Lethal Force


ORIGINE
USA
Lethal Force Affiche

ANNEE
2002
REALISATION

Alvin D. Ecarma

INTERPRETES
Frank Prather
Cash Flagg Jr
Patricia Williams
AUTEUR DE L'ARTICLE: Frédéric Pizzoferrato
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Le Virginien - Saison 4 - volume 1
Body girls
Let's get physical
Cheeseburger Film Sandwich
3 pistolets contre César
Edward aux Mains d’Argent
Evil Dead
Le Seigneur des Anneaux
Rocky Horror Picture Show
The Killer

Critique Lethal Force
{Photo 1 de Lethal Force} La sortie de GRINDHOUSE semble avoir donné un coup de projecteur sur tout un pan obscur du cinéma mais, bien avant Tarantino, d'autres cinéastes semblaient tout aussi obsédés par la série B, l'exploitation et les films de genre, quels qu'ils soient. Alvin D. Ecarma est de ceux là et LETHAL FORCE est son hommage, distancié, parodique mais respectueux du cinéma d'action hongkongais des années 80. Mais aussi à la blaxploitation, aux slashers, aux Westerns spaghetti, au gore, au rape and revenge et au cinéma bis dans son ensemble.

Réalisé de manière amateur avec un budget de misère, LETHAL FORCE raconte comment Jack le tueur à gages va être amené à trahir son partenaire Savitch (grands moments de clichés et suggestions homo érotiques au program{Photo 2 de Lethal Force} me!) pour sauver son jeune fils kidnappé par le génie du crime, le maléfique Mal (ça ne s'invente pas!).

Si l'intrigue n'a aucune importance, Alvin D. Ecarma parvient à donner à son projet une certaine classe en lui évitant de paraître ridicule ou misérable. Bien sûr, il ne faut pas s'attendre à un blockbuster mais, pour une production amateur réalisée avec les moyens du bord (c'est-à-dire aucun!), LETHAL FORCE assure un spectacle tonique et rythmé. Le cinéaste a également l'intelligence de ne pas tirer les choses en longueur et de limiter à 70 minutes un film qui, plus long, aurait sans doute beaucoup perdu de son efficacité au point de devenir indigeste.

Au petit jeu des références, Ecarma possède une culture impressionnante et rivalise{Photo 3 de Lethal Force} sans problème avec Tarantino, jonglant avec la satire et les clins d'oeil. Que ce soit par le biais des dialogues, des images ou de la musique, le cinéaste rend hommage à des titres aussi divers que THE KILLER, CRYING FREEMAN, DRILLER KILLER, INCREDIBLE TORTURE SHOW, ILSA, OPERATION DRAGON, I SPIT ON YOUR GRAVE, COFFY, FASTER PUSSYCAT KILL KILL, etc. Voilà pour les plus facilement identifiables car il doit sans doute y en avoir bien d'autres! Ecarma revisite aussi LE SYNDICAT DU CRIME via une scène totalement décalée parodiant la pause fameuse de Chow Yuen Fat et son billet enflammé. Même le flash-back au Viet-Nam est de la partie (avec une attaque de Ninja incongrue tout droit sortie d'un "2 en 1" de Godfrey Ho), sans oublier des obscurité{Photo 4 de Lethal Force} s comme VIRUS (la séquence du crucifix qui parle) ou un métrage oublié de Andy Milligan...des hommages tellement peu connus que seuls le commentaire audio plein de verve nous permet de les découvrir.

Avec des dialogues hilarants ("Tu aurais du crever quand je t'ai tué!") et une bonne volonté évidente, Ecarma multiplie les séquences de kung fu chorégraphiées avec une énergie qui compense largement le manque d'aptitude des acteurs. Ne pas rater cette séquence où notre héros, en plein grand écart facial à la Van Damme, affronte une méchante n'ayant gardé que son string et son sous-tif! Grand moment aussi lorsque les héros tombent sur une simili-Ilsa en train de torturer au Babyliss une demoiselle manifestement consentante.

Niveau gore, LETHAL FORCE ne lésine pas sur la couleur rouge: corps percés de balles, couteau planté dans la main, tête éclatée, perceuse transperçant un crâne,...Tout se termine par un véritable carnage et une séquence de duel directement puisée dans le patrimoine du western spaghetti.

Ceux qui attendent de LETHAL FORCE un blockbuster ou un film parfaitement maîtrisé en auront évidemment pour leurs frais mais le talent de l'équipe est évident et l'entreprise apparaît incroyablement sympathique. Comme pour nombre de films Troma, qui semblent une autre référence assumée, LETHAL FORCE est certes maladroit et fauché mais sa bonne humeur, ses combats de kung-fu décomplexés, ses excès gore et son rythme alerte en font une vision conseillée pour tous les fans de bis!

Frédéric Pizzoferrato
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Lethal Force DVD Zone 1 29.25 €
Vous aimez Lethal Force ?
Trailer Lethal Force
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Lethal Force - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    29.25€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €