Mumsy, Nanny, Girly & Sonny

Girly


ORIGINE
Angleterre
Mumsy, Nanny, Girly & Sonny Affiche

ANNEE
1970
REALISATION

Freddie Francis

INTERPRETES
Vanessa Howard
Michael Bryant
Ursula Howells
Howard Trevor
Pat Heywood
Imogen Hassall
Critique Mumsy, Nanny, Girly & Sonny
{Photo 1 de Mumsy, Nanny, Girly & Sonny} Dans un vaste château retiré au milieu de la tranquille et verdoyante campagne anglaise, quatre personnes vivent paisiblement... enfin, presque ! C'est un lieu hors du temps, où les lois édictées par les adultes (Mumsy, la mère, et Nanny, la gouvernante) ne sont comparables avec aucun autre pays de ce monde. Mais ces règles font manifestement le bonheur des plus jeunes, Girly et Sonny, respectivement la fille et le fils de Mumsy. Ces adolescents attardés, vêtus d'uniformes de collégiens, semblent être restés figés dans l'enfance. Leurs journées sont rythmées par des jeux simples : saute-mouton, balançoire, toboggan... et par les repas confectionnés avec amour par Mumsy et Nanny. Oui, le temps n'existe pas, car chaque lendemain est calqué sur le jour qui vient de s'achever. Ce quotidien est uniquement rompu lorsque Girly et Sonny se mettent en qu{Photo 2 de Mumsy, Nanny, Girly & Sonny} ête de trouver des amis. Des gens rencontrés au hasard de leurs rares sorties dans le monde « réel », et qui acceptent parfois de les accompagner, sans savoir ce qui les attend. Car pour être digne de leur amitié, un « nouvel ami » doit lui aussi se plier aux us et coutumes de la famille. Dans le cas contraire, un refus est généralement synonyme de mort assurée...

Le nom de Freddie Francis est familier pour bon nombre de cinéphiles, dans la mesure où le réalisateur œuvra durant de longues années dans le cinéma de genre. Il a beaucoup travaillé pour la Hammer, notamment, qui lui doit pas mal de réussites, tant dans le polar (PARANOÏAQUE, MEURTRE PAR PROCURATION), que dans l'horreur (L'EMPREINTE DE FRANKENSTEIN). En parallèle, Francis aura également collaboré avec des firmes concurrentes, comme la Amicus (LE CRANE MALEFIQUE, POUPEE DE CENDR{Photo 3 de Mumsy, Nanny, Girly & Sonny} ES), et la moins connue Tyburn (GHOUL, LA LEGENDE DU LOUP-GAROU). Son dernier succès sera LE DOCTEUR ET LES ASSASSINS, en 1985.

A la charnière des sixties et des seventies, le cinéaste tourne donc GIRLY, une œuvre méconnue et inédite en France. Il s'agit d'un long métrage difficilement classifiable, oscillant entre la satire, la comédie grinçante, le thriller et l'horreur. Un humour noir plane en permanence, et si GIRLY peut rappeler des films comme SPIDER BABY, des séries comme LA FAMILLE ADDAMS ou des histoires du style ALICE AU PAYS DES MERVEILLES (de par son aspect « conte de fées pour adultes », et la pratique d'un jeu cruel nommé « Humpty Dumpty »), il possède néanmoins une aura particulière le rendant unique. D'une certaine manière, le quatuor machiavélique qui compose le titre du film pourrait être sorti d'un roman de Lewis Carrol{Photo 4 de Mumsy, Nanny, Girly & Sonny} l. Freddie Francis fait preuve, tout comme le romancier, d'une logique absurde confinant au non sens, et d'une implacable cruauté matérialisée par les personnages principaux. Cette famille paraît vraiment vivre dans un monde parallèle, et ses victimes vont, en quelque sorte, « de l'autre côté du miroir » afin de vivre une expérience hors du commun mais le plus souvent fatale. Il est à noter que l'unique membre masculin de la famille, Sonny, est aussi le plus effacé, en tout cas le moins intéressant. En fait, Mumsy dirige un matriarcat, une communauté vivant en totale autarcie, ce qui peut se justifier par la fortune dont elle dispose.

Si le casting de GIRLY ne comporte pas de noms « percutants », il n'en demeure pas moins que les acteurs se montrent dans l'ensemble très satisfaisants. Il en résulte à l'écran une complicité permettant à cette œuvre fantasque d'être, sinon crédible, tout du moins réjouissante. En premier lieu, la palme revient à Vanessa Howard (LE VAMPIRE A SOIF) qui, bien qu'âgée de vingt deux ans à l'époque, semble avoir à peine seize ans. Sa composition de femme-enfant névrosée est tout bonnement stupéfiante. A ses côtés, on retiendra également les performances d'Ursula Howells (LE TRAIN DES EPOUVANTES) en « Mumsy », et de Michael Bryant (LE JARDIN DES TORTURES) dans le rôle tout en finesse du « nouvel ami » qui va tâcher de semer la zizanie au sein de la famille. A noter, enfin, une brève apparition de Michael Ripper, pilier incontournable des studios Hammer.

A l'image de sa chute, GIRLY est un petit chef d'œuvre d'humour noir, typiquement britannique, se démarquant incontestablement dans la filmographie pourtant hautement respectable de Freddie Francis.

Philippe Chouvel
24/09/2011
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
AUTEUR DE L'ARTICLE: Philippe Chouvel
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
L'enfant miroir
The Mutilator
La dernière orgie du troisième Reich
Sex Wars
La falaise mystérieuse
Danger Diabolik
Femina Ridens
La Dame Rouge Tua 7 Fois
Les Démons
L’Abominable Docteur Phibes

Vous aimez Mumsy, Nanny, Girly & Sonny ?
Tags du film
Humour noir
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €