Masters of Horror Saison 2: Valerie on the Stairs


ORIGINE
USA
Masters of Horror Saison 2: Valerie on the Stairs Affiche

ANNEE
2006
REALISATION

Mick Garris

INTERPRETES
Clare Grant
Tyron Leitso
Christopher Lloyd
AUTEUR DE L'ARTICLE: Michaël Guarné
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Chaw
Tiger Cage 3
Tiger Cage 2
Tiger Cage
Mad Detective
Le Tombeau des Lucioles
Mulholland Drive
Old Boy
Shaun of the Dead
Taxi Driver

Critique Masters of Horror Saison 2: Valerie on t
{Photo 1 de Masters of Horror Saison 2: Valerie on the Stairs} Créateur de la série, Mick Garris avait opté pour un épisode plus humoristique qu'horrifique lors de la saison 1 avec CHOCOLATE. En réalisant VALERIE ON THE STAIRS, il tente tant bien que mal d'inverser la donne en adaptant une vieille histoire de Clive Barker.

Les adeptes de l'écrivain ne seront d'ailleurs certainement pas surpris. Le personnage principal, Rob Harrisey, est un auteur raté qui ne sait pas trop quoi faire de sa vie. Il décide finalement de s'installer quelques temps dans une sorte de pension pour « écrivains non publiés » afin de coucher sur papier sa future œuvre. Nourri et l{Photo 2 de Masters of Horror Saison 2: Valerie on the Stairs} ogé, Rob n'a plus qu'à se focaliser exclusivement sur l'écriture. Une chose qu'il a du mal à faire, une jolie créature nue nommée Valérie apparaissant et disparaissant dans les escaliers de la bâtisse. Une femme dénudée qui se promène à deux pas de sa chambre... Dur pour notre écrivain de se concentrer sur son histoire... D'autant plus que la belle est sous l'emprise d'un démon qui n'est pas prêt à la laisser partir.

Autant le dire tout de suite, l'histoire ne va pas chercher bien loin. Le jeu d'acteur reste dans l'ensemble très médiocre. Le seul à paraître véritablement crédible est peut-être le bo{Photo 3 de Masters of Horror Saison 2: Valerie on the Stairs} n vieux Christopher Lloyd, reconnu notamment pour ses rôles dans LA FAMILLE ADAMS ou la saga RETOUR VERS LE FUTUR. Il incarne ici Everett Neely, auteur en mal de reconnaissance comme le personnage principal, Rob.

Si le ton de VALERIE ON THE STAIRS est plus sombre que celui adopté pour CHOCOLATE, les deux affichent néanmoins certains points communs. Dans l'un comme dans l'autre, nous suivons les mésaventures d'hommes faisant une fixation sur un être a priori intouchable, une femme en l'occurrence. Ils se sentent attirés vers cette dernière, et ce, pas seulement physiquement (Valérie se baladant touj{Photo 4 de Masters of Horror Saison 2: Valerie on the Stairs} ours cul nul, l'aspect érotique est présent sans être au cœur de l'intrigue comme on avait pu l'annoncer).

La bestiole en revanche, censée avoir un appétit sexuel très prononcé envers Valérie, peine à convaincre son monde. Au final, un opus comme RIGHT TO DIE (le 9è épisode de cette 2è saison) s'avère plus érotique que VALERIE ON THE STAIRS ; Julia Anderson, l'héroïne de RIGHT TO DIE, étant filmée de façon plus sensuelle que Clare « je cours à poil dans les escaliers » Grant...

Les effets spéciaux sont, pour leur part, corrects. L'entité diabolique prête à sourire, mais c'est un peu le cas de tous les monstres de la série (la bête mal faite de THE DAMNED THING en tête, sans oublier le diable kitsch de l'épisode de Carpenter : PRO-LIFE).

Nous n'épiloguerons guère plus longtemps sur ce Masters of Horror qui demeure trop conforme au moule de la série pour véritablement accrocher le spectateur. Une pointe d'originalité à la fois dans le scénario et la mise en scène aurait été la bienvenue, comme on a pu le voir avec les épisodes SOUNDS LIKE ou FAMILY par exemple.

Retrouvez notre interview de Mick Garris.

Michaël Guarné
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
Vous aimez Masters of Horror Saison 2: Valerie on the Stairs ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €