Last Performance


ORIGINE
Allemagne / USA / Pays-Bas
Last Performance Affiche

ANNEE
2006
REALISATION

Edwin Brienen

INTERPRETES
Eva Dorrepaal
Tomas Spencer
Vincent Bagnall
Esther Eva Verkaaik
René Ifrah
Volker Behrens
Karen Joy Cifarelli
Cornell Adams
Carsten Heinze
Marin Caktas
Marc Baumgarten
Bianca Fox
Critique Last Performance
{Photo 1 de Last Performance} Edwin Brienen : Agent Provocateur. Voilà ce que nous promet la sélection opérée avec soins par l'équipe du LUFF, lors de la onzième édition du festival, pour nous faire découvrir l'œuvre très personnelle de ce réalisateur néerlandais quasiment inconnu du public francophone.

Actrice européenne expatriée à New York, Julia tient l'un rôle principaux dans une pièce de théâtre avant-gardiste mise en scène par l'excentrique Magda. Elle partage la vedette avec le très sensible Cooper qui vient juste de s'engager dans une relation sentimentale compliquée avec Tom, un homme arrogant, dealer à ses heures, dont le magnétisme ne laisse pas Julia indifférente. Beau parleur, incapable d'assumer franchement son homosexualité, Tom séduit{Photo 2 de Last Performance} aisément Julia qui en tombe amoureuse. Sa désillusion sera aussi cruelle que brutale lorsque, au cours d'une soirée qui s'annonçait romantique, elle est quasiment violée par un inconnu payé par Tom, alors que ce dernier se caresse en observant la scène. De son côté, Cooper, trahit à la fois par Tom et Julia, complote une vengeance contre son amant dont l'issue sera fatale à plus d'un...

Personnages torturés à la recherche d'un bonheur inaccessible, esthétique léchée et références culturelles haut de gamme, pas de doutes, le très productif Edwin Brienen n'a pas changé son fusil d'épaule pour son premier film en anglais. Malgré un budget réduit qui l'oblige à résumer ses décors à quelques lieux symboliques, quitte à parfois friser le ridicule, il refuse de se servir de cette situation financière diffic{Photo 3 de Last Performance} ile comme d'un prétexte pour bâcler sa réalisation avec des images volontairement granuleuses et tournées à l'arrache. Au contraire, l'obsession esthétique de l'auteur nous offre quelques belles séquences, telle le générique de début avec un effet de flou bien géré, mais elle suscite aussi quelques dérives vers des scènes inutiles, comme lorsque les filles marchent au ralenti dans un montage saccadé. L'aspect très clinique de la photographie et l'aseptisation des décors semblent même déteindre sur les sentiments des personnages. Julia, interprétée par la fidèle Eva Dorrepaal, déploie une palette d'émotions stéréotypées lors de sa relation avec Tom. Quasi robotisée, elle est comme déjà morte dans son quotidien et n'arrive à éprouver de sentiments humains que sous la direction de Magda, lors des répétit{Photo 4 de Last Performance} ions de la pièce.

Et c'est bien là le problème principal du film, le manque d'émotion, ou tout simplement l'absence d'implication du spectateur dans les aléas du récit. Alors qu'il nous est donné à voir un mélodrame cruel, le jeu pas toujours heureux de certains acteurs et surtout le trop plein de sérieux que Brienen tente d'insuffler aux événements finissent par avoir raison des meilleures volontés : LAST PERFORMANCE ne passionne pas et finirait presque par ennuyer s'il n'était pas aussi court. Heureusement que l'on peut se raccrocher au scénario et se laisser hypnotiser d'une part par la musique parfaitement synchrone avec les images, mais surtout par la performance très mesurée de la troublante Eva Dorrepaal. Volant chaque scène où elle apparaît, l'actrice attire irrésistiblement le regard et ne donne jamais l'impression de jouer un rôle. Après l'avoir suivie de films en films, sous la direction du réalisateur, on assiste ici à une sorte d'apothéose tragique où elle trouvera enfin le bonheur tant espéré.

Assez logique dans son déroulement, et même pourvu d'une fin assez brillante, il manque surtout au film la goutte de folie qui lui permettrait d'articuler harmonieusement ses ambitions, faisant fi du manque de moyens. En l'état, avec son esthétique très proche des pornos de Michael Ninn, LAST PERFORMANCE ne décolle jamais vraiment et se limite à n'être qu'une ébauche, voire un premier jet, d'un projet plutôt alléchant sur le papier.

Cliquez ici pour lire une interview de Edwin Brienen.

Éric Peretti
05/11/2012
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Indie Eye
AUTEUR DE L'ARTICLE: Éric Peretti
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Black Movie 2015 : Toutes les couleurs de la vie
Black Movie 2015 : Toute la noirceur du monde
Black Movie 2014
Anahita Ghazvinizadeh : Rencontre avec une réalisatrice à suivre
Alfonso Acosta : Discussion autour d’une première œuvre
Café Flesh
Cannibal Holocaust
New York 1997
Punishment Park
Ré-Animator


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Last Performance DVD Zone 2 17.35 €
Vous aimez Last Performance ?
Trailer Last Performance
Tags du film
LUFF, Festival
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Last Performance - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    17.35€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €