Oms en série


ORIGINE
France
Oms en série Affiche

LITTÉRATURE
ANNEE
1957
AUTEUR

Stefan Wul

Critique Littéraire Oms en série
{Photo 1 de Oms en série} Sur la planète où résident les draags, race géante et très avancée, les oms sont traités comme des animaux de compagnie, depuis de nombreuses générations, quand les drags ont sauvés cette race étrange de leur planète en perdition. Mais les draags ne soupçonnent pas que l'accession involontaire d'un oms à l'érudition, va conduire à une révolte de ces animaux désirant un sort bien différent de celui qui est le leur.

Stefan Wul est le nom de plume de Pierre Pairault, auteur de science-fiction français devenu culte grâce à ses romans. Mort en 2003, il a marqué les fans d'anticipation par ses ouvrages. OMS EN SERIE date de 1957 et peut-être découvert, ou redécouvert aujourd'hui, grâce à l'éditeur numérique french pulp.Comme tous leurs ouvrages, cette nouvelle édition d'OMS EN SERIE se trouve ainsi nanti d'une nouvelle couverture, et, en fin d'ouvrage, d'une petite biographie, et de quelques pages situant le livre dans son époque. Le lecteur découvrira ainsi les moments marquants de cette année, que ce soit dans le monde, au cinéma ou en littérature. De quoi visualiser la période où il fut écrit.

OMS EN SERIE, roman court, ne s'étend pas trop sur la manière dont les hommes se sont retrouvés sur cette nouvelle planète. Stefan Wul préfère le dynamisme et l'action à de trop longues explications. De plus, ce fait s'étant passé il y a de nombreuses générations, et l'auteur s'attachant aux pensées de ses protagonistes (draags comme oms), cela permet de renforcer le réalisme de l'affaire. En effet, tous ont presque oublié ce qui s'est vraiment passé. Le lecteur recueille cependant quelques informations, via quelques lignes glissées ici et là, mais ce ne sont après tout que des rumeurs.

Stefan Wul, excellent auteur, nous plonge dans son histoire, sa plume poétique et lyrique (certaines descriptions amènent la rêverie) nous emmenant dans un monde crédible, où de nombreuses influences sont brassées. Les oms de luxe, décrits au début du récit, ressemblent, dans la manière dont ils sont traités, à des animaux. Les draags nous font visiter l'équivalent d'une animalerie, nous découvrons les colliers, et autres objets que nous utilisons pour nos chiens etchats, et ce renversement de situation fait froid dans le dos, mais se révèle crédible. Les draags sont des géants, bien plus évolués que les oms, et le lecteur ne peut que comprendre qu'ils sont traités comme de fidèles compagnons à quatre pattes.

De l'autre côté de la barrière, alors que le lecteur suit les pas de Terr, l'om ayant eu accès à l'érudition et, par là même, au désir de liberté, il y a les oms sauvages. Tels les chiens et chats en liberté, ils vivent dans des parcs, vont voler la nourriture ou autre pour subsister, évitent les désomisations, lancées parfois par les draags pour contrôler la démographie. Là encore, une peinture intéressante de ce que vivent les animaux dans nos villes, avec l'humain en lieu et place. Malin, intelligent, et effrayant !

Bien entendu, une révolution survient, comme dans tous récits de ce genre, mais les oms, ici, cherchent à se défendre et à obtenir leur autonomie, et non à se venger. Le récit de Stefan Wul est ainsi foncièrement pacifique, mais passionnant. Les pages s'enchaînent, et il est difficile de lâcher le livre, tant le récit se dévore facilement. Les personnages sont peu décrits, mais attachants, et l'histoire, certes classique, est construite avec maestria.

OMS EN SERIE est un ouvrage qui mérite grandement le détour, et french pulp nous permet cette découverte en numérique. Certes, il manque quelques tirets de dialogue, mais cela n'empêche pas le plaisir que prodigue ce roman.

Yannik Vanesse
11/06/2014
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
AUTEUR DE L'ARTICLE: Yannik Vanesse
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
The Burbs
La Vallée du solitaire
Les Sentiers de la haine
Holocauste Nazi
Savage Weekend
Alien, le Huitième Passager
Cannibal Holocaust
Halloween (John Carpenter)
Le Masque du Démon
Zombie

Vous aimez Oms en série ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €