Sex and fury

Furyô anego den: Inoshika Ochô


ORIGINE
Japon
Sex and fury Affiche

ANNEE
1973
REALISATION

Norifumi Suzuki

INTERPRETES
Reiko Ike
Akemi Negishi
Ryôko Ema
Yôko Hori
Naomi Oka
Rena Ichinose
Hachirô Oka
Shin'ichirô Hayashi
Rie Saotome
Jun Midorikawa
Yôko Mihara
Tadashi Naruse
AUTEUR DE L'ARTICLE: Philippe Delvaux
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Free Fire
Swiss army man
This Giant Papier-Mâché Boulder Is Actually Really Heavy
The icebreaker
Director’s cut
Conan le Barbare
C’est Arrivé Près De Chez Vous
Marquis
Princesse Mononoke
Sacré Graal

Critique Sex and fury
{Photo 1 de Sex and fury} Petite fille, Ocho a vu son père policier se faire assassiner par des truands qui lui dérobent sa mallette. Avant de mourir, il a le temps de confier à sa fille trois cartes à jouer représentant un sanglier, un papillon et un cerf, motifs respectifs que portent en tatouage chacun des assassins. Ocho est recueillie sous la protection d'un boss bienveillant. Elle devient un pickpocket renommé dans le monde interlope mais n'oublie pas sa quête : retrouver et châtier les meurtrier de son père. Dans le Japon de 1905, sa route croise celle du nationaliste Shunosoke et de l'espionne anglaise Christina. Shunosoke veut tuer le politicien Kurokawa, coupable de malversations, mais échoue à chaque tentative. Ocho tente quant à elle de sauver la jeune Yuki à la fois du bordel à laquelle une dette la promet et des griffes du libidineux Iwakura, entrepreneur véreux, yakuza et amateurs de vierges. Il s'avèrera que Yuki et Shunosoke vont remettre Ocho sur la piste de ceux qu'elle cherche depuis 20 ans.

SEX AND FURY n'est pas facile à résumer : Norifumi Suzuki entremêle plusieurs lignes narratives, multiplie les personnages, digresse sur quelques événements... et aboutit pou{Photo 2 de Sex and fury} rtant à un résultat plus ou moins cohérent. Pour dégrossir la bête, nous dirons qu'il y a trois histoires plus ou moins tissées entre elles : la quête du nationaliste Shunosuke, celle de l'espionne Christina et celle, la principale, d'Ocho. Tout ce petit monde se croise, s'affronte parfois, ou fait cause commune contre « l'axe du mal » Kurokawa-Iwakura.

« Violent pink » renommé, SEX AND FURY en donne pour son argent au spectateur : après moins d'un quart d'heure, la très belle Reiko Ike se dénude pour aller défourailler une bande de gredins. Son corps nu danse un ballet de mort, le katana tranche et répand le sang sur un sol enneigé dans un combat marquant et qui a d'ailleurs certainement imprégné les rétines du Tarantino de KILL BILL. Plus tard, nous auront droit à une séquence purement gratuite mêlant sadisme et religion catholique, occasion de rappeler qu'on doit à Suzuki une des pièces maitresse de la nunsploitation, genre en vogue dans les années '70, avec LE COUVENT DE LA BETE SACREE.

La très belle musique évolue entre sonorités japonaises, musiques pop d'influence occidentale et mélodies qu'on jurerait provenir des compositeurs de films italiens d{Photo 3 de Sex and fury} e l'époque.

Comme souvent, le cinéma pop japonais n'hésite pas à mélanger divers genres. Le « Violent pink » est déjà un cocktail d'érotisme et de violence, mais Suzuki lui ajoute quelques traits d'humour, parfois scatologiques.

Aux duels de sabres s'ajoute également le duel au jeu, dans une très belle séquence de poker, centrée sur les regards de Reiko Ike et Christina Lindberg. Les gros plans sur les yeux font évidemment penser aux westerns italiens qui connaissent encore à l'époque un grand succès au Japon. L'ensemble nous rappelle aussi que le gambling movie est un genre en soi dans l'archipel.

Pour l'anecdote, Ocho va à un moment transformer son corps en arme mortelle en l'aspergeant de parfum empoisonné, fatal à celui qui lui prodigue une caresse buccale. Hasard de scénariste, une idée assez proche est au centre de LA FILLE AU SEXE BRILLANT de Jess Franco (également chroniqué sur Sueurs Froides), tourné à peu près à la même période que SEX AND FURY. Ces deux métrages ont été présentés à la troisième édition du festival Offscreen. SEX AND FURY s'inscrivait au sein d'une thématique Violent pink, aux côtés - notamment - de sa suite FEMALE YAKUZA TA{Photo 4 de Sex and fury} LE tournée, elle, par Teruo Ishii. Evénement rare, les programmateurs ont eu accès aux copies 35mm, lesquelles ont été superbement conservées.

Et le lien entre Suzuki et Ishii se renforce encore par la citation que fait le premier d'un film du second lorsque le tatouage d'une des responsables de la mort du père d'Ocho apparaît seulement sous l'effet d'une douche. Ishii avait en effet exploité l'idée d'un tatouage n'apparaissant que sous l'effet de l'alcool, ou de tatouages fluorescents dans L'ENFER DES TORTURES. Ce dernier développait aussi le thème des européens esclavagistes, ici réexploité par le biais d'anglais conspirant pour ouvrir le marché japonais au trafic d'Opium qui a déjà asservi la Chine. L'ambassadeur machiavélique utilise à cette fin son espionne Christina, chargée d'obtenir par ses charmes l'accord du politicien japonais. Mais Christina n'est là que pour retrouver l'ennemi de ce dernier, son ancien amant, Shunosuke. Dilemme.

Découverte dans Playboy et Penthouse, Christina Lindberg est une figure de l'érotisme européen des années '70. Elle croise dans un petit rôle la route de Joe Sarno (CHATTES SUEDOISES) qui lui donne peu après le premier rôle de YOUNG PLAYTHING en 1972. Elle est ensuite la vedette de MAID IN SWEDEN - ÇA S'EST PASSE A STOCKOLM et tourne en 1973 deux érotiques pour la Toei, dont SEX AND FURY. Son titre de gloire restera THEY CALL HER ONE EYE (Bo Arne Vibenius, 1974), un rape et revenge renommé et qui fut souvent censuré. A la même période, on la retrouve encore dans deux softcore distribués en France : LIBRE-ECHANGE et LES IMPURES qui seront les derniers sommets de sa très courte carrière. Quittant le cinéma érotique au moment du virage hardcore, elle est devenue journaliste dans sa Suède natale, éditrice d'une revue sur l'aviation.

Charpenté par une véritable intrigue, magnifié par des options stylistiques de toute beauté, rehaussé de nudités iconiques, Sex and Fury prouve une fois de plus que le cinéma érotique japonais enfonçait tous ses concurrents de l'époque par sa très grande qualité.

Cliquez ici pour lire l'article sur La fille au sexe brillant

Cliquez ici pour lire l'article sur Female yakuza tale

Philippe Delvaux
17/03/2010
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Sex And Fury Epuise/out Of Print DVD Zone 1 0.00 €
Vous aimez Sex and fury ?
Trailer Sex and fury
Tags du film
Violent pink, érotique
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Sex and Fury EPUISE/OUT OF PRINT - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    0.00€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €