Meat


ORIGINE
Hollande
Meat Affiche

ANNEE
2010
REALISATION

Maartje Seyferth
Victor Nieuwenhuijs

INTERPRETES
Titus Muizelaar
Nellie Benner
AUTEUR DE L'ARTICLE: Stéphane Bex
SES DERNIERS ARTICLES
Noires sont les galaxies
Massacre dans le train fantôme
Naked Bullet
La vierge violente
Aka Ana

Critique Meat
{Photo 1 de Meat} Avec MEAT, le couple poursuit sa descente à l'intérieur du désir et d'un monde phantasmatique. Une jeune employée, Roxy (Nellie Benner) est l'objet des attentions de son patron, boucher humilié par sa femme. Lorsque ce dernier est retrouvé égorgé, les films de Roxy, qui enregistre l'intimité de son patron avec sa caméra vidéo, deviennent des pièces à conviction pour l'enquêteur qui partage une ressemblance frappante avec la victime.

Plus complex{Photo 2 de Meat} e que celle de leurs films précédents, la narration de MEAT emprunte la forme post-moderne de l'anneau de Moebius, intrigue retournée sur elle-même en un twist métaphysique, vrillant et bouclant les personnages sur eux-mêmes. Si le film fait songer au LOST HIGHWAY ou au MULHOLLAND DRIVE de Lynch avec la reprise de ses motifs - camera-vidéo dans les mains d'un personnage, la femme fatale inaccessible, personnage dédoublé - c'est moins en fouillant les coulisses d'un genre (le film noir pour Lynch) qu'en tentant de déployer l'éventail d'un cinéma hors-genre et d'en imager la part insensée autant qu'impensée.

On pourrait ainsi désigner l'ensemble des références qui parcourent le film et qui, dans leur hétérogénéité, semblent l'éloigner de toute définition possible : théâtralité et esthétisme de Greenaway - ZOO; LE VENTRE DE L'ARCHITECTE; LE CUISINIER, LE VOLEUR, SA FEMME ET SON AMANT -érotisme macabre du LUNE FROIDE de Bouchitey, tristesse de la sexualité de LA GRANDE BOUFFE de Ferreri; implosion narrative lynchienne de LOST HIGHWAY et MULHOLLAND DRIVE, poétique tarkovskienne, horreur psychologique du SILENCE DES AGNEAUX et found footage de THE BLAIR WITCH PROJECT, le pari du film est risqué de brasser les formes et les esthétiques jusqu'à en brouiller la lecture.

Le film, à côtoyer l'hermétisme, n'y succombe pas pourtant et c'est là ce qui en donne la fragile et tenace beauté, comme celle des toiles d'araignées bâties à la limite de l'invisible. Entre le sordide d'un naturalisme complaisant que semble appeler naturellement ce mélange de viande et de sexualité et l'esthétisme formaliste d'une image livrée à elle-même, le couple s'essaie à une démarche funambule et se tient dans une tension contradictoire à laquelle il a le courage de ne pas donner une issue immédiate.

Stéphane Bex
07/02/2014
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
Vous aimez Meat ?
Trailer Meat
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €