Terreur

Dread


ORIGINE
USA
Terreur Affiche

ANNEE
2009
REALISATION
Anthony DiBlasi
INTERPRETES
Jackson Rathbone
Hanne Steen
Hanne Steen
Critique Terreur
{Photo 1 de Terreur} Plusieurs jeunes particulièrement traumatisés décident de faire, comme projet de thèse, un dossier filmé sur la terreur pour « toucher la bête » comme dit celui qui en a eu l'idée. Cette étude va hélas aller beaucoup trop loin pour certains d'entre eux, et la bête finira par les dévorer tous.

Clive Barker est un écrivain de fantastique et d'horreur parmi les plus originaux qui soit. Ses livres mêlent ainsi sensualité, mondes étranges et insolites, histoires touchantes et dérangeantes, pour des résultats particulièrement uniques. « Imajica », « Secret Show », ou encore « Cold Heart Canyon », sont des récits vraiment fascinants qui ne peuvent laisser indifférents. Mais Clive Barker est aussi peintre (son roman pour enfant « Abarat » est abondamment illustré de ses propres &o{Photo 2 de Terreur} elig;uvres) et cinéaste, certes peu prolifique en la matière. Sa maladie et les déceptions qui ont parsemé sa carrière hollywoodienne n'y sont pas étrangers. Clive Barker n'en demeure pas moins un réalisateur génial !

HELLRAISER crée ainsi un des méchants les plus inoubliables du cinéma avec le personnage de Pinhead. Il adapte aussi son roman « CABAL » et nous offre, avec « LE MAITRE DES ILLUSIONS », un film certes imparfait, mais grandiose à de nombreux points de vue. Sa nouvelle « Terreur » fait partie des recueils des Livres de Sang, et l'homme qui s'attaque à son adaptation est Anthony DiBlasi pour son premier film qui sera suivi de deux autres métrages. Le héros de ce film traumatisant est Jackson Rathbone, et ceux qui auront apprécié sa prestation dans la série des TWIL{Photo 3 de Terreur} IGHT risquent d'être déstabilisés par son rôle dans « TERREUR », où il incarne un jeune homme mal dans sa peau, manipulé, traumatisé, presque laid !

« TERREUR » est remarquable à plus d'un titre. Au début, le spectateur se demande un peu où il va. Le métrage nous montre Quaid, l'homme voulant « toucher la bête », soliloquer de manière plutôt sibylline. Il alterne ces scènes avec la présentation de ses personnages, de jeunes paumés qui vont travailler ensemble. Mais rapidement on comprend que Quaid cherche bien plus qu'un projet de thèse, et que cette exploration de la terreur va avoir des conséquences effroyables... Mais le mot est faible, car Anthony DiBlasi nous étouffe avec ses personnages. Ils sont souvent seuls, entre eux, dans des endroits désolés, froids, sombres ; l{Photo 4 de Terreur} 'immense maison de Quaid en est l'exemple parfait. De plus, l'action se passe souvent le soir, ou dans des espaces clos. Le spectateur, claustrophobe, évolue donc au plus près des personnages, avec la sensation qu'il ne pourra pas s'échapper et qu'il partage leur destin. Le réalisateur veut en effet tout faire pour happer ses spectateurs dans son film, pour qu'ils ne soient pas de simples spectateurs insensibles à ce qui se déroule sous leurs yeux.

Et il y parvient avec des personnages crédibles, campés par d'excellents acteurs, qui leur donnent corps et vie. DiBlasi y parvient aussi en nous emmenant toujours plus loin dans l'horreur et l'abomination. Très rapidement, nous comprenons qu'il n'y aura d'issue heureuse, pour personne.

Quaid explore la terreur et ses traumatismes. Anthony DiBlasi nous met dans la même situation. C'est ainsi que « TERREUR » est glauque, malsain, parfois jusqu'à la nausée, dans certaines scènes quasi insoutenables. Voir un des personnages se verser de la soude sur le corps pour faire partir une tâche de naissance qui devient envahissante est effroyable jusqu'à la nausée. Le métrage est également sanglant et sensuel, animé par des effets d'un grand réalisme qui aident à mieux impressionner. Ajoutons que grâce à un découpage qui va à l'essentiel, et refuse toute scène qui pourrait permettre de souffler, « TERREUR » parvient à nous secouer sauvagement jusqu'à un final malsain en diable, qui hantera longuement le spectateur.

Un très grand film d'horreur donc, qui ne conviendra pas à tous, tant il est dur et exigeant.

Yannik Vanesse
20/04/2012
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
AUTEUR DE L'ARTICLE: Yannik Vanesse
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Machete Kills
Eine Armee Gretchen
Innocent Blood
Oms en série
Trust
Alien, le Huitième Passager
Cannibal Holocaust
Halloween (John Carpenter)
Le Masque du Démon
Zombie

Vous aimez Terreur ?
Trailer Terreur
Moteur de recherche