Le Retour de Django

Il figlio di Django


ORIGINE
Italie
Le Retour de Django Affiche

ANNEE
1967
REALISATION

Osvaldo Civirani

INTERPRETES
Guy Madison
Gabriele Tinti
Ingrid Schoeller
Daniele Vargas
Critique Le Retour de Django
{Photo 1 de Le Retour de Django} Le fils de Django (Gabriele Tinti) désire découvrir qui a fait assassiner son père dans le dos. Un prêtre (Guy Madison), ex-pistolero et compagnon du défunt, vient lui prêter main forte...

Gabriele Tinti, sans sa future femme Laura Gemser avec qui il tourna nombre de BLACK EMANUELLE, cela n'a rien d'engageant. Sans doute que la splendide indonésienne n'était même pas encore en Italie ! Tinti fait hélas preuve ici d'autant de charisme que dans les films érotiques de Joe d'Amato. C'est à dire aucun, malgré sa belle gueule. On dira ce que l'on voudra, mais davantage encore que d'un talent d'acteur, la classe naturelle était indispensable pour incarner brillamment un anti-héros du western spaghetti. N'est pas Franco Nero (voire Terence Hill ou Anthony{Photo 2 de Le Retour de Django} Steffen) qui veut ! Gabriele Tinti, à la carrière pleine de séries B et Z, ne fut jamais un grand du genre. Il faut dire aussi qu'il s'agit apparemment de son unique western...

Plus intéressant, on trouve à ses côtés Guy Madison, une ancienne vedette du western américain de série B depuis un bon moment reconvertie en Europe. Même si sa réputation n'est pas sans tâches, on ne peut lui enlever cette présence qui fait tant défaut à son collègue Tinti. Madison a quelque chose dans le regard, une façon de se tenir, un professionnalisme évident lorsqu'il campe ce curieux pasteur habile au colt et qui prêche pourtant le pardon. Curieusement, il reprendra un rôle d'homme de Dieu dans LE COLT DU REVEREND de Léon Klimvosky. Hasard ou intérêt personnel ? No{Photo 3 de Le Retour de Django} us retiendrons surtout cependant son rôle de méchant dans 7 WINCHESTERS POUR UN MASSACRE de Enzo Castellari, où il éclipsait sans mal le fade héros dont on l'avait flanqué.

LE RETOUR DE DJANGO n'a évidemment rien à voir avec Django. Il ne s'agit ici, comme souvent, que d'une astuce commerciale - même si l'on a droit à une chouette chanson de Piero Umiliani, intitulée « They called him Django ». On a du mal à imaginer aujourd'hui, alors que le grand public gavé de superproductions américaines l'a complètement oublié, à quel point DJANGO eut du succès dans les années 60. Son nom était garant de recettes pour les producteurs italiens. Et même quand le titre original ne l'évoquait pas, les adaptateurs étrangers s'empressaient de le faire ! De même, l{Photo 4 de Le Retour de Django} 'irrespect systématique de tout droit d'auteur dans le cinéma-bis peut surprendre. Il témoignait d'une liberté (discutable, sans doute) impensable de nos jours, sauf peut-être dans certains pays en voie de développement.

Après ce « Fils de Django », Osvaldo Civirani, grand photographe à la carrière bis cependant peu excitante, récidiva plus tard avec... LES DEUX FILS DE TRINITA ! Un spécialiste des histoires de famille, donc.

Le vrai problème du RETOUR DE DJANGO, pas plus mal fait qu'un autre, réside dans son scénario absolument bateau et sans surprises. La vengeance n'y est jamais prenante et l'effet cathartique attendu est bafoué par une fin gentillette et moraliste. Et oui, les conseils du prêtre ont hélas portés !

A part la musique agréable d'Umiliani, parfois inadéquate, il n'y a quasiment rien à sauver dans ce minuscule western. Le pire étant encore, à part son extrême fadeur globale, une insupportable chanson de saloon. Signalons juste, par acquis de conscience et par honnêteté, un bon passage à tabac en pleine rue, plus long qu'à l'habitude. Le shérif trouillard se planque dans son bureau par peur d'intervenir ! Les représentants officiels de la loi n'eurent que rarement le beau rôle dans le western à l'italienne. Il fallut attendre le polar et ses super-flics incorruptibles pour que cela change.

Soyons francs : si le même film avait été tourné dix ans plus tard, avec Laura Gemser dans les scènes lascives et sensuelles dont elle avait le secret, eh bien il aurait pu être sauvé.

Patryck Ficini
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
AUTEUR DE L'ARTICLE: Patryck Ficini
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Wake the Dead
L'Ombre Noire
Le Cabinet du Diable
Les Prédateurs de l'Ombre
Pont-Saint-Esprit, les cercles de l'enfer
Django
Frayeurs
Goldfinger
Keoma
L’Au-delà


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Fahr Zur Hölle Django DVD Zone 2 21 €
Vous aimez Le Retour de Django ?
Tags du film
Western Spaghetti
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Fahr zur Hölle Django - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    21€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €