Living Doll


ORIGINE
USA
Living Doll Affiche

ANNEE
1990
REALISATION

George Dugdale
Peter MacKenzie Litten

INTERPRETES
Mark Jax
Gary Martin
Eartha Kitt
Katie Orgill
AUTEUR DE L'ARTICLE: Raphaël Garcin
SES DERNIERS ARTICLES
La Maison du Docteur Moreau
Super Inframan
Ultraman 2004
Rottweiler
Attack of the Virgin Mummies

Critique Living Doll
Les films traitant de la nécrophilie sont toujours à prendre avec des pincettes. D'un côté on a un sujet qui semble super tabou devant l'horreur factuelle, de l'autre quelques films complètement aseptisés qui ne rendent pas justice au thème fortement dérangeant. Living Doll permet-il de toucher ce qui a toujours été soigneusement évité ?

C'est l'histoire du mystérieux Howard, étudiant en médecine, plus particulièrement en autopsie. Il a plutôt une existence de chiotte : il est seul, son unique ami fait des blagues pourries et étale sa vie sexuelle là où le brave Howard n'estbon qu'à endoffer des tartes aux prunes, son patron est un con, son seul contact en dehors de ça est sa proprio qui est tout le temps sur son dos. Mais Howard est amoureux de Christine, une belle fleuriste qui bosse dans l'hosto où il étudie. Un soir la belle Christine est dans un bar avec son homme, et comme toutes les filles bien, elle sort avec un vrai connard (pourquoi c'est toujours comme ça ?). Le lendemain, Howard retrouve Christine sur son lieu de travail comme sujet d'autopsie. Que s'est-il passé ? Howard s'en fout, il vole le corps pour le planquer chez lui et commencer une relation amoureuse avec un cadavre. Ils se marient et passent leurs journées devant la télé. Plutôt apathique comme couple. Howard découvre par hasard que le connard qu'elle se tapait y est pour quelque chose dans sa mort. Notre héros veut alors rendre justice pour sa belle défunte...

Ce film est mitigé. D'un côté il y une ambiance sinistre entre les décors glauques (tout se passe chez Howard ou à la morgue), le jeu de Mark Jax qui sait restituer une ambiguïté mentale progressant vers la démence. L'essentiel du film repose sur ses épaules et il s'en tire plutôt bien. Le cadavre en décomposition de Christine est très bien rendu. Le film joue la carte de la dégénération mentale, avec une bonne dose de mélodrame. La différence entre romantisme et pathologie nécrophilique est définitivement étroite. Alors pourquoi le film paraît-il aussi ennuyeux ? Voilà qui aurait pu être un très bon moyen métrage si le réalisateur n'avait voulu en faire un long. Résultat : de nombreuses scènes analogues se répètent avec une lenteur un peu irritante. Il y a quelque chose de mou dans la réalisation, et cela gâche grandement le film. La moitié aurait pu allégrement être amputée pour ne conserver que l'essentiel. Au lieu de ça, la qualité se perd au milieu du superflu. Cela reste cependant un film correct sur un sujet sensible. Il est cependant surprenant qu'Howard ne connaisse pas les rudiments de la nécrophile. S'il voulait ralentir la décomposition, il aurait dû garder le corps dans un endroit froid et le tremper dans de l'eau tiède pour le réchauffer avant utilisation... hum... hein quoi ? Non j'ai rien dit (merci pour tes précieux conseils Howard, je vais enfin pouvoir coucher avec des filles... « Dead Girls don't say no ! »).

Raphaël Garcin
22/12/2009
Cet article est paru dans Sueurs Froides n°26
Cliquer ici pour télécharger ce numéro
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Living Doll DVD Toutes zones 32.50 €
Vous aimez Living Doll ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Living Doll - DVD  Toutes zones
    DVD Toutes zones
    32.50€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €