Ta-Shima


Ta-Shima Affiche

LITTÉRATURE
ANNEE
2007
AUTEUR

Lorusso Adriana

AUTEUR DE L'ARTICLE: Angélique Boloré
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Gueule de truie
Lune noire
Apocalypse Z
Le chat noir
Points chauds
Autant en Emporte le Vent
Cannibal Holocaust
Hurlement
Les dents de la Mer
L’invasion des Profanateurs de Sépultures

Critique Littéraire Ta-Shima
Les hommes se sont éparpillés dans l'espace. Ils vivent sur plus d'une centaine de mondes, avec des coutumes et des sociétés différentes. Parce que certains jugent inacceptable ce que d'autres trouvent normal, une guerre éclate pour rallier tous les mondes habités sous une seule bannière d'idées. Après des années de guerre meurtrière, la Fédération a gagné et elle s'attache à ce que tout le monde vive selon ses principes, dans le confort matériel et la crainte du divin.

Mais dans cette lutte, un vaisseau affrété par des scientifiques fuyant la guerre échoue sur une planète rude et à l'écart de tout. Grâce à leurs connaissances et au génie génétique, les survivants soumettentplus ou moins la nature hostile de leur planète d'adoption et permettent à leurs descendants de s'établir sur Ta-Shima.

Huit cents ans plus tard, la Fédération a découvert ces « échoués », a implanté une ambassade sur leur planète horrible et s'intéresse à cette société d'un archaïsme consommé. En effet, il n'y a pas d'industrie, pas d'artisanat, aucune créativité. En effet, toute forme d'art est inexistante car totalement inutile à la survie du groupe. Les habitants vivent simplement, au gré des saisons et des travaux fermiers. Mais cette planète doit bien intéresser quelqu'un car son chef spirituel trouve la mort avec l'ambassadeur de la Fédération dans un bien étrange accident.

Il s'agit d'un livre de science-fiction qui présente un contexte convenu (la suprématie d'un mode de pensée sur tous les autres) mais surtout une planète difficile et une société relativement attachante. Sur Ta-Shima coexistent deux races d'êtres humains différentes mais totalement complémentaires. Les Shiro et les Asix.

Adriana Lorusso présente au lecteur une société dans le détail, soumise aux contraintes de sa planète et les stratégies mises en place pour survivre à sa dureté. Ce thème de la science-fiction est toujours très agréable pour tout fan et le monde est suffisamment détaillé, même au milieu des différentes intrigues, pour ravir le lecteur qui se laissera prendre au jeu.

L'auteur s'attache dépeindre avec moult détails plusieurs aspects de cette société et les habitants de Ta-Shima. La manière d'élever les enfants Shiro sur Ta-Shima ne ferait envie à personne et le fait que la moindre parole mal prise finisse par un duel sanglant fait froid dans le dos. La planète et ses bêtes sauvages n'ont pas besoin de se fatiguer, les Shiros déciment tout seuls leurs rangs.

Quoi qu'il en soit, dans ce premier tome, le lecteur apprend à connaître l'histoire et la société de Ta-Shima. Elles sont suffisamment proches de nous pour ne pas perdre le lecteur mais également suffisamment éloignées pour générer le dépaysement. A titre d'exemple, les Shiro ne peuvent pas physiquement faire du mal aux Asix. Ceux qui pourraient le faire sont considérés par les autres comme étant des asociaux et envoyés servir jusqu'à la mort dans des mines. Par nécessité, la caste des femmes médecins tient fermement la procréation sous sa coupe et organise les naissances. Ainsi, les comportements sexuels ne connaissent pas de limites, homosexualité, jeux à plusieurs participants ou encore relations entre frères et sœurs, toutes ces pratiques s'appellent « partager ludiquement la natte ». Il est bien évident qu'une telle différence avec la morale de la Fédération ne présage rien de bon pour la survie de Ta-Shima au sein des mondes fédérés.

Angélique Boloré
02/04/2014
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Chroniques Infernales
Vous aimez Ta-Shima ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €