Les garçons sauvages


ORIGINE
France
Les garçons sauvages Affiche

ANNEE
2017
REALISATION

Bertrand Mandico

INTERPRETES
Pauline Lorillard
Sam Louwyck
Elina Löwensohn
Vimala Pons
Nathalie Richard
Diane Rouxel
Anaël Snoek
Mathilde Warnier
AUTEUR DE L'ARTICLE: Philippe Delvaux
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
L'emprise des ténèbres
Tokyo Vampire hotel
Ni juge, ni soumise
Ugly nasty people
Le démon de Laplace
Conan le Barbare
C’est Arrivé Près De Chez Vous
Marquis
Princesse Mononoke
Sacré Graal

Critique Les garçons sauvages
{Photo 1 de Les garçons sauvages} Pour avoir tué leur professeur de français, cinq adolescents de mauvaise vie sont envoyés sur un bateau, pour y être rééduqués à la dure par le « capitaine ». Abordant une île qui pue l'huitre, ils errent dans une végétation aussi luxuriante que luxurieuse, dégustent des fruits poilus, s'engluent dans de visqueuses substances ... et voient leur corps changer.

Bon, on a brossé l'histoire en quelques lignes, mais ce n'est pas essentiel : LES GARÇONS SAUVAGES ne peut se résumer à son intrigue.

On se situe dans un cinéma de poésie pure. De celui qui réinsuffle magie et sens à un exotisme tropical qui s'était figé dans des archétypes galvaudés.

Les garçons sauvages est un film transgenre, à deux niveaux.

Transgenre cinématographiquement tout d'abord, en ce qu'il navigue en bordure de plusieurs cinémas : aventure, poésie, coming of age... Mandico déploie un univers animiste hyper sexué (la mer, l'île, les plantes, tout réfère au féminin ou au masculin, tout renvoie au sexe)

Transgenre thématiquement ensuite, puisqu'il aborde la question du genre aussi bien frontalement que par le{Photo 2 de Les garçons sauvages} biais d'échappées oniriques et qui inscrit sa réflexion jusque dans le choix de son casting (on ne vous en dira pas plus, réservez-vous en la surprise).

Le film adapte le roman « Les Garçons sauvages - Un livre des morts » de l'écrivain américain William Burroughs (1971). De manière assez relâchée cependant (à vrai dire, on ne voit de toute manière pas comment adapter « fidèlement » une « narration » de William Burroughs), le roman se voulant d'anticipation.

LES GARÇONS SAUVAGES s'offrent également comme un prolongement du QUERELLE de Fassbinder (ou même du clip-hommage « CARGO DE NUIT » d'Axel Bauer), adapté de « Querelle de Brest » de Jean Genet. A l'homosexualité du dernier répond la transsexualité du premier.

Avec ces enfants meurtriers rééduqués à la dure, dans une atmosphère homo-érotisée, on s'approche en effet des côtes fréquentées par Jean Genet auquel le film fait plus que renvoyer. Le titre du précédent film de Mandico, NOTRE DAMES DES HORMONES, n'est d'ailleurs pas sans évoquer le premier roman homonyme de Jean Genet : « Notre dame des fleurs ». Et quand on voit le{Photo 3 de Les garçons sauvages} rôle joué par les fleurs dans LES GARÇONS SAUVAGES... Coïncidence, les fruits des garçons sauvages, et plus encore la « chose » de NOTRE DAME DES HORMONES, sont fort proches des motifs et icones déployées par le David Cronenberg (le parasite « sexuel » de FRISSONS, la transformation dans LA MOUCHE, l'identité sexuelle dans M BUTTERFLY) qui lui aussi finira par frayer frontalement avec Burroughs dans LE FESTIN NU. Et puis, la thérapie de THE BROOD ou bien plus tard celle de A DANGEROUS METHOD ne résonne-t-elle pas avec la figure du père-thérapeute du capitaine dans LES GARÇONS SAUVAGES ?

On retrouve dans LES GARÇONS SAUVAGES l'univers déjà déployé dans NOTRE DAME DES HORMONES : végétations luxuriante, pilosité (sur les fruits ou la voile du premier et la « chose » du second), sexualité exacerbée et suintant par tous les pores, conflits des protagonistes...

Tant par sa photographie à la colorimétrie irisée et chatoyante que par ses situations étranges et oniriques, LES GARÇONS SAUVAGES plaira à tous les afficionados de Guy Maddin. Certes, les univers ou les préoccupations divergen{Photo 4 de Les garçons sauvages} t, mais leur singularité les rapproche et on ne peut s'empêcher d'y voir un certain cousinage. On irait même jusqu'à vous conseiller de jeter un œil dans la foulée à ces autres ovnis, à l'univers très travaillés, que sont THE MARIAGE OF REASON AND SQUALOR (romance à l'eau de rose infusée au champi hallucinogène), SWISS ARMY MAN (un voyage philosophique vers l'acceptation) et MAX ET LES MAXIMONSTRES (au lieu du passage des genres, c'est le cheminement vers la maturité dont il est question). Chacun d'entre eux est singulier, unique, mais tous ont en commun une audacieuse recherche artistique en marge de l'imagerie commercialement établie. LE TRESOR DES ILES CHIENNES de F.J. Ossang ferait partie de cette famille très élargie.

Ce qui nous ramène à l'Etrange festival 2017 où LES GARÇONS SAUVAGES a été lancé devant une salle comble. Le festival y programmait également 9 DOIGTS... de F.J. Ossang. De même que d'autres films qui entrent en résonnance avec LES GARÇONS SAUVAGES : le porno arty FLUIDØ et le manifeste féministe du réalisateur gay Bruce Labruce, THE MISANDRIST. On s'en voudrait de ne pas citer les autres films traitant de l'identité de genre : 30 YEARS OF ADONIS et évidemment l'incontournable LEZARD NOIR. Cet ensemble forme un corpus cohérent qui aurait pu être regroupé thématiquement par l'Etrange. La question du genre semble intéresser les cinéastes de la frange, ceux qui cherchent à réinventer la production des images. C'est en tous cas clairement le cas pour Mandico ou pour Shu Lea Cheang, réalisatrice de FLUIDØ qui a inscrit son film en marge tant du porno que de l'arthouse, positionnement commercialement inconfortable. En tous cas, FLUIDØ ou LES GARÇONS SAUVAGES : feront les délice de l'urophile, entre les nombreux concours de pisseurs du premier et la miction délivrant d'une chrysalide visqueuse du second, l'urine s'exhibe comme marqueur ... ou passeur d'identité genrée.

Après présentation à l'Etrange Festival 2017, LES GARÇONS SAUVAGES aura fait l'ouverture du LUFF. En Belgique, il a été sélectionné au Festival de Gand ... et au festival gay-lesbien-transgenre « Pink Screens ». Sa sortie en salles française est prévue pour février 2018.

Philippe Delvaux
08/11/2017
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
Vous aimez Les garçons sauvages ?
Trailer Les garçons sauvages
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €