Le Jet


ORIGINE
Belgique
Le Jet Affiche

LITTÉRATURE
ANNEE
2011
AUTEUR

Cybèle Jules

AUTEUR DE L'ARTICLE: Yannik Vanesse
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
The Burbs
La Vallée du solitaire
Les Sentiers de la haine
Holocauste Nazi
Savage Weekend
Alien, le Huitième Passager
Cannibal Holocaust
Halloween (John Carpenter)
Le Masque du Démon
Zombie

Critique Littéraire Le Jet
Ce récit est assez court. Il suit les errances onirico-philosophiques d'un jeune écrivain qui cherche à comprendre l'amour et à le dissocier de ses désirs physiques. Appelé, depuis sa fenêtre, par une étrange et irritante lumière, il va en effet s'enfoncer dans la neige, cherchant à l'éteindre. Cette quête atypique va l'amener à rencontrer plusieurs créatures, la plupart féminines, qui vont éveiller sa sensualité tout en lui brisant le cœur. Rêve-t-il tout cela ? Le lecteur va le suivre à travers ces étranges errances emplies de questionnements.

Jules Cybèle est le nom de plume d'un jeune auteur belge. Il est amateur de jeu de rôle et concepteur de scénarios pour le jeu de rôle Défis Fantastiques, adaptation des plus célèbres Livres dont vous êtes le héros. LE JET est son premier roman, mais devrait bientôt voir le jour un recueil de poésie tournant autour des mêmes obsessions que cette oeuvre. LE JET contient d'ailleurs quelques courts poèmes, permettant rapidement d'imaginer si le lecteur aimera ce que Jules Cybèle peut faire quand il ne verse pas dans la prose pour explorer ce mélange de sensualité, de fantastique et d'horreur qui semble le fasciner.

Ce livre n'est pas aisé d'accès de par son concept. Il ne faut pas rechercher, en effet, un thriller fantastique bien construit, mais plutôt appréhender LE JET comme un rêve qui, comme tous les rêves, flirte toujours avec le cauchemar. LE JET n'est ainsi pas tant une histoire qui se lit, qu'un récit qui se vit.

Et, si le lecteur accepte cela et se laisse faire, il est facile de plonger dans cet onirisme étrange, le style de Jules Cybèle facilitant beaucoup son immersion. Car ce dernier écrit bien, de manière fluide, et surtout, l'écriture est travaillée, pleine de métaphores, mais sans aller trop loin, sans oublier que l'élégance des mots, la forme du récit, ne doit pas prendre le pas sur le fond, mais l'accompagner. C'est ce qu'avait oublié Schweinhound, par exemple, avec son BLOODFIST où les métaphores prenaient le pas sur le récit. Ici, rien de tel, mais une facilité d'immersion passionnante etdéstabilisante. Certes, il faut accepter un récit au présent - un des défis que s'était imposé l'auteur - et les onomatopées qui émaillent l'histoire sont peut-être de trop. De même, la fin peut laisser sur sa faim.

Mais, mis à part cela, l'histoire plonge le spectateur dans un imaginaire peuplé par un bestiaire fantastique qui peut aisément parle à un lecteur sensible. Vampire, nymphe, fantôme, sont ainsi certaines des créatures que le narrateur - et par là-même le lecteur, qui l'accompagne au plus profond de son imaginaire - croise, dans des lieux aussi familiers que parlants. Le récit est toujours à la lisière de l'érotisme cru et du gore sauvage, sans pour autant que cela n'empêche le rêve d'être chargé d'une poésie sombre et d'une grande beauté.

Les illustrations contribuent aussi à plonger dans cette histoire. Le style des dessins est sombre, mais chargé d'érotisme, le trait simple ne faisant qu'accroître la qualité de ces femmes stylisées. Jules Cybèle explore, dans LE JET, plusieurs thèmes. Quête d'identité, analyse de ses désirs et recherche de l'amour, sont des thématiques qui font ici écho au passé de nombre de lecteurs, et la manière dont Jules Cybèle procède ne peut que fasciner et surprendre.

LE JET est un ouvrage atypique mais passionnant, qui risque de hanter l'imaginaire de son lecteur bien après la fin - un peu brutale, il faut l'admettre - de l'histoire.

Yannik Vanesse
21/11/2013
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Chroniques Infernales
Vous aimez Le Jet ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €