Le Maître des Hybrides

Krine 3


ORIGINE
France
Le Maître des Hybrides Affiche

LITTÉRATURE
ANNEE
2012
AUTEUR

Tamaillon Stéphane

AUTEUR DE L'ARTICLE: Patryck Ficini
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
L'Hiver du Magicien
Le Colt et l'Etoile
Le Gros
Les Spectres d'Eiffel
Le Jeu
Django
Frayeurs
Goldfinger
Keoma
L’Au-delà

Critique Littéraire Le Maître des Hybrides
Jack l'éventreur, les créatures du docteur Moreau, le Livre de la Jungle... sont autant de références cultivées présentes dans le troisième tome des enquêtes de Krine, LE MAITRE DES HYBRIDES.

Après un premier chapitre bluffant qui achève de magistrale façon les vampires du précédent volume, L'AFFAIRE JONATHAN HARKER, une sorte d'équivalent littéraire de la séquence pré-générique des James Bond, Stéphane Tamaillon nous entraîne dans une toute nouvelle aventure pleine d'action et de rebondissements, qui prolonge le célèbre roman de H. G. Wells L'ILE DU DOCTEUR MOREAU.

Le style de Tamaillon n'est plus à louer : on adore. On pense à R. E Howard ou à Michel Honaker, ces formidables raconteurs d'histoires plus grandes que nature. Il dépasselargement la simple efficacité, déjà remarquable, de nombre de romans populaires pour emballer le lecteur en l'emportant dans un univers victorien ultra référentiel des plus réalistes. On a constamment l'impression d'arpenter les rues sales, ici noyées sous une chaleur torride, du Londres d'alors, aux côtés du détective Krine. Tamaillon nous plonge dans un formidable livre d'images, plus sûrement que ne le ferait n'importe quel film hollywoodien à gros budget. Autant pour ceux qui osent parler de non-style, de façon systématique, pour toute la littérature de genre. Les décors, qu'ils soient réels ou fictifs (l'Arbre-Monde), de Londres sont variés et admirablement utilisés. Il s'agit assurément de l'un des points forts de Krine, la série. Londres y est un personnage à part entière.

Hector Krine, après la mort de son fils, est au plus bas. Dépressif et alcoolique, le grand détective, l'homme d'action que nous avons connu et chéri, n'est plus que l'ombre de lui-même, à la limite de l'épave. Une nouvelle affaire, qui pourrait le lancer sur la trace du vrai Jack l'éventreur , le tire bien vite de sa torpeur pour le replonger dans une jungle urbaine peuplée d'hommes-animaux tout droit sortis de H. G. Wells ou Kipling (qui est aussi un personnage attachant du roman).

Bastet, la femme chat sexy en diable, est de retour, toujours plus séduisante. Mais les chats ont-ils neuf vies comme le prétend la légende ?

Dans LE MAITRE DES HYBRIDES, les méchants ne sont pas forcément ceux qu'on croit, les surprises sont constantes, jusqu'à un final déchaîné, placé esthétiquement sous le signe du pulp le plus lovecraftien, qui donne l'envie de lire encore une suite à ce qui est pourtant la fin du premier cyle de Krine.

« Insatiable, le brasier s'étendait encore. Des excroissances s'étiraient du corps incandescent de l'incendie, comme si ce dernier cherchait à prendre forme. Peu à peu, une silhouette gigantesque se dessina. Comme en attestaient son bec et ses tentacules, l'entité avait vaguement l'aspect d'un poulpe, mais sur le haut de son crâne s'inscrivaient des traits humains. (...) Les bras enflammés balayèrent la salle, emprisonnant plusieurs Bandar-logs. La créature les enfourna gloutonnement dans le fourneau qui lui servait de bouche. Cette nourriture parut le combler, car, comme l'âtre se nourrissant de bûches, il gagna encore en taille. » (P.317)

Krine n'est pas (qu') une série pour la jeunesse, elle se destine à tous, du moins à tous ceux qui aiment l'action et le fantastique avec le même amour immodéré que l'auteur.

Aujourd'hui, le talentueux Stéphane Tamaillon peut tout se permettre : continuer Krine (ce que l'on souhaite), aussi bien que reprendre le personnage de Sherlock Holmes, écrire du western (que l'on espèrerait fantastique) comme de la fantasy pure (pourquoi pas ?). Nous verrons ce que l'avenir réserve à cet écrivain et à ses créatures ; tout ce que nous savons, c'est que nous en attendons beaucoup de bien, en toute confiance.

Patryck Ficini
13/12/2012
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Chroniques Infernales
Vous aimez Le Maître des Hybrides ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €