Le Pirate

The Pirate


ORIGINE
Honk-Kong
Le Pirate Affiche

ANNEE
1973
REALISATION

Chang Cheh
Pao Hsueh-li
Wu Ma

INTERPRETES
Ti Lung
David Chiang
Tien Ching
Yu Feng
Liu Kang
AUTEUR DE L'ARTICLE: Jérôme Pottier
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Le Doux Parfum D'Eros
Journal Erotique D'Une Infirmière
Les Etrangleurs De Bombay
L’Empreinte Du Dragon Rouge
The Devil-Ship Pirates
Dawn of the Dead
Evil Dead
Le Dernier Face à Face
Les Frissons de l’Angoisse
Rambo

Critique Le Pirate
{Photo 1 de Le Pirate} En 1973, Chang Cheh, plus prolifique que jamais, réalise six films, dont l'excellent FRERES DE SANG. On comprend aisément que, lorsqu'il doit s'atteler, cette année là, à la mise en scène d'un long métrage de piraterie spectaculaire, il décide de se faire aider par deux de ses collaborateurs habituels, Pao Hsueh-li et Wu Ma. Le second prend en charge les scènes maritimes tandis que le premier continue d'occuper le poste d'assistant qui était déjà le sien sur LE JUSTICIER DE SHANGAÏ et LA LEGENDE DU LAC (1972). Les trois réalisateurs nous content l'histoire légendaire de Chang Pao-chai que les chinois appellent LE PIRATE. Un Robin des bois des mers qui a réellement sévi dans la Chine ancestrale.

Chang Pao-chai est le capitaine d'un vaisse{Photo 2 de Le Pirate} au pirate contraint d'accoster pour cause d'avaries. Ce dernier, accompagné de son fidèle bras droit, se rend sur la terre ferme. Il est alors confronté à un tyran local ainsi qu'à un autre pirate, une vieille connaissance surnommée Double Sabre. Chang Pao-chai, devant la détresse du peuple, amorce une rédemption spectaculaire...

Un capitaine et son second dont l'amitié virile est éclatante (il faut entendre les pirates s'extasier sur la beauté de Chang Pao-chai), une expiation spectaculaire qui se termine dans un bain de sang, la trahison d'un frère d'arme et la défense du peuple opprimé sont quelques-unes des thématiques développées dans cette production Shaw Brothers très (trop ?) ambitieuse. Chang Cheh se retrouve parfaitement dans ce{Photo 3 de Le Pirate} script qui lui permet de continuer à poser les jalons d'une longue filmographie vouée à la violence et l'homosexualité.

Le beau Ti Lung est Chang Pao-chai, cet interprète hors du commun à la filmographie impressionnante (plus de cent films dont un quart sont des classiques du cinéma d'arts martiaux) déploie ici tout son talent. Celui qui fut le héros, deux ans auparavant, du barbare DUEL SAUVAGE (Chang Cheh), est l'un des interprètes fétiches du maître découvert dans la trilogie du sabreur manchot. En dehors de sa collaboration avec Chang Cheh, il enchaîne les classiques durant les années 70, que ce soit aux côtés de Chu Yuen (LE COMPLOT DES CLANS, LE TIGRE DE JADE-1977) et Chung Sun (LA VENGEANCE DE L'AIGLE DE SHAOLIN-1978). On l'a revu{Photo 4 de Le Pirate} plus récemment, en 1994, dans le rôle savoureux du père de Jackie Chan pour l'excellent DRUNKEN MASTER II (COMBATS DE MAÏTRE) du maître Liu Chia Liang.

L'autre tête d'affiche est David Chiang, un acteur à la filmographie tout autant impressionnante. Il est lui aussi découvert par Chang Cheh avec sa trilogie du sabreur manchot, l'une des plus belles séries de wu xia pan jamais réalisée. Ce que l'on sait moins, c'est que David Chiang fut le réalisateur d'une dizaine de films qui n'ont pas marqué l'histoire du septième art, tel THE ONE-ARMED SWORDSMEN (1976) avec les deux légendes Lo Lieh et Wang Yu.

En plus d'une distribution éclatante, LE PIRATE nous offre, en dépit de séquences maritimes plutôt moyennes, une véritable démonstration de mise en scène. Des plans séquences de toute beauté s'enchaînent jusqu'au final, un pugilat mémorable sur une plage durant lequel les acteurs semblent réellement se rouer de coups. La scène la plus spectaculaire voit son interprète s'exploser la tête dans la coque d'une barque qui se brise sous l'impact. Le tout filmé dans un ralenti des plus esthétiques. Ce raffinement dans le filmage de la violence, doublé d'un scénario truffé de rebondissements, ne suffit pas à masquer un manque évident de moyens. Le nombre de figurants fait parfois pale figure et dessert ce long métrage qui avait tout pour devenir un classique. Malgré tout, LE PIRATE reste une pelloche d'excellente facture devant laquelle le spectateur ne s'ennuie pas une seule seconde.

Jérôme Pottier
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Le Pirate DVD Zone 2 10 €
Vous aimez Le Pirate ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette LE PIRATE - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    10€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €