Shinjuku Incident

San suk si gin


ORIGINE
Hong Kong
Shinjuku Incident Affiche

ANNEE
2009
REALISATION
Derek Yee
INTERPRETES
Jackie Chan
Daniel Wu
Jack Kao
Xu Jing Lei
Naoto Takenaka
Fan Bing Bing
Lam Suet
Critique Shinjuku Incident
{Photo 1 de Shinjuku Incident} A 55 ans, Jackie Chan peut se permettre de choisir ses projets et de tourner, peu à peu, le dos aux comédies d'actions ayant assurés sa renommée mondiale. Alternant divertissements familiaux américains plus (KARATE KID, LE ROYAUME INTERDIT) ou moins (THE SPY NEXT DOOR, RUS HOUR 3) réussis et long-métrages personnels, l'acteur s'offre un nouveau drame sérieux. Vingt-cinq ans après le piètre LE RETOUR DU CHINOIS, quinze ans après le thriller culte CRIME STORY et cinq ans après l'étonnamment sombre NEW POLICE STORY, l'idole des jeunes met sa renommée au service d'un sujet grave et rarement abordé : l'immigration clandestine chinoise à la fin du XXème siècle.

Un pauvre travailleur nommé Steelhead (Jackie Chan) quitte la Chine à la recherche de sa fiancée, Xiu Xiu, partie tenter sa chance au Japon. A peine arrivé au Pays du S{Photo 2 de Shinjuku Incident} oleil Levant, Steelhead découvre la réalité de l'immigration clandestine mais se voit heureusement secouru par ses compatriotes qui lui permettent de décrocher un emploi sous-payé dans le quartier de Shinjuku. Au cours d'un raid de la police visant à démanteler les exploitants d'êtres humains, Steelhead sauve la vie de l'inspecteur Kitano, lequel estime, dès lors, devoir « payer sa dette ». Mais notre pauvre Steelhead reçoit une cruelle déconvenue en constatant que son ancienne copine, rebaptisée Yuko, est devenue la femme d'un chef Yakuza nommé Eguchi. Déboussolé et décidé à réussir, Steelhead accepte de travailler pour la pègre japonaise et tente de nettoyer le quartier d'un gang Taïwanais. Mais ses anciens amis se retournent progressivement contre lui...

Pas vraiment original dans son déroulement, SHINJUKU INCIDENT tra{Photo 3 de Shinjuku Incident} ite de thèmes déjà vus et revus dans le cinéma « mafieux », à savoir l'ascension au pouvoir d'un type sans histoire décidé à « réussir », moins pour sa satisfaction personnelle que pour protéger un petit groupe de compagnons d'infortune. Loin du manichéisme, le film de Derek Yee, étoile montante du polar hongkongais (ONE NIGHT IN MONGKOK, PROTEGE), développe des personnages intéressants et contrastés. De l'immigrant chinois n'hésitant pas à tuer pour s'imposer dans le quartier au chef yakuza bon père de famille en passant par le flic ambigu et le gamin humilié devenant un sadique, SHINJUKU INCIDENT prend soin de brosser des identités complexes quoique pas toujours crédible. Ainsi, Jackie Chan, un peu prisonnier de son image sans doute, ne peut pas vraiment exprimer toutes les contradictions de cet immigrant devenu truand.{Photo 4 de Shinjuku Incident} Trop encombré de remords, trop prompt à la bonne action gratuite (il refuse en souriant l'argent de la « protection » avant de l'accepter à contre cœur), Jackie a beau aller aux putes et buter un mafieux, il ne franchit jamais la ligne rouge et se refuse à plonger réellement du côté obscur. Son jeu dramatique, quoique limité, reste cependant convaincant et n'a pas à rougir devant un casting honnête en dépit de performances parfois outrées, en particulier celle de Daniel Wu qui passe laborieusement de gamin timide à dangereux drogué adoptant un look « visual key » plutôt ridicule.

Au niveau de la mise en scène, Derek Yee offre un exemple efficace mais peu original de polar hongkongais classique, inspiré et prenant dans ses meilleurs moments, routinier et bâclé dans ses pires, lesquels sombrent dans une esthétique pseudo branchée de téléfilm de seconde partie de soirée. A grand coups d'éclairages bleutés et de scènes nocturnes, Yee impose un style déjà beaucoup trop vu pour surprendre mais mène adroitement sa barque en passant d'un drame social à un polar tendu avec une certaine fluidité. Malgré quelques longueurs (l'ensemble dure deux heures), SHINJUKU INCIDENT explose lors de quelques éclairs de violence gore (main tranchée, combats à l'arme blanche brutaux, gunfights saignants) et s'achève de manière pessimiste après un climax quelque peu expédié.

Sans être une franche réussite, SHINJUKU INCIDENT rassure sur les possibilités d'évolution de Jackie Chan et demeure intéressant, en particulier dans sa première partie, le drame social se révélant, étonnamment, bien plus palpitant que la suite accumulant tous les clichés du polar mafieux.

Frédéric Pizzoferrato
20/05/2011
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Asian Scans
AUTEUR DE L'ARTICLE: Frédéric Pizzoferrato
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
GAMERA CONTRE BARUGON
Gamera contre Viras - Les monstres attaquent
La cellule de Fermat
Gamera contre Gyaos
Dict Tracy vs Crime Inc
Edward aux Mains d’Argent
Evil Dead
Le Seigneur des Anneaux
Rocky Horror Picture Show
The Killer


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Shinjuku Incident BLURAY Zone A 31 €
Shinjuku Incident DVD Zone 1 22 €
Shinjuku Incident (2-discs Special Edition) DVD Zone 3 21.50 €
Shinjuku Incident - Guerre De Gangs à Tokyo DVD Zone 2 20 €
Shinjuku Incident - Guerre De Gangs à Tokyo BLURAY Zone B 25 €
Vous aimez Shinjuku Incident ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Shinjuku Incident - BLURAY  Zone A
    BLURAY Zone A
    31€
  • Pochette Shinjuku Incident - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    22€
  • Pochette Shinjuku Incident (2-Discs Special Edition) - DVD  Zone 3
    DVD Zone 3
    21.50€

  • DVD Zone 2
    20€

  • BLURAY Zone B
    25€
Moteur de recherche