The dark below


ORIGINE
USA
The dark below Affiche

ANNEE
2015
REALISATION

Douglas Schulze

INTERPRETES
Lauren Mae Shafer
Seraphina Anne
David G.B. Brown
Critique The dark below
{Photo 1 de The dark below} Un homme agresse une femme, la revêt d'une combinaison de plongée et d'une bouteille presque vide d'oxygène avant de la plonger sous la glace d'un lac gelé. S'engourdissant progressivement sous la morsure du froid, la femme se remémore sa vie avec cet homme, et tente désespérément de survivre.

Douglas Schulze a jusqu'à présent essentiellement œuvré dans l'horreur: HELLMASTER, THE DARK HEAVEN, THE RAIN (alias DARK FIELDS), MIMESIS, sans cependant qu'aucun de ces films ne perce réellement. THE DARK BELOW (décidemment, le bonhomme aime les titres en « dark ») ch{Photo 2 de The dark below} angera-t-il la donne ? C'est en tous cas un film qui lui est plus personnel.

Lors de sa présentation à l'Etrange festival 2015, le réalisateur expliquait en effet avoir lui-même expérimenté dans son enfance un accident qui aurait pu lui couter la vie et où il s'est retrouvé piégé sous la glace. Il en aura gardé angoisses et cauchemars pendant des années, ici régurgités sous forme d'une fiction d'horreur.

Le programme du festival tente une comparaison avec BURIED (chroniqué sur Sueurs Froides). Rien n'est moins pertinent, THE DARK BELOW proposant un dispositif ré{Photo 3 de The dark below} solument opposé à celui de BURIED. Ce dernier explore toutes les possibilités d'un espace exigu et confiné dont il ne sort pas, là où THE DARK BELOW propose de nombreuses échappées par le biais d'autant de flash-backs. Et BURIED, tout comme plus récemment le formidable LOCKE, instille la tension et fait progresser la narration par ses dialogues incessants alors que THE DARK BELOW réussit à se passer de ceux-ci, misant tout sur la mise en image pour raconter son histoire. Et pour la tension, ce film non dialogué n'est pas pour autant non sonorisé : la musique y est, etc'est un peu dommage, omniprésente. C'est peut-être ce qui déforce légèrement le résultat, ce choix se révélant une facilité de réalisation.

Au rang des points d'intérêts, on relève aussi - sans vouloir ici trop le dévoiler - le rapport entre la victime et son bourreau, qui s'éloigne de celui, souvent assez arbitraire ou artificiel, qui est le lot de nombre de films d'horreur. On va donc suivre le calvaire de cette femme, cherchant désespérément de l'oxygène et un moyen de sortir de ce lac glacé alors que guette au-dessus d'elle son tortionnaire. Les nombreux flash-backs offrent une respiration - pour le spectateur, pas pour la victime - et nous donnent la clé de la situation.

La mise en scène et le scénario sont très fonctionnels, au sens positif du terme : ils nous conduisent avec efficacité tout au long des péripéties vers le dénouement, assez classique, mais justifié si on voit le résultat comme une catharsis pour son réalisateur.

THE DARK BELOW est un film de tension parfaitement efficace, qui s'éloigne juste ce qu'il faut du lot commun des films de son genre pour attiser notre curiosité et notre intérêt. A conseiller.

Philippe Delvaux
02/10/2015
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
AUTEUR DE L'ARTICLE: Philippe Delvaux
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Le profond désir des dieux
Piscine sans eau
Vampir Cuadecuc
Gangs of Wasseypur
Charley-Le-Borgne
Conan le Barbare
C’est Arrivé Près De Chez Vous
Marquis
Princesse Mononoke
Sacré Graal

Vous aimez The dark below ?
Trailer The dark below
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €