Son nom est Durango, on pourrait l'appeler Cimetière...


Son nom est Durango, on pourrait l'appeler Cimetière... Affiche

LITTÉRATURE
AUTEUR DE L'ARTICLE: Patryck Ficini
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Trois autres Romans Erotiques de la Brigandine
Massacre à Odessa
Heca-Tomb
Johnny Metal et le Dé de Jade
Wake the Dead
Django
Frayeurs
Goldfinger
Keoma
L’Au-delà

Critique Littéraire Son nom est Durango, on pourrait l'appel
Et oui, même les Belges ont fait du western à l'italienne !

C'est ce à quoi s'emploie magistralement YVES SWOLFS depuis 1980 avec les aventures

très violentes de son pistolero, mi DJANGO mi Homme sans Nom, DURANGO.

Impossible pour un vrai fan de ne pas s'entousiamer devant nombre de ces albums bien dessinés et bien racontés. Le premier, LES CHIENS MEURENT EN HIVER est carrément un remake (non officiel !)/hommage du GRAND SILENCE ! La fameux Mauser automatique de

SILENCE sera d'ailleurs récupéré par DURANGO dans le troisième album...

La trilogie commencée par AMOS est un pur joyau du western-Zapata type IL MERCENARIO ou COMPANEROS. Car Yves Swolfs, passionné absolu et fin connaisseur du genre, est avant tout un très grand fan des univers sauvages et un peu fous de SERGIO CORBUCCI. On lira avec profit ses mots dans le classique SEUL AU MONDE DANS LE WESTERN ITALIEN. L'auteur talentueux fournissait même une filmo du western italien en vidéo !

EL COBRA, qui vient de sortir, offre le DURANGO qu'on aime même s'il est maintenant dessiné par GIROD. Pas vraiment original ou novateur ( tout n'a-t-il pas été fait dans le domaine ?), mais superbe, sombre et sanglant.

On peut affirmer sans hésitation que le western spaghetti vivra aussi longtemps que DURANGO, dernier anti-héros du genre.
Informations

Patryck Ficini
08/02/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Chroniques Infernales
Vous aimez Son nom est Durango, on pourrait l'appeler Cimetière... ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €