Maciste en enfer

Maciste all'Inferno


ORIGINE
Italie
Maciste en enfer Affiche

ANNEE
1962
REALISATION

Riccardo Freda

INTERPRETES
Kirk Morris
Hélène Chanel
Vira Silenti
AUTEUR DE L'ARTICLE: Alexandre Lecouffe
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
L'espion qui venait du surgelé
Le prix du danger
Glissements progressifs du plaisir
Le manoir de la terreur
Barbe-Bleue
La Horde Sauvage
Les Yeux Sans Visage
Mad Max
Suspiria
Zu Les Guerruers De La Montagne Magique

Critique Maciste en enfer
{Photo 1 de Maciste en enfer} Figure emblématique du cinéma d'aventure italien, Maciste apparaît dès l'époque du muet, notamment dans un MACISTE EN ENFER datant de 1926 et signé Guido Brignone. Doté d'une force surhumaine, défenseur acharné de la veuve et de l'orphelin, Maciste est un « homme du peuple » qui surgit généralement de nulle part, traverse les époques (de l'Antiquité au 19ème siècle) et les continents pour faire triompher le Bien. Ce véritable don d'ubiquité peut être vérifié à travers quelques titres de ses aventures rocambolesques : MACISTE CONTRE LE FANTOME (Giacomo Gentilomo, 1961), MACISTE CONTRE ZORRO (Umberto Lenzi, 1963), MACISTE CONTRE LES MONGOLS (Domenico Paolella, 1963)... Le grand réalisateur Riccardo Freda, après s'être spécialisé dans les films en costumes (THEODORA, IMPERATRICE DE BYZANCE, 1953) puis dans l'épouvante (LES VAMPIRES, 1956, diamant gothique qui a lancé le genre en Italie) s'est ensuite essayé au péplum (LE GEANT DE THESS{Photo 2 de Maciste en enfer} ALIE, 1960). MACISTE EN ENFER est en fait sa seconde rencontre avec le héros musclé après LE GEANT A LA COUR DE KUBLAI KHAN tourné l'année précédente dans lequel Maciste poussait le peuple chinois à se défaire du joug du cruel chef Mongol. Abandonnant toute forme de classicisme, Riccardo Freda allait avec MACISTE EN ENFER livrer un véritable film-somme empruntant des éléments aux différents genres dans lesquels il avait œuvré jusque là.

Au début du 17ème siècle en Ecosse, Martha Grant, accusée d'être une sorcière, est condamnée au bûcher ; avant de périr, elle profère une malédiction à l'encontre du village. Un siècle plus tard, des scènes d'hystérie collective se multiplient près de l'arbre où la sorcière a péri alors qu'une descendante de celle-ci vient s'installer dans le village avec son époux. La jeune femme est rapidement emprisonnée et promise au bûcher à son tour, la malédiction de la sorcière poussant les villageo{Photo 3 de Maciste en enfer} is à croire qu'elle est elle aussi une adepte de Satan. Convaincu de son innocence, le Bourgmestre décide d'envoyer le valeureux Maciste aux Enfers afin qu'il y trouve l'âme damnée de la sorcière et mette fin à la malédiction.

La première surprise de ce MACISTE EN ENFER tient au fait qu'il développe sur près d'un tiers de sa longueur une structure de film d'épouvante gothique où la malédiction d'une sorcière est le point de départ d'événements surnaturels et d'un climat inquiétant où les peurs collectives sont prépondérantes. Après une séquence d'ouverture qui rappelle un peu celle du MASQUE DU DEMON (1960) de Mario Bava, Riccardo Freda compose une série de tableaux aux images évocatrices que ce soit dans la façon d'éclairer de teintes vertes irréelles l'intérieur d'une auberge où sont réfugiés les villageois apeurés ou de filmer l'arrivée nocturne et silencieuse d'une diligence et dans son axe, à l'arrière-plan, un imposant et m{Photo 4 de Maciste en enfer} enaçant château. Cette première partie du film, à la fois réaliste (le contexte historique est celui de l'Inquisition) et fantastique (la jeune femme accusée d'être une sorcière voit la Bible qu'elle vient de toucher prendre feu) se termine à l'arrivée de Maciste (à cheval et vêtu d'un simple pagne). Sauvant la jeune héroïne du lynchage, il déracine ensuite l'arbre maudit, ouvre ainsi une porte de l'enfer et fait entrer le film dans une dimension purement féerique. La représentation du monde souterrain proposée par Riccardo Freda est en effet assez inhabituelle car elle associe à une imagerie chrétienne des éléments de la mythologie grecque : on y voit des damnés torturés par des démons, des flammes infernales dévorant leurs victimes mais on y croise également Prométhée enchaîné à son rocher ou des hommes oiseaux. La présence dans ce lieu de la sorcière (qui a le pouvoir de rajeunir et d'apparaître sous des traits charmants pour séduire Maciste) et d'un géant belliqueux ajoute à cette vision des enfers des archétypes issus des contes de fées. La réussite visuelle de cet univers pourtant hétéroclite tient au fait que le réalisateur mélange habilement des éléments naturels (la quasi-totalité des scènes sont filmées dans de véritables grottes et cavernes) et artificiels (les magnifiques éclairages où dominent le rouge et le doré) ; elle permet aussi de faire oublier le manque de charisme de son héros. Ce dernier devra se battre tour à tour contre un lion, un serpent, un aigle, des taureaux (!) dans des scènes qui frôlent parfois le ridicule mais n'entament en rien le plaisir de suivre ce récit initiatique qui se double dans sa dernière partie d'une réflexion métaphysique. Plastiquement moins riche et mémorable que celle créée par Mario Bava dans HERCULE CONTRE LES VAMPIRES (1961), la peinture de l'enfer de Riccardo Freda mérite amplement une visite respectueuse.

Alexandre Lecouffe
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Maciste En Enfer + Maciste Dans Les Mines Du Roi Salomon DVD Zone 2 15 €
Vous aimez Maciste en enfer ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Maciste en enfer + Maciste dans les mines du Roi Salomon - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    15€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €