Le Maitre du taekwondo

Nu zi tai quan qun ying hui
La Revanche des dragons


ORIGINE
Hong-Kong
Le Maitre du taekwondo Affiche

ANNEE
1975
REALISATION

John Woo

INTERPRETES
Chuan Chen
Chi Chu Chin
Sammo Hung Kam-bo
Wah Yuen
AUTEUR DE L'ARTICLE: Yannik Vanesse
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
The Burbs
La Vallée du solitaire
Les Sentiers de la haine
Holocauste Nazi
Savage Weekend
Alien, le Huitième Passager
Cannibal Holocaust
Halloween (John Carpenter)
Le Masque du Démon
Zombie

Critique Le Maitre du taekwondo
{Photo 1 de Le Maitre du taekwondo} Un groupe de criminels a décidé de prendre le contrôle de toutes les écoles d'arts martiaux de la ville. Un jeune Chinois, grand pratiquant de boxe, arrive dans ce climat de violence. Son but premier est d'apprendre le taekwondo et de combattre un grand maître coréen demeurant en ville. Mais, par amour pour une femme, amitié pour son co-disciple, respect pour leur maître et, évidemment pour défendre le bien et l'esprit des arts martiaux, il sera obligé de prendre part à cette sombre lutte.

John Woo s'est surtout fait remarquer pour ses polars hongkongais, comme les deux SYNDICATS DU CRIME, UNE BALLE DANS LA TÊTE ou encore THE KILLER. Après avoir réalisé le génial À TOUTES EPREUVES, il est parti tenter l'expérience hollywoodienne, pour le meilleur (WINDTALKERS) ou le moins bon (CHASSE À L'HOMME, qui reste cependant l'un des meilleurs Jean-Claude Van Damme). Son dernier film en date l'a fait revenir en{Photo 2 de Le Maitre du taekwondo} Chine pour livrer une fresque médiévale pleine de bruit et de fureur, le passionnant LES TROIS ROYAUMES. Mais il n'a pas débuté sa carrière en réalisant LE SYNDICAT DU CRIME. Il a d'abord été assistant réalisateur de l'un des grands noms de la Shaw Brothers (Chang Cheh) avant de réaliser lui-même quelques comédies et films d'arts martiaux, pour la Shaw Brothers ou, comme ici, pour sa rivale la Golden Harvest.

La première image frappe le spectateur habitué aux classiques wu xia pian de la Shaw Brothers et de la Golden Harvest. Arrivent dans un champ deux gangs de jeunes femmes, vêtues de manières disparates et aux allures de bad girls que l'on croirait presque sorties d'une série B type FASTER PUSSYCAT, KILL KILL. Mais très rapidement, les femmes se changent, revêtant des kimonos plus dans le ton du film. C'est d'ailleurs le souci de cette première altercation. Toutes les femmes étant habillées de la m{Photo 3 de Le Maitre du taekwondo} ême manière, il est difficile de savoir qui appartient à quel groupe, mises à part les deux cheftaines qui se sont présentées et défiées avant que la curée ne commence. Cependant, si le début de l'affrontement est assez classique, avec prises et coups d'arts martiaux (ici le taekwondo), accompagnés des traditionnels bruitages exagérés propres aux productions Golden Harvest et Shaw Brothers, les combats basculent très vite dans une autre dimension, la foire d'empoigne. Les pratiquantes abandonnent rapidement toute retenue, se tirant les cheveux, se mordant, se jetant violemment dans la boue (ce qui ravira tout amateur de combat féminin) et se déchirant le komino, offrant ainsi quelques visions de poitrines dénudées, assez surprenantes dans le cadre de ce genre de film et pour un John Woo en général on ne peut plus retenu.

D'ailleurs, le film fera hurler les féministes car le scénario (écrit par John Wo{Photo 4 de Le Maitre du taekwondo} o) offre un vrai démarquage entre les hommes et les femmes, pourtant tous membres d'une école de combat. Les hommes sont présentés comme courageux, dignes, se battant avec honneur et en respectant les codes. Les femmes, quant à elles, semblent n'être que manipulatrices ou manipulées, ne pensant qu'à se crêper le chignon, que ce soit sous la douche ou dans les bois. Il est, pour elles, tellement inconcevable qu'elles affrontent un homme que l'arrivée d'un maître masculin de taekwondo sur le champ de bataille ouvrant le film fera immédiatement cesser toute hostilité. De même, seule la grande méchante du film osera combattre un homme. Sorti de ce contexte, qui fera sourire ou hurler de colère selon la manière dont on aborde l'histoire, le film reste très plaisant. Outre les bruitages, on retrouve évidemment les autres tics propres à ces productions, comme ce magnifique ciel peint servant d'extérieur ou ces morts exagérées au possible, les protagonistes se crispant violemment avant de se figer pour de bon. Les héros sont très gentils, les méchants très méchants, et le film valorise l'honneur et l'esprit des arts martiaux, ainsi que l'amitié virile. Les acteurs sont charismatiques et les combats, très nombreux, se révèlent plutôt bons.

Au final, le métrage permet de découvrir une œuvre de jeunesse du réalisateur (où il utilise des pigeons à la place des colombes qu'il aimera symboliquement placer dans ses autres films). Et, si ce film ne peut espérer se placer aux côtés des meilleurs métrages de John Woo, il est toujours intéressant de découvrir comment a commencé un metteur en scène. De plus, ce LE MAÎTRE DU TAEKWONDO est un très sympathique film d'arts martiaux qui plaira aux amateurs du genre, malgré quelques scènes humoristiques un peu embarrassantes mais fort heureusement assez peu nombreuses.

Yannik Vanesse
31/08/2011
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
John Woo - 2 Classiques De Cinéma D'arts Martiaux DVD Zone 2 35 €
Vous aimez Le Maitre du taekwondo ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette John Woo - 2 classiques de cinéma d'arts martiaux - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    35€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €