Marquise des Ténèbres

Les Mystères de Londres


ORIGINE
Belgique
Marquise des Ténèbres Affiche

LITTÉRATURE
ANNEE
2012
AUTEUR
Ambre Dubois
Critique Littéraire Marquise des Ténèbres
MARQUISE DES TENEBRES (Le Petit Caveau) ne cache pas un nouvel avatar de l'héroïne d'Anne Golon (après l'italienne Isabella, Duchesse du Diable) popularisée au cinéma par la somptueuse Michèle Mercier dans les années 60. Le contexte victorien de ce nouveau roman de Ambre Dubois abrite ici l'avant-dernier épisode de sa saga vampirique en 4 volumes des SOUPIRS DE LONDRES.

Même si on apprécie cette série, sensuelle et fort bien écrite, on ne peut que se féliciter du choix de l'auteure belge de limiter ainsi le nombre d'épisodes ; un tel choix aurait évité bien des écueils à d'autres séries interminables, quel qu'en soit le sujet. Privilégier la qualité à la quantité, même au détriment du légitime désir de fans insatiables, est un choix aussi courageux qua censé. De plus, Ambre Dubois a prouvé avec l'excellent ABSINTHES ET DEMONS qu'elle pouvait oeuvrer très efficacement sans animer pour autant les aventures de la belle Stella, vampire de son état. LA DAME SOMBRE est d'ailleurs paru récemment.

Comme dans les deux premiers volumes des SOUPIRS DE LONDRES, Stella joue les détectives pour le compte du maître vampire de Londres (un maître aussi séduisant qu'inquiétant qui ne dévoile jamais son jeu). L'enquête policière, qui porte ici sur des meurtres mystérieux, entraînera Stella en Ecosse, très briévement, mais aussi dans un club gay de l'époque (déguisée en garçon !) et, enfin, dans les sombres corridors de la Tour de Londres. Riche en légendes (on peut lire avec intérêt le Dylan Dog I SEI CORVI ; entre autres puisque deux célèbres films ont LA TOUR DE LONDRES pour titre), la Tour de sinistre réputation voit ici son histoire officielle doublée d'une histoire vampirique, absolument passionnante.

L'enquête, si elle met bien une soixantaine de pages à démarrer vraiment, intéresse, tout comme les personnages qu'Ambre Dubois développe intelligemment. On peut citer le beau ténébreux Drake, infiniment moins superficiel qu'il n'y paraît, le détective humain Jerry, au passé douloureux, ou encore le très bon méchant (nous n'en dirons pas plus) de MARQUISE DES TENEBRES, un élément toujours très soigné dans la série.

Pour les fans, Sherlock Holmes revient le temps d'un chapitre, et nous le retrouvons avec plaisir. Fort heureusement, Ambre Dubois ne multiplie pas les hommages et les clins d'oeil et évite ainsi le côté « catalogue » de certaines oeuvres steampunk ou purement victoriennes qui se croient obligées d'afficher tous les héros, méchants et mêmes personnages historiques de leur époque dans leur distribution (et Dieu sait s'ils furent nombreux). Un peu ça va, mais point trop n'en faut.

La série, forte d'intrigues, de secrets bien gardés et de complots (pour l'instant) difficilement compréhensibles, évolue davantage (ou de façon plus évidente) avec cet opus et laisse présager d'un final à la hauteur.

Patryck Ficini
13/02/2012
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Chroniques Infernales
AUTEUR DE L'ARTICLE: Patryck Ficini
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Avant que ça me reprenne
Les Momies de Mexico
Le Complot de la Dernière Aube
L'Enchanteur de Sable
Dracula il Caldo
Django
Frayeurs
Goldfinger
Keoma
L’Au-delà

Vous aimez Marquise des Ténèbres ?
Moteur de recherche