Seoul Raiders


ORIGINE
Hong Kong
Seoul Raiders Affiche

ANNEE
2004
REALISATION

Jingle Ma

INTERPRETES
Tony Leung
Qi Shu
Richie Ren
Critique Seoul Raiders
{Photo 1 de Seoul Raiders} Du gros blockbuster HK qui tâche en veux-tu en voilà ! La star Tony Leung (INFERNAL AFFAIRS, HARD BOILED...) interprète un " super espion-mercenaire " nommé Lam. Sa mission actuelle consiste à dérober des plaques à billets dans un bâtiment sous haute surveillance. Il avait l'affaire bien en main, malgré la présence sur les lieux de J.J. (une inconnue venue elle aussi dérober les dites plaques) quand tout à coup... il s'évanouit après avoir bu du vin servi par le vil Owen Lee, censé le récompenser généreusement pour l{Photo 2 de Seoul Raiders} e précieux vol qu'il vient de commettre. Le temps de reprendre ses esprits, Lam découvre que celui qui l'a roulé s'est enfui à la capitale sud-coréenne. Avec l'aide de trois charmantes compagnes, il s'en va donc rechercher Lee à Séoul...

Vous l'aurez compris, SEOUL RAIDERS n'est qu'un produit parmi tant d'autres. L'ennui est qu'il ne divertit que trop peu. Le premier quart d'heure est sympa. Plusieurs scènes sont marquées de ce fameux humour typiquement HK qui n'a pas peur du ridicule. Ainsi, en plein milieu d'un co{Photo 3 de Seoul Raiders} mbat, Lam s'arrête net, sort un peigne immense et commence à se recoiffer ?!? Plus loin, notre espion utilise des assiettes pour vaincre ses assaillants... On se rend donc vite compte que le réalisateur tente de plagier des pitreries dignes de Jackie Chan, avec un peu d'action par ici et une touche comique par là. Ça va bien cinq minutes, mais au bout d'une heure c'est incroyablement lourd.

Et c'est bien là le problème de ce métrage. Il reste toujours assis entre deux chaises. Il ne sait jamais quel ton adopter. D'{Photo 4 de Seoul Raiders} un côté, on veut nous faire rire. Mais d'un autre, on se mange des scènes d'action un peu péteuses qui font dans tout sauf l'original. La caméra bouge non pas pour donner du mouvement mais plutôt pour palier au vide émanant des scènes de bagarre. Puis on subit trop de ralentis inutiles, la marque des produits mainstream actuels (n'est-ce pas les frères Wachowski ?). Et je ne parle pas de la musique aseptisée au possible. A ce titre, un morceau récurrent du film est la repompe d'un titre du guitariste japonais Tomoyasu Hotei (entendu sur KILL BILL). Et si on faisait du vieux avec du vieux ?...

En fait, ce film se détourne du but qu'il s'était fixé. Au lieu de nous amuser gentiment, SEOUL RAIDERS sombre dans le " Qui va trahir qui ? Qui aime qui ?". C'est gonflant et, encore une fois, ce n'est pas l'intrigue qu'il fallait " développer " ! Ce n'est pas non plus nos qua-tre charmantes actrices qui sauvent la mise. Rajoutons à cela un discours moisi et omniprésent sur l'argent, et nous nous retrouvons avec une bouse, encore une...

Michaël Guarné
22/12/2009
Cet article est paru dans Sueurs Froides n°26
Cliquer ici pour télécharger ce numéro
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   

Sueurs Froides.fr > Critique > Asian Scans
AUTEUR DE L'ARTICLE: Michaël Guarné
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Chaw
Tiger Cage 3
Tiger Cage 2
Tiger Cage
Mad Detective
Le Tombeau des Lucioles
Mulholland Drive
Old Boy
Shaun of the Dead
Taxi Driver


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Seoul Raiders DVD Toutes zones 13.50 €
Vous aimez Seoul Raiders ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Seoul Raiders - DVD  Toutes zones
    DVD Toutes zones
    13.50€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €