The Boogie Man Will Get You


ORIGINE
USA
The Boogie Man Will Get You Affiche

ANNEE
1940
REALISATION

Louis Friendlander

INTERPRETES
Boris karloff
Peter Lorre
Larry Parks
AUTEUR DE L'ARTICLE: Eric Escofier
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Frankenstein 1970
Monolith Monsters
Leech Woman
The Deadly Mantis
L'Oasis des Tempêtes
La Malédiction d’Arkham
Le Bal des Vampires
Le Cimetière des Morts-Vivants
Les Maîtresses de Dracula
L’Empreinte de Frankenstein

Critique The Boogie Man Will Get You
{Photo 1 de The Boogie Man Will Get You} Réalisateur américain d'origine allemande, Louis Friendlander débuta au cinéma en 1920. Il deviendra réalisateur en 1934. Ce n'est qu'en 1936 qu'il prendra le pseudonyme de Lew Landers avec lequel il se fera une solide réputation en tournant de nombreux films d'aventures, de westerns, de guerre mais aussi un nombre impressionnant de films noirs. Son entrée dans le cinéma fantastique prendra effet avec un serial de 12 épisodes : THE VANISHING SHADOW avec Oslow Stevens en 1934. Après avoir réalisé THE RAVEN, dans lequel les de{Photo 2 de The Boogie Man Will Get You} ux stars de l'horreur Boris Karloff et Bela Lugosi s'affrontaient dans un duel sans merci, il met en scène en 1940 ce BOOGIE MAN WILL GET YOU distribué en Belgique sous le titre LE CHATEAU DES LOUFOQUES.

Le Professeur Nathaniel Billings vend sa vieille auberge à la jeune Winnie Layden. Il y a cependant une condition, celle de pouvoir continuer ses travaux dans le sous-sol de la demeure ! Bill Layden, l'ex-mari de Winnie, tente à tout prix de lui faire renoncer à cet achat qu'il considère comme un mauvais investissement. Arr{Photo 3 de The Boogie Man Will Get You} ive le Docteur Lorentz qui fait aussi office de sheriff et qui découvre dans la cave cinq cadavres que le professeur Billings utilise comme cobayes ! Il apprend par la bouche de celui-ci qu'il cherche à transformer des hommes ordinaires en surhommes. Lorentz devient son associé et tous deux parviennent à convaincre un colporteur d'être le prochain cobaye.

THE BOOGIE MAN WILL GET YOU est le dernier film que Boris Karloff devait à la Columbia. Inconditionnel de ce monstre sacré, vous serez déçu car la bande signée Lew Landers est une sinistre pantalonnade et l'on se demande ce que Boris Karloff en savant fou vient faire dans cette galère ! Retenu à plusieurs reprises par les producteurs d'Arsenic et vieilles Dentelles à Broadway, Karloff peut néanmoins enfin retrouver son partenaire Peter Lorre...

Le scénario écrit par Edwin Blum d'après un argument de Hal Fimberg et Robert H. Hunt n'offre pas une once de frisson et transforme le film en opérette de second ordre qui frise par certains moments le ridicule outrancier... Le film fut tourné à la fin de l'été 1942 et conçu pour profiter de la pièce jouée par Boris Karloff. On est bien loin de la folie incarnée par Bela Lugosi dans THE RAVEN ni du mythique RETOUR DU VAMPIRE que Lew Landers réalisera en 1942 avec un Bela Lugosi, qui, dans le rôle d'Armand Tesla, campe un vampire beaucoup plus inquiétant que dans la version de Tod Browning en 1931. Lew Landers a réalisé deux chefs-d'œuvre, malheureusement, THE BOOGIE MAN n'en fait pas partie. Quel dommage que Lew Landers ne soit pas suffisamment attaché au sujet...

Eric Escofier
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
Vous aimez The Boogie Man Will Get You ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €