Les héroïnes du mal

Immoral women
Tre donne immorali ?
tres mujeres inmorales


ORIGINE
France
Les héroïnes du mal Affiche

ANNEE
1979
REALISATION

Walerian Borowczyk

INTERPRETES
Marina Pierro
Gaëlle Legrand
Pascale Christophe
François Guétary
Jean-Claude Dreyfus
Jean Martinelli
Pierre Benedetti
Philippe Desboeuf
Noël Simsolo
Roger Lefrere
Gérard Falconetti
Hassane Fall
France Rumilly
Yves Gourvil
Lisbeth Arno
Critique Les héroïnes du mal
{Photo 1 de Les héroïnes du mal} LES HÉROÏNES DU MAL est constitué de trois sketchs. Le premier retrace la période romaine de la courte vie du peintre Raphaël dans la Rome du 16e siècle. Il se lie d'amour à une boulangère, surnommée La Fornarina, dont le coeur balance, au gré de ses intérêts, entre son célèbre Pygmalion et un banquier lubrique. Le second nous propulse dans la bourgeoisie du début du 20e siècle quand une jeune adolescente, un peu trop attachée à son lapin de compagnie, se venge de la décision de ses parents de la séparer de son animal. Enfin, le dernier voit une riche bourgeoise enlevée pour l'obtention d'une rançon et n'espérer son salut que de son chien.

Les œuvres ramassées, Borowczyk en est coutumier. Avant de passer aux longs métrages, le bonhomme avait déjà derrière lui une première carrière dans le court, essentiellement d'animation. Et même quand il se redéfinit triplement (dans le long, le « live » et l'érotisme), il const{Photo 2 de Les héroïnes du mal} elle encore cette seconde partie de carrière de formes brèves : LES HÉROÏNES DU MAL bien sûr mais aussi LES CONTES IMMORAUX, sa participation à COLLECTIONS PRIVÉES, et enfin les quatre épisodes tournés pour la SÉRIE ROSE.

Quand après LE THÉÂTRE DE M ET MME KABAL, Borowczyk délaisse l'animation, c'est pour se plonger assez rapidement dans le genre érotique alors en pleine explosion, genre qu'il ne quittera presque plus et dont il incarnera un pan plus « intellectuel », à l'instar des films réalisés par le « pape » du nouveau roman, Alain Robbe-Grillet.

Si ce dernier est donc à la fois directement romancier et cinéaste, Borowczyk tire quant à lui régulièrement son inspiration d'écrivains : on lui doit par exemple une adaptation de l'Art d'aimer (Ovide). Mais son nom restera indubitablement attaché à l'œuvre d'André Pieyre de Mandiargues qu'il transposera régulièrement : CÉRÉMONIES D'AMOUR, LA MARGE (prix Goncourt{Photo 3 de Les héroïnes du mal} en 1967), un sketch des CONTES IMMORAUX (La marée) et un autre dans ces héroïnes qui nous occupent ici. Quoi de plus logique : André Pieyre de Mandiargues était féru d'érotisme et collectionnait les objets anciens en relation avec les plaisirs sexuels. En 1973, Borowczyk consacre d'ailleurs à cette collection un court métrage : UNE COLLECTION PARTICULIÈRE.

Pour l'anecdote, nos deux compères tournent autour du succès d'Emmanuelle : le premier rôle de Sylvia Krystel dans LA MARGE fit aussitôt retitrer ce dernier par son distributeur allemand en EMMANUELLE '77. Borowcyk tournera aussi en 1979 un des segments de COLLECTIONS PRIVÉES, dont un autre est à la fois signé Just Jaeckin - réalisateur d'EMMANUELLE - et joué par Laura Gemser (les « Black Emanuelle »). Enfin, Borowczyk en fin de carrière tournera encore EMMANUELLE 5. André Pieyre de Mandiargues, quant à lui, a préfacé l'édition originale du roman Emmanuelle, paru chez{Photo 4 de Les héroïnes du mal} Jean-Jacques Pauvert.

Au casting des HÉROÏNES DU MAL, on retrouve Marina Piero, une habituée de Borowczyk, mais qui n'a pas tourné grand-chose en dehors de l'œuvre de notre érotomane. Les premiers rôles des deux autres sketchs n'ont pas brillé par la suite, même si on a vu Gaëlle Legrand, qui débutait alors sa carrière, dans quelques succès français des années '80.

On s'amuse de la différence de perception entre pays via le titre : si la France ose accoler au mal le terme « héroïnes », les pays anglo-saxons pointent d'un doigt accusateur les IMMORAL WOMEN. L'Italie prend une voie médiane plus détournée : TRE DONNE IMMORALI ? semble référer au titre anglo-saxon avant qu'un malicieux point d'interrogation n'en prenne le contre-pied.

Quant au film lui-même, on retrouve la photographie cotonneuse du réalisateur, assez proche de celle de David Hamilton. Le premier sketch est le plus long. C'est aussi lui qui donne une des affiches d'exploitation, laquelle reproduit les célèbres « Trois grâces », auquel le film fait écho de manière détournée puisque ici les héroïnes sont celles du « mal ». D'autres affiches évoqueront le second segment dans la célèbre séquence voyant Marceline approcher le lapin de son sexe. On retrouve le fantasme de la bestialité déjà au cœur de LA BÊTE. L'ensemble se suit sans déplaisir, mais sans non plus passionner. Le cinéma de Borowczyk est toujours intéressant, mais n'a jamais vraiment produit de chefs d'œuvre résistants à l'usure du temps. A ce titre, le troisième segment nous semble assez faible, tant dans son interprétation que dans ses intentions ou sa mise en scène.

LES HEROINES DU MAL est à conseiller aux amateurs de Borowcyk ou aux érotomanes désireux de sortir des sentiers battus du micro budget à la française mais laissera sans doute indifférent une bonne partie du public contemporain.

Philippe Delvaux
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
AUTEUR DE L'ARTICLE: Philippe Delvaux
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Charley-Le-Borgne
Caligula, la véritable histoire
Poésie sans fin
The tenants downstairs
Antiporno
Conan le Barbare
C’est Arrivé Près De Chez Vous
Marquis
Princesse Mononoke
Sacré Graal


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Les Héroïnes Du Mal DVD Toutes zones 20 €
Vous aimez Les héroïnes du mal ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Les Héroïnes du Mal - DVD  Toutes zones
    DVD Toutes zones
    20€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €