHAOLIN SOCCER). De même, LA SEPTIÈME MALÉDICTION enchaîne les péripéties et scènes d'action jusqu'à annihiler toute idée de logique narrative. L'enjeu principal du film (Yuan Chen doit se débarrasser de sa malédiction) se perd en cours de route au profit d'une succession de saynètes certes réussies, mais dont l'utilité narrative est discutable. C'est précisément ici que le film peut diviser. En proposant une intrigue si décousue, LA SEPTIÈME MALÉDICTION va immanquablement déplaire aux spectateurs les plus frileux, peu attirés par un cinéma aussi halluciné dans la forme que dans le fond. A l'inverse, le film de Lam Nai-Choi peut être considéré comme un Saint Graal du cinéma d'exploitation, une œuvre généreuse qui offre en 1h15 tellement de délires visuels{Photo 4 de La septième malédiction} et narratifs que le spectateur ne peut en ressortir que repu et heureux. Surtout quand on apprécie le mélange des genres...

Il est très malaisé de classifier génériquement LA SEPTIÈME MALÉDICTION. Si très peu de films sont véritablement purs sur le plan générique, celui de Lam Nai-Choi est (à nouveau !) un vrai bordel. LA SEPTIÈME MALÉDICTION s'ouvre comme un film policier hongkongais typique, avec ses flics nerveux armés de mitrailleuses et ses criminels jusqu'au-boutistes qui agressent la maréchaussée à grands coups de grenades. Puis le film vrille vers le genre du kung-fu. Les chorégraphies, sans être aussi élaborées et belles qu'un IL ÉTAIT UNE FOIS EN CHINE, ont la particularité d'être toujours lisibles et brutales. Surtout lorsque ce sont des moines bouddhistes survoltés qui castagnent le pauvre héros (et la non-violence dans tout ça ?). LA SEPTIÈME MALÉDICTION emprunte également les chemins du film d'horreur/gore. Au-delà du squelette adepte de la mandale et du fœtus volant (non identifié ?), mentionnons cette scène où un homme, frappé par une charmante malédiction, voit son corps être infesté par des vers. Il a alors la drôle d'idée de lacérer son visage et son ventre pour faire sortir les intrus... En passant ainsi d'un genre à un autre (ou en les mélangeant), Lam Nai-Choi nous gratifie d'un spectacle dynamique, qui se renouvelle sans cesse ; un spectacle hautement jouissif, pour peu évidemment que l'on ne soit pas réfractaire aux différents genres convoqués...

LA SEPTIÈME MALÉDICTION constitue une expérience à part entière. Un récit original et foutraque, servi par des acteurs en overplay et où le plaisir immédiat prime sur la cohérence de l'ensemble. Un film gore/policier/fantastique/action/kung-fu dont on ne compte plus les morceaux de bravoure et qui apparaît comme une quintessence de ce que Hong-Kong peut faire de mieux en terme de cinéma d'exploitation. Vivement déconseillé à celles et ceux pour qui un film doit proposer une histoire cohérente et structurée, LA SEPTIÈME MALÉDICTION est un moment de pur plaisir pour les amoureux d'un cinéma différent, en roue libre.

Clément X. Da Gama
01/03/2013
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
La 7ème Malédiction DVD Zone 2 15 €
Seventh Curse DVD Toutes zones 11.95 €
The Seventh Curse DVD Toutes zones 10.80 €
Vous aimez La septième malédiction ?
Trailer La septième malédiction
En vente sur Sin'Art
  • Pochette La 7ème malédiction - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    15€
  • Pochette Seventh Curse - DVD  Toutes zones
    DVD Toutes zones
    11.95€
  • Pochette The SEVENTH CURSE - DVD  Toutes zones
    DVD Toutes zones
    10.80€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €