Star of David : Beautiful Girl Hunter

Dabide no hoshi: Bishôjo-gari
Exzesse im Folterkeller
Star of David: Beauty Hunting
Star of David: Hunting for Beautiful Girls


ORIGINE
Japon
Star of David : Beautiful Girl Hunter Affiche

ANNEE
1979
REALISATION
Norifumi Suzuki
INTERPRETES
Yuka Asagiri
Yûko Asuka
Shun Domon
Hiromi Namino
Hiroshi Nawa
Asami Ogawa
Rei Okamoto
Critique Star of David : Beautiful Girl Hunter
{Photo 1 de Star of David : Beautiful Girl Hunter} Tatsuya est l'héritier d'une riche famille qui vit à l'européenne. Cependant, il est le fruit du viol de sa mère par un voyou, viol effectué sous les yeux du mari qui a ensuite reporté son ressenti sur ce rejeton non voulu mais aussi sur sa femme qu'il martyrise et humilie. Tatsuya devenu adulte s'enfonce à son tour dans le vice et enlève de jeunes femmes pour les violer, les humilier et les tuer.

Norifumi Suzuki a débuté et fait carrière essentiellement à la Toei. On lui doit pourtant une incursion auprès de la prestigieuse Nikkatsu pour un « Roman porno » des plus déviants. Rappelons qu'en 1977, le genre Roman porno est en vogue depuis déjà plusieurs années. Aux œuvres des premiers temps, se contentant d'ériger en spectacle la relation sexuelle, se substituent dans la seconde moitié des années '70 une série de films corsant ces relations afin de pallier à une progr{Photo 2 de Star of David : Beautiful Girl Hunter} essive lassitude du public. Le succès de RAPE (OKASU !, Yasuharu Hasebe, 1976) lance ainsi toute une série de films de viols, dans lequel va s'inscrire STAR OF DAVID, vague qui se poursuit quelques temps jusqu'à, semble-t-il, une remise en cause par la censure.

STAR OF DAVID est un film absolument amoral. Il donne en spectacle le vice de Tatsuya, un homme soumis à des désirs sadiques dont on ne sait s'ils sont atavisme ou fruit de la figure du père adoptif.

On retrouve l'obsession de Suzuki pour l'association de l'imagerie catholique à la débauche. L'auteur du COUVENT DE LA BETE SACREE a truffé d'autres de ses films de prêtres ou nonnes perverses : GIRL BOSS GUERILLA, SEX AND FURY... Médaillons, vitraux, les signes religieux investissent les décors ou costumes. Le titre réfère d'ailleurs à un psaume référant à une conception dans le pêché de la mère.

Pour le reste,on retrouve les motifs du meurtre du père et de l'amour oedipien de la mère, quand Tatsuya compare sa fiancée Yumiko à sa mère. Yumiko ayant elle-même une relation incestueuse avec son père.

Il semblerait que STAR OF DAVID passe pour un démarquage trash de L'OBSEDE (THE COLLECTOR, 1965, William Wyler).

A deux reprises, les protagonistes font explicitement référence à HISTOIRE D'O, mais le masochisme consenti par O n'a que peu de rapports avec les sévices subis par les victimes de Tatsuya. L'adaptation filmée par Just Jaecquin de HISTOIRE D'O est sortie en salle dès 1976 au Japon, où elle a pu trouver écho dans une culture faisant place au ligotage (l'art du Shibari) et développant des films de torture depuis plusieurs années (ne citons que la série des FEMMES CRIMINELLES de Teruo Ishii). D'ailleurs, c'est au japonais Terayama que sera confiée la mise en scène des FRUITS DE LA PASSION, la suite d'Histoire d'O. Mais, moins que l'œuvre de Pauline Réage, c'est plutôt du côté du Marquis de Sade qu'il faut chercher ici des références : la domination du faible par le fort, le triomphe du désir sur la morale.

Le contexte culturel est d'ailleurs occidental. Tatsuya baigne dans une culture familiale anglo-saxonne : il vit dans un manoir bourgeois, s'habille à l'occidentale, écoute le répertoire classique... très peu de trace de culture japonaise dans son personnage.

De manière plus directe, le scénario serait une adaptation d'un manga pour adulte de Masaaki Soto.

Comme parfois dans le cinéma bis, le film se permet des incursions dans le mauvais goût le plus absolu avec des références au nazisme et à la bombe atomique. Il est vrai que l'époque se libère des tabous en la matière avec les nazisploitations.

Le film a été présenté en 35 mm dans le cadre du festival Offscreen 2010, dans une copie de très belle qualité, issue des archive de la Nikkatsu. Il faisait partie d'un focus sur le Violent pink japonais, aux côtés, notamment d'autres œuvres de Norifumi Suzuki comme SEX AND FURY ou GIRL BOSS GUERILLA.

STAR OF DAVID ne déroge pas aux règles du cinéma érotique japonais : aucun plan sur les sexes. L'autre caractéristique japonaise est de mise : un très grand soin apporté à la réalisation, au scénario, au jeu... Tous éléments qui placent STAR OF DAVID au rang des films à conseiller aux amateurs de cinéma érotique de grande volée.

Cliquez ici pour lire l'article sur Sex and fury

Cliquez ici pour lire l'article sur Girl boss guerilla

Philippe Delvaux
26/03/2010
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
AUTEUR DE L'ARTICLE: Philippe Delvaux
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Bonnes funérailles, amis, Sartana paiera
Le temps des vautours
Quand les colts fument… on l’appelle cimetière
Moebius
Open grave
Conan le Barbare
C’est Arrivé Près De Chez Vous
Marquis
Princesse Mononoke
Sacré Graal


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Beautiful Girl Hunter Epuise/out Of Print DVD Zone 2 NC €
Star Of David: Hunting For Beautiful Girls DVD Zone 1 25 €
Vous aimez Star of David : Beautiful Girl Hunter ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Beautiful Girl Hunter EPUISE/OUT OF PRINT - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    NC€
  • Pochette Star of David: Hunting for Beautiful Girls - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    25€
Moteur de recherche