Masters of Horror Saison 2: The V Word


ORIGINE
USA
Masters of Horror Saison 2: The V Word Affiche

ANNEE
2006
REALISATION

Ernest R.Dickerson

INTERPRETES
Branden Nadon
Arjay Smith
Michael Ironside
Jodelle Ferland
AUTEUR DE L'ARTICLE: Chrystelle Cavaglia
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Le Samouraï du Crépuscule
Truck
Prison On Fire 2
Mudori
Shaolin Vs Wu-Tang
Créatures Célestes
Edouard Aux Mains D’argent
Le Labyrinthe De Pan
Totoro
Wolf Creek

Critique Masters of Horror Saison 2: The V Word
{Photo 1 de Masters of Horror Saison 2: The V Word} THE V WORD est un épisode assez sympathique rendant en quelque sorte hommage aux films de zombies et de vampires. En effet, notre créature à l'allure de mort-vivant se nourrit de sang comme les vampires mais à la manière des zombies. Le réalisateur traite le sujet de façon particulière en s'attardant plus sur les étapes de la transformation des gens mordus que sur l'horreur et les atrocités répandues par de tels monstres.

Deux lycéens fondus de jeux vidéos, Justin (qui joue sur sa Psp) et Kerry (qui joue à Doom III sur X-Box 360) sont en manque de sensations fortes. Ils décident alors de se{Photo 2 de Masters of Horror Saison 2: The V Word} rendre au sanatorium où travaille le cousin de Justin pour voir un vrai cadavre, celui d'un de leur camarade de lycée, mort récemment dans un accident de voiture. Mais en arrivant devant le vieux bâtiment, une aura mortuaire se fait lourdement ressentir et le cousin ne répond pas...

Avec un scénario léger, quelque peu insipide et parfois comique, THE V WORD se laisse tout de même regarder. L'intrigue ne va pas chercher bien loin (un lycéen se fait mordre par un vampire sorti de nulle part mais refuse de devenir une horrible créature assoiffée de sang) et on a l'impression qu'il ne se passe p{Photo 3 de Masters of Horror Saison 2: The V Word} as grand-chose. En effet, l'action, servie par une mise en scène linéaire, paraît molle malgré quelques macchabées et un enlèvement.

De plus, le rythme est inégal. La tension et l'ambiance mystérieuse du début, bien rendues par des instants sombres, inquiétants voire pesants, ne durent pas et s'effondrent au bout d'un quart d'heure. Le ton devient même grotesque lors de certains moments qui font plus rire que peur. Enfin, la performances peu convaincante des acteurs (Michael Ironside en vampire « craspec » fait sourire) ne rend pas les personnages attachants ni intéressants. Seule Jodelle Ferland (Sharon dans SILENT HILL) semble donner réellement vie à la petite Lisa.

Les effets gores sont, quant à eux, plutôt bien réussis. On est loin de l'image raffinée du suceur de sang qui plante délicatement ses crocs dans le cou de jolies jeunes filles. Ici, on a affaire à un « gros bourrin » qui arrache la moitié de la gorge de ses victimes. Ainsi, la chair est à vif et le sang gicle, dégouline et coule à flot dans la bouche du vampire. En le voyant agir de la sorte, on croirait un zombie mordant sa proie pour en faire un semblable. Il en va de même pour les proies, une fois mordues elles ressemblent plus à des morts-vivants qu'à des vampires.

THE V WORD reste un gros clin d'œil aux histoires de vampires et de zombies, notamment lors de la dernière scène dans le bus avec le « black » habillé tout en noir jusqu'aux lunettes qui rappelle BLADE. Notons aussi la fameuse réplique de LA NUIT DES MORTS-VIVANTS de Romero : « They're coming to get you, Barbara » qui intervient durant une discussion entre les deux adolescents.

Cliquez ici pour accéder à notre dossier Masters Of Horror Saison 2

Chrystelle Cavaglia
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Masters Of Horror : The V Word DVD Zone 1 16.84 €
Vous aimez Masters of Horror Saison 2: The V Word ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Masters of Horror : The V Word - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    16.84€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €