Mon Gamin


ORIGINE
France
Mon Gamin Affiche

LITTÉRATURE
ANNEE
2018
AUTEUR

Voisine Pascal

AUTEUR DE L'ARTICLE: Sophie Schweitzer
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Tuer n'est pas jouer
Under the silver lake
One Body too many
L'Ampoule Hors-série n°2
Winterheim
L'au-delà
Le bon, La brute et le Truand
Les yeux sans visage
Mulholland Drive
Suspiria

Critique Littéraire Mon Gamin
Marc Alder chanteur à succès revient sur les lieux de son enfance pour l'enterrement de Emelyne, sa belle-mère. Ce retour ne sera pas sans remous pour Marc, né Thierry Poivret. Replongeant dans les souvenirs d'une adolescence tumultueuse partagée entre ses premiers émois sexuels provoqués par sa belle-mère et sa fascination pour la musique rock'n'roll qui fera son succès des années plus tard, le jeune Thierry se remémore aussi et surtout Francis, son grand frère attardé mental interné dans l'asile psychiatrique que dirige le père de Thierry.

Premier roman de Pascal Voisine, réalisateur et maintenant auteur de MON GAMIN. Après avoir travaillé pendant8ans dans le milieu psychiatrique, il en tire l'inspiration pour son premier roman où se mêlent tendresse, drame familial, émois adolescents et la passion pour la musique rock'n'roll, avec une pointe d'horreur. Si l'on dit que pour ses premières œuvres on a tendance à y mettre tout ce qu'on aime, alors c'est sans doute vrai pour Mon Gamin.

Découpé en deux timeline, le roman suit donc Marc Alder un artiste à la retraite vivant de son succès musical, qui revient, quarante ans après, sur les lieux de son enfance. Mais très rapidement, on plonge dans le passé, on découvre Thierry Poivret, qui plus tard prendra le nom de Marc Alder. C'est un adolescent éveillé, amoureux de la musique, qui a pour ange gardien un débile léger interné dans l'asile de son père. Un asile où Thierry va effectuer un stage qui va être en partie responsable du drame survenu dans sa vie. Car il y a bien un événement, dramatique, survenu cet été 1977 dont Marc va tenter de se souvenir.

La narration choisie adopte d'abord le point de vue du héros, mais au fur et à mesure, elle épouse le point de vue des différents protagonistes. Évidemment, Francis occupe une part importante dans l'histoire. Il est vraiment passionnant de se plonger dans les pensées de ce personnage atypique, le genre de héros qu'on voit peu. La plongée qu'on fait à travers lui et Thierry dans le milieu psychiatrique est bien loin des clichés habituels. Ici, l'espoir est partout, la croyance en un petit village où les malades mentaux pourraient se balader parmi les habitants, où ils pourraient avoir leurs endroits cachés bien à eux, comme le mur banque, leurs aventures, leurs secrets, mais aussi leurs combats.

Mélange des genres, le roman oscille entre le drame, l'érotisme, mais aussi le thriller avec une enquête bâtie sur des souvenirs, et surtout des témoignages. A la manière d'un RASHOMON de Kurosawa ou plus récemment de DETOUR de Christopher Smith, c'est les différents points de vue qui permettent d'éclairer le lecteur sur la tragédie survenue dans ce petit village. Plus le roman s'avance, plus les certitudes du héros basculent, s'effondrent. Le tout avec un mélange assez fin d'humour et de sérieux.

Le tout est porté par une écriture fluide parsemée de références et d'humour. Le lecteur est immergé immédiatement dans le récit, emporté par la tendresse de Francis, l'esprit éveillé, mais aussi plein d'imagination de Thierry, et des personnages hauts en couleur comme Emelyne, la belle-mère jouant avec les sentiments du héros ou encore Richard l'infirmier charmeur fan d'Elvis servant tout à la fois de mentor et de concurrent sérieux pour Thierry.

Sophie Schweitzer
04/10/2018
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Chroniques Infernales
Vous aimez Mon Gamin ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €