The Circle


ORIGINE
USA
The Circle Affiche

ANNEE
2005
REALISATION
Yuri Zeltser
INTERPRETES
Angela Bettis
Scott Cohen
Henry Czerny
David Proval
Jill Jacobson
Critique The Circle
{Photo 1 de The Circle} Dans sa chambre d'hôtel, un homme fait sa toilette, son téléphone sonne, il répond. On pense comprendre qu'il s'agit d'un tueur à gages réglant les derniers détails de son nouveau contrat (l'heure, le lieu....), quand on frappe à la porte. C'est une femme pâle, en sueurs, paniquée, implorante. La situation trouble est installée d'emblée. Cette ambiance régnera tout au long du métrage, ambiance renforcée par la fluidité du cadrage due à un choix radical de mise en scène qui ne saute pas aux yeux immédiatement : le plan-séquence. On se prend ainsi à remarquer la longueur du plan et à s'attendre à une coupure prochaine, une coupure qui tarde à arriver.

La technique du plan-séquence est, en soi, un morceau de bravoure : tourner une scène en un plan. Sa contrainte est aisée à devin{Photo 2 de The Circle} er : une longue et minutieuse préparation en amont, une erreur ou une faute dans n'importe quel domaine (jeu des acteurs ou éclairage) et tout le plan est à refaire. Une situation particulièrement rageante lorsque, passées les cinq minutes de bobine, on se rend compte de l'oubli du texte d'un acteur ou d'une lampe défectueuse d'un projecteur.

Ainsi, pour THE CIRCLE, Yuri Zeltser (scénariste et réalisateur) n'a pas choisi la voie de la facilité en tournant son film dans le même plan-séquence (dans sa plus grande partie car on constate, à deux ou trois reprises, des coupures, très bien intégrées à l'ensemble). Ce choix, d'un point de vue technique, inspire ainsi le respect et il confère à son métrage une donnée plus difficilement saisissable avec une structure classique : l'empa{Photo 3 de The Circle} thie pour les personnages. Il nous est plus aisé de partager avec eux des moments de tension qui deviennent plus palpables. En cela, le concept du métrage se rapproche de la série « 24 heures chrono » puisqu'il propose ni plus ni moins que la même expérience (vivre une histoire en temps réel) et si le film 24 se fait, nul doute que sa structure narrative aura des similitudes avec celle de THE CIRCLE si le concept de « temps réel » est conservé. THE CIRCLE se rapproche plus volontiers d'un film d'Hitchcock déjà bâti sur le même principe : LA CORDE. Ces deux films partagent la même montée de tension en temps réel. Toutefois, là où THE CIRCLE se différencie réside dans la visualisation de la descente aux enfers éprouvée par ses personnages.

On notera ainsi l'influence des films d{Photo 4 de The Circle} e Lynch, en particulier BLUE VELVET, lors d'une scène où la femme doit se rendre dans une boîte de nuit et rencontre un personnage énigmatique, Papa. Il s'agit d'un personnage qui s'apparenterait à une sorte de parrain lynchien et qui enrichit ainsi agréablement THE CIRCLE d'une touche d'étrangeté inhabituelle mais bienvenue. Cette scène se montre la plus mémorable du métrage. Sans toutefois parvenir à égaler celle du maître Lynch, elle n'en réussit pas moins à produire un degré de fascination que l'on a peu coutume de retrouver dans le paysage cinématographique à l'heure actuelle.

La technique n'est toutefois pas exempte de reproches. L'ampleur du morceau de bravoure constitué par l'emploi du plan-séquence à tendance à prendre le pas sur la fluidité dramatique de l'histoire. On se surprend à contempler le film en raison du défi technique qu'il constitue. La forme prend alors le pas sur le fond. Et le jeu de un ou deux acteurs sonne faux, de même que certaines évolutions de leurs relations : on tente de nous faire adhérer à une potentielle histoire d'amour mais celle-ci se voit insérée comme un cheveu sur la soupe dans le métrage.

Le bilan de l'ensemble n'en demeure pas moins largement positif. On peut saluer le travail de l'équipe technique qui a largement rempli son rôle, et en particulier celui des photographes (aucun plan ne sombre dans le noir total, une gageure dans un film se déroulant entièrement de nuit) et la performance des acteurs principaux (Angela Bettis et Scott Cohen) est plus que convaincante dans un contexte de jeu aussi difficile.

André Côte
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
AUTEUR DE L'ARTICLE: André Côte
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
DreamScape
Mama
Cloud Atlas
Hansel et Gretel, Witch Hunters
The Bay
Dark City
Ed Wood
Le Crime Farpait
Le Sixième Sens
Spider-Man 3


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
The Circle DVD Zone 2 20 €
Vous aimez The Circle ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette The Circle - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    20€
Moteur de recherche