Luis avec les Brigades Rouges

Luis 2


ORIGINE
France
Luis avec les Brigades Rouges Affiche

LITTÉRATURE
ANNEE
1981
AUTEUR

Mauge Roger

Critique Littéraire Luis avec les Brigades Rouges
Luis, qui a commencé ses aventures avec LA SARBACANE, est un drôle de révolutionnaire brésilien, très à gauche, un peu beaucoup terroriste sur les bords, assisté par le KGB et flanqué de sa geisha personnelle. Curieusement, à partir de LUIS CONTRE LA REINE D'ANGLETERRE (qui semble délirant), c'est Gérard de Villiers qui a publié ce héros assez étonnant de Roger Mauge.

Dans LUIS AVEC LES BRIGADES ROUGES, Roger Mauge nous plonge dans les Années de Plomb italiennes, terriblement sanglantes et endeuillées. Luis, milliardaire séducteur, y épouse (apparemment) la cause des Brigades Rouges qui seraient en fait dirigées par un vieux fasciste désireux de redonner un pouvoir autoritaire à l'Italie républicaine. La stratégie de la tension, comme on disait alors. Telle est du moins la thèse de Roger Mauge. C'est évidemment pour déboulonner ce mystérieux personnage que Luis décide de kidnapper le chef de la police, le seul qui a réussi jusque-là à marquer des points contre les terroristes en leur infligeant des pertes sévères. L'idée serait de le livrer ensuite aux troupes d' « Il Vecchio » (le nostalgique de Mussolini). Evidemment, tout cela cache quelque chose, Luis a une idée en tête. Il Vecchio représente tout ce qu'il déteste.

Le fier général de la police a un point faible : ses rendez-vous réguliers avec une superbe prostituée de luxe (choisie sur hologramme dans un bordel high tech). Un très beau personnage d'ailleurs que cette femme qui bosse pour faire la fortune de sa petite fille. Un cliché ? peut-être !

L'atout de Luis ? L'un de ses « companeros » n'est autre quele sosie quasi parfait du général ! Bien sûr qu'un tel coup de chance est tiré par les cheveux, mais cette réserve mise à part, inutile de bouder son plaisir. Le roman est bien construit et surtout bien écrit. Nous sommes là en présence d'un roman de gare haut de gamme.

Luis, plein aux as mais le cœur à gauche intéresse, car c'est un personnage complexe. Celui du général est tout aussi réussi. Lorsqu'il est enlevé (excellente mise en scène d'ailleurs), il se retrouve dans une maison traditionnelle japonaise, apparemment au Japon ! On le force à faire l'amour comme un chien à sa prostituée favorite (en fait complice des révolutionnaires), en le filmant bien sûr. Juste pour un peu d'eau. Le but est de l'humilier pour le mettre en condition de céder aux propositions machiavéliques de Luis.

Il semble délicat de dire qui est le bon, qui est le méchant dans ce roman atypique. Luis ? Il est prêt à tout pour parvenir à ses fins (à terme unir les révolutionnaires de tous les pays !) Le général ? Peut-être. Pas le chef occulte des Brigades Rouges en tout cas. Un vieillard qui a de la ressource : il n'y a qu'à voir la façon dont il assassine son second, un ex collabo qui avait manqué de le faire exploser dans sa voiture. Les loups se dévorent entre eux.

LUIS AVEC LES BRIGADES ROUGES met parfois mal à l'aise par les choix radicaux voire amoraux de son héros même s'il agit par idéal (il serait sûrement un méchant dans un roman qui ne ferait pas partie de sa série personnelle), mais Roger Mauge passionne, car il sait écrire. Gérard De Villiers a eu le nez fin en lui proposant de faire de LA SARBACANE une série. Peut-être, en vieux renard, pour flatter un lectorat qui n'aurait jamais lu SAS, en pleine mode du "néo-polar" engagé. Difficile cependant de dire la part de sincérité et de calcul chez l'auteur de l'entreprise Luis. Notons pour finir que les descriptions de décors, les scènes de sexe (à trois, souvent) et d'action (poursuite en bagnole, explosion d'hélico sur le toit de la demeure luxueuse de Luis) sont très largement au-dessus du tout venant des éditions dirigées par Gérard de Villiers. Et même supérieures aux œuvres du « Maître » du pornoespionnage, d'ailleurs pas forcément réputé pour ses qualités d'écriture. Même si elles ne sont pas l'attrait majeur du roman de Mauge, à l'atmosphère plutôt saisissante, ces scènes marquent l'esprit.

Patryck Ficini
08/10/2014
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Chroniques Infernales
AUTEUR DE L'ARTICLE: Patryck Ficini
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Trois autres Romans Erotiques de la Brigandine
Massacre à Odessa
Heca-Tomb
Johnny Metal et le Dé de Jade
Wake the Dead
Django
Frayeurs
Goldfinger
Keoma
L’Au-delà

Vous aimez Luis avec les Brigades Rouges ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €