Scherzo Diabolico


ORIGINE
Méxique, USA
Scherzo Diabolico Affiche

ANNEE
2015
REALISATION

Adrián García Bogliano

INTERPRETES
Francisco Barreiro
Daniela Soto Vell
Jorge Molina
Critique Scherzo Diabolico
{Photo 1 de Scherzo Diabolico} Aram est un employé modèle à la petite vie tranquille, avec femme qui l'ennuie et une prostituée qu'il voit régulièrement. Mais, tout en travaillant très tard pour couvrir son patron, qui est incapable de faire autre chose que de demander de l'aide à Aram tout en lui disant qu'il doit être compréhensif et ne pas espérer être payé plus, tout en subissant les reproches de sa femme qui n'aime pas qu'il rentre si tard sans même ramener plus d'argent, Aram prépare l'enlèvement d'une adolescente. Il est méticuleux, fait des recherches, prend des notes, et va bientôt passer à l'acte.

Ce n'est pas la première fois que le réalisateur présente un film au Brussels International Fantastic Films Festival, mais il quitte cette fois-ci le fantastique pour offrir un thriller pur aux spectateurs{Photo 2 de Scherzo Diabolico} . En effet, le réalisateur et scénariste de SCHERZO DIABOLICO s'est occupé de plusieurs films fantastiques (I'LL NEVER DIE ALONE ou encore LATE PHASE), mais a aussi participé à l'excellent film à sketchs THE ABC'S OF DEATH (il s'est penché sur la lettre « B »). SCHERZO DIABOLICO, la dernière œuvre du cinéaste mexicain, était présenté lors de la 34ème édition du BIFFF hors-compétition.

Scherzo Diabolico est, à la base, une œuvre de musique classique composée par le Français Charles-Valentin Alkan. Le réalisateur cherche, avec ce film, une construction similaire à la musique qui lui donne son nom. C'est ainsi que les notes rythment souvent l'action, et envahissent régulièrement l'écran avec brio, envoûtant le spectateur qui se laisse porter autant par la mélodie que pa{Photo 3 de Scherzo Diabolico} r les actes des personnages à l'écran. Ainsi, le début de SCHERZO DIABOLICO est volontairement lent, alors que le spectateur essaie de comprendre ce qui anime Aram, et ce que cache son esprit torturé. En effet, nous ne comprenons pas tout de suite ce qu'il cherche en suivant cette adolescente (qui est-elle ? Par exemple) ou pourquoi il étrangle son père sénile jusqu'à ce qu'il tombe dans l'inconscience.

Mais, alors que les minutes s'égrènent, et que notre étrange héros prépare son enlèvement, une ambiance malsaine, toujours rythmée (et exacerbée) par la musique, s'installe. La réalisation parvient à la perfection à injecter dans ce début, lent et paisible, des éclairs d'horreur, alors que notre héros chronométre le temps nécessaire pour faire tomber quelqu'un dans l'inconscience, p{Photo 4 de Scherzo Diabolico} ar exemple, ou suit sa future cible, méthodique dans chacun de ses actes.

La séquestration de l'adolescente, quand elle survient enfin, est on ne peut plus malsaine, et fait basculer SCHERZO DIABOLICO dans une ambiance qui fait délicieusement froid dans le dos, jusqu'à un nouveau basculement, quand la jeune femme finira par se venger après avoir été libérée sans plus de raison qu'elle n'avait été enlevée (en apparence tout du moins).

Certes, la crédibilité du film en prend alors un coup, car l'adolescente de 18 ans est capable d'effectuer des cambriolages, de pirater les ordinateurs d'Aram et de sa société, et bien d'autres choses dénuées de réalisme (il faut la voir lutter contre des gangsters armée d'un fusil à pompe), mais le film est tellement généreux, gore, fou, malsain, qu'il n'est pas difficile de se laisser porter par ce récit et de laisser le réalisateur nous emmener où il le souhaite.

Certes, les effets gore se révèlent plutôt précaires et montrent les limites d'un budget que l'on imagine assez famélique, mais la générosité du réalisateur (et les effets à même le plateau) permet de passer outre et de passer un excellent moment. SCHERZO DIABOLICO, jamais cynique, respecte son pitch et son sujet jusqu'au bout, entre sensualité (la maîtresse de notre héros est délicieusement sexy), violence sauvage et ambiance craspec mais généreuse, où apparaissent des notes d'humour effroyablement noires par moment.

SCHERZO DIABOLICO est ainsi une belle réussite, qui avait sa place toute trouvée au sein du BIFFF mais qui mériterait sans soucis une sortie DVD.

Yannik Vanesse
22/04/2016
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
AUTEUR DE L'ARTICLE: Yannik Vanesse
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
The Burbs
La Vallée du solitaire
Les Sentiers de la haine
Holocauste Nazi
Savage Weekend
Alien, le Huitième Passager
Cannibal Holocaust
Halloween (John Carpenter)
Le Masque du Démon
Zombie

Vous aimez Scherzo Diabolico ?
Trailer Scherzo Diabolico
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €