Raigyo

The Woman in the black underwear


ORIGINE
Japon
Raigyo Affiche

ANNEE
1997
REALISATION

Zeze Takashisa

INTERPRETES
Takeshi Ito
Moe Sakura
Bunmei Tobayama
Tomohiro Okada
Kazuhiro Sano.....
AUTEUR DE L'ARTICLE: André Côte
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
La Galaxie de la Terreur
Holmes et Yoyo
Flic ou Zombie
Fear the Walking Dead - Saison 1
The Crater Lake Monster
Dark City
Ed Wood
Le Crime Farpait
Le Sixième Sens
Spider-Man 3

Critique Raigyo
{Photo 1 de Raigyo} Grâce à une agence, un homme et une femme se rencontrent. Tout deux seuls et déprimées, ils font l'amour sans prévoir une relation au-delà. Hélas, la jeune femme va commettre l'irréparable.

Le cinéma érotique japonais peut réserver quelques surprises, comme ce RAIGYO, qui appartient plus précisément à la catégorie des pinku eyga. En effet, nos attentes de spectateurs occidentaux nous ont conditionnés dans l'idée d'un cinéma olé olé où les intrigues se révèlent des prétextes pour aligner les scènes se voulant émoustillantes. Or, le film de Zeze Takashisa nous offre, au contraire, une histoire qui reste focalisée sur la psychologie des personnages, sur ce qui les pousse{Photo 2 de Raigyo} à voir dans le sexe leur seul moyen de distraction dans un quotidien de plus en plus terne.

Ainsi, la note d'intention mélancolique est-elle présente dès le titre : Raigyo est le nom d'une race de poisson mal aimée des poissonniers, autrement dit le genre d'animal que redoute les pêcheurs, conscients qu'ils ne pourront pas revendre leurs stocks dans les commerces. Ainsi, on comprend que le portrait des individus mis en scène est une métaphore avec la condition de cette animal éponyme. Un parallèle d'autant plus appuyé par l'intrigue d'un jeune pompiste, revenant de la pêche, encombré d'un raigyo sur son lieu de travail. Chaque protagoniste est présenté comme un exclu da{Photo 3 de Raigyo} ns leur propre milieu ou se sentant exclu (ils doivent se mettre à l'écart pour téléphoner) tandis que chaque plan semble s'éterniser pour nous faire comprendre l'absence de contrôle du protagoniste sur les événements ou leur envie de s'en détacher.

De la sorte, si le spectateur cherche un récit enjoué où chacun s'amuse dans des parties de jambes en l'air, il risque d'en être pour ses frais tant l'atmosphère de RAIGYO respire un sentiment de tristesse et de malaise latent. Un point particulièrement intéressant puisqu'il permet au métrage d'offrir des images de toute beauté. Takashisa semble se plaire à composer des plans comme de véritables tableaux d'une rare mélancolie{Photo 4 de Raigyo} : la photographie tend vers le gris et les cadres sont travaillés pour que les personnages semblent bien intégrés dans le décor, comme si ils ne faisaient qu'un avec la désolation apparente.

Néanmoins, on le concède, les multiples longueurs du film pourrait en rebuter beaucoup. Chaque scène paraît durer une éternité, mais ce parti-pris permet au métrage de transcender le statut de film érotique (pauvre en la matière, puisque ce versant ne se résume qu'à 5 minutes maximum) pour côtoyer le drame social, voire le thriller passionnel.

Toutefois, si on devait reconnaître un défaut, se serait sans doute le manque de caractérisation des personnages. Nous les savons coupés du monde, mais aucun d'eux ne se voit attribués de différence qui permet de les singulariser. On compte une dizaine de protagonistes, pourtant, aucun d'eux de se détache des autres : la vendeuse vend, le pompiste nettoie les voitures, etc...

De cette manière, si on appréhende RAIGYO avec le regard d'un amateur occidental de film érotique, la déception peut être grande. En revanche, si tant est que l'on est curieux de savoir à quoi ressemble un pinku eiga (est-il un cas atypique de cette catégorie de films ? Ou un parfait représentant ?), le métrage de Takashisa risque de titiller notre curiosité et de nous donner envie de voir une autre œuvre de ce metteur en scène.

André Côte
12/12/2011
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Asian Scans

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Raigyo DVD Zone 2 15 €
Vous aimez Raigyo ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Raigyo - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    15€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €