Stop the Bitch Campaign: Hell Version

Enjo-kôsai bokumetsu undô: jigoku-hen


ORIGINE
Japon
Stop the Bitch Campaign: Hell Version Affiche

ANNEE
2004
REALISATION

Kosuke Suzuki

INTERPRETES
Hiroko Andô
Minami Aoyama
Kenichi Endo
Yasuhito Hida
Critique Stop the Bitch Campaign: Hell Version
{Photo 1 de Stop the Bitch Campaign: Hell Version} Trois ans après STOP THE BITCH CAMPAIGN, le réalisateur Kousouke Suzuki revient avec cette séquelle complètement débile...Il ne s'agit pas d'une appréciation subjective mais simplement d'une volonté délibérée de livrer un film "différent". On ne sait d'ailleurs trop que penser du métrage: vaste fumisterie sans intérêt et racoleuse ou œuvre artistique véritable? La question reste posée dans cet exemple de V-Cinéma typiquement nippon dans ses excès.

L'intrigue concerne un cinglé violeur, lui-même, abusé dans sa jeunesse à l'aide de légumes géants. Des années plus tard il revient se venger sur une bande d'écolières prostituées, leur enfonçant concombre, radis, carottes, tomates, bananes et autres aubergines dans tous les orifices. Mais une demoiselle nommée A{Photo 2 de Stop the Bitch Campaign: Hell Version} oi, elle aussi violée par ce pervers, est décidée à stopper ces exactions végétales et cette croisade purificatrice.

STOP THE BITCH CAMPAIGN 2 s'apparente à un délire improvisé entre copains en mélangeant quelques éléments susceptibles de contenter un public très ciblé. Le film utilise donc un humour très gras, un peu de violence et pas mal d'érotisme déviant (uniquement suggéré d'ailleurs même si on trouve une certaine dose de nudité) pour concocter un ensemble pas vraiment convaincant mais à coup sûr original.

Kenichi Endou incarne le pervers Kuni (ça ne s'invente pas!) et accomplit un grand numéro de délire en roue libre qui donne au métrage l'essentiel de son intérêt mais le tout n'est quand même pas très motivant tant le cinéaste hésite sur la direction à{Photo 3 de Stop the Bitch Campaign: Hell Version} prendre. Dans sa seconde moitié, le métrage verse un peu plus ouvertement dans la parodie assumée alors que le violeur se déguise de façon complètement grotesque pour commettre ses méfaits dans une sorte de maison maudite. Si STOP THE BITCH CAMPAIGN est assez indigeste, quelques scènes sont cependant amusantes. Ainsi notre pervers accueille l'héroïne dans une maison où elle découvre les mots "tu es la suivantes" écrits à l'aide de fruits disposés sur un lit. On devine l'usage qu'il compte faire de toutes ces emplettes. La galerie de tarés qui sert de personnages au film est, elle aussi, assez réjouissante: nymphettes prostituées, pervers en chaleur, clients détraqués,...Le cinéaste ne recule devant aucune énormité et ose les scènes les plus improbables. Il filme ai{Photo 4 de Stop the Bitch Campaign: Hell Version} nsi son violeur en train de danser pendant deux minutes avant qu'une fille ne s'écrie "je commence vraiment à m'emmerder". Une impression partagée par le public, bien sur, d'où un clin d'œil distancié. Dans le final notre belle héroïne se déshabille intégralement à la satisfaction générale avant de se retrouver fringuée à la Sailor Moon. Elle entame alors un combat au ralenti avec le méchant qui, vêtu de manière délirante, se met à chanter "l'amour et le sperme sauveront le monde".

Bref, STOP THE BITCH CAMPAIGN 2 constitue un spectacle déjanté mais qui n'est jamais aussi drôle qu'on pouvait l'espérer. Ce mélange de sexe et d'outrances aspirait sans doute au statut d'œuvre culte mais reste sans doute trop sage pour prétendre y parvenir. Le cinéaste tente aussi de jouer sur plusieurs tableau en proposant du sexe en pagaille tout en se moquant de ses personnages obsédés et donc, forcément, des spectateurs qui, eux aussi, en demandent davantage! Mais cette mise en abyme n'est pas poussée très loin et ne fonctionne qu'en partie.

D'une durée d'à peine 56 minutes, STOP THE BITCH CAMPAIGN 2 se laisse néanmoins regarder d'un œil distrait et ne souffre pas trop de longueurs et de son amateurisme revendiqué. Ce type de film complètement tordu (là encore simple constatation et non pas jugement moral!) se destine manifestement à un public restreint qui saura l'apprécier à sa juste valeur. Les autres s'abstiendront sans doute en se disant que, dans un genre très proche, les EXORCISTERS étaient nettement plus drôles!

Frédéric Pizzoferrato
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Asian Scans
AUTEUR DE L'ARTICLE: Frédéric Pizzoferrato
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
L'agent invsible contre la Gestapo
Deux nigauds et l'homme invisible
La vengeance de l'homme invisible
Le Retour de l'Homme Invisible
Moonwalkers
Edward aux Mains d’Argent
Evil Dead
Le Seigneur des Anneaux
Rocky Horror Picture Show
The Killer


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Stop The Bitch Campaign Hell Version Epuise/out Of Print DVD Toutes zones NC €
Vous aimez Stop the Bitch Campaign: Hell Version ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Stop The Bitch Campaign Hell Version EPUISE/OUT OF PRINT - DVD  Toutes zones
    DVD Toutes zones
    NC€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €