The Cat

Lao mao; Karate Cat


ORIGINE
Hong Kong
The Cat Affiche

ANNEE
1992
REALISATION
Nam Lai Choi
INTERPRETES
Waise Lee
Gloria Yip
Philip Kwok
Ni Kuan
Christine Ng
Critique The Cat
{Photo 1 de The Cat} Célèbre réalisateur hongkongais fréquemment assimilé à un Ed Wood bridé, Nam Lai-Choi débute sa carrière au tout début des années '80 avec ONE WAY ONLY et la termine dix ans plus tard avec THE CAT. Entre ces deux extrêmes, le cinéaste nous offre onze long-métrages variablement divertissants comme le sexy EROTIC GHOST STORY, le rape and revenge brutal HER VENGEANCE et l'incroyablement gore STORY OF RICKY. Son dernier film, THE CAT, s'inscrit dans cette lignée de productions foncièrement mauvaises mais également distrayantes, déjantées et rarement ennuyeuses. Du vrai nanar culte, si ces termes, aujourd'hui galvaudés, ont encore la moindre pertinence.

Un écrivain nommé Wei Si Li suspecte ses voisins de venir d'une autre planète. Il enquête donc sur{Photo 2 de The Cat} le trio composé d'une très charmante demoiselle, d'un vieillard et d'un chat noir appelé Général. Aidé d'un molosse rescapé de la fourrière, Wei Si Li va affronter le chat extraterrestre avant de comprendre que celui-ci appartient au camp des « gentils ». Un autre alien, beaucoup plus redoutable, est de son côté bien décidé à exterminer le matou et tous ceux qui se mettront sur sa route.

Personnage fameux en Chine, Wei Si Li (joué par son homonyme Waise Lee) est un héros littéraire souvent confronté à l'étrange et au surnaturel, déjà porté à l'écran par Nam Lai-Choi au milieu des années '80, sous les traits de Chow Yuen Fat, dans THE SEVENTH CURSE. Dans cette nouvelle aventure, le romancier se confronte à une « invasion » extraterrestre saugren{Photo 3 de The Cat} ue menée par un chat adepte des arts martiaux. Un concept encore inédit dans le domaine, pourtant fécond, des aberrations du Septième Art. Hélas, le film ne se montre pas toujours à la hauteur de cette idée et souffre de quelques longueurs. Si THE CAT dure à peine plus d'une heure vingt, Nam Lai-Choi éprouve en effet bien des difficultés à tenir la distance et meuble le métrage de nombreuses scènes, parfaitement inutiles, censés nous intéresser au personnage de Wei Si Li. Or, celui-ci n'a aucun intérêt et sa vie quotidienne dune rare banalité ennuie le spectateur qui attend, avec impatience, les interventions du chat extraterrestre. Celui-ci se montre surtout à son avantage dans la scène la plus célèbre du film, le mythique combat nocturne contre un{Photo 4 de The Cat} gros chien baveux. Ce duel, hallucinant, s'éternise sur près de cinq minutes et se révèle un sacré moment de cinéma bis décomplexé chorégraphié par Philip Kwok en personne, membre de la troupe des CINQ VENINS MORTELS et responsable des joutes martiales sur LE PACTE DES LOUPS.

Si le reste n'atteint pas ce niveau, le climax final au cours duquel intervient une monstruosité extraterrestre protéiforme (pas très éloignée du gluant THE DEADLY SPAWN) vaut lui-aussi son pesant de cacahouètes. Une grosse scène de fusillade saignante à souhait, dans la pure tradition hongkongaise, et quelques passages orientés vers l'horreur agrémentent encore ce foutoir généreux dont les effets spéciaux surannés (marionnettes, bestioles en latex et même stop motion ou créature en carton pâte) raviront les nostalgiques de l'ère pré-numérique.

Situé entre TERMINATOR, HIDDEN, THE THING et la production Disney LE CHAT QUI VIENT DE L'ESPACE, le résultat est, forcément, bancal, indigeste et mal fichu mais néanmoins jouissif et plaisant par son mélange de genres hystériques (horreur, science-fiction, polar, action, arts martiaux, romance, comédie...tout y passe !). Quoiqu'il s'agisse indubitablement d'un mauvais film, sa bonne humeur, son enthousiasme et ses excès le rendent éminemment sympathique et son rythme soutenu exclut tout sentiment d'ennui. A découvrir pour les amateurs de curiosités « nanar » qui passeront, à n'en point douter, un bon moment aux côtés de Waise Lee, Gloria Yip, Philip Kwok et, surtout,...du chat !

Frédéric Pizzoferrato
28/06/2012
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
AUTEUR DE L'ARTICLE: Frédéric Pizzoferrato
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
GAMERA CONTRE BARUGON
Gamera contre Viras - Les monstres attaquent
La cellule de Fermat
Gamera contre Gyaos
Dict Tracy vs Crime Inc
Edward aux Mains d’Argent
Evil Dead
Le Seigneur des Anneaux
Rocky Horror Picture Show
The Killer

Vous aimez The Cat ?
Trailer The Cat
Tags du film
Hong Kong
Moteur de recherche