The Deadly Mantis


ORIGINE
USA
The Deadly Mantis Affiche

ANNEE
1957
REALISATION
Nathan Juran
INTERPRETES
William Hopper
Alix Talton
Craig Stevens
Critique The Deadly Mantis
{Photo 1 de The Deadly Mantis} En Antarctique, des énormes blocs de glace libèrent une gigantesque mante religieuse. Quelques mois après, un poste de météorologie militaire est détruit ! On ne retrouvera jamais les corps des deux occupants. Plus tard c'est au tour d'un avion C-47 qui perd le contrôle en plein ciel et s'écrase sur le sol glacé. Même scénario à l'exception que près de la carcasse de l'avion se trouve un énorme morceau d'épine. Ce dernier est envoyé à Washington où le Professeur Jackson l'étudie. Après maints examens, et avec l'aide du Professeur Gunther, nos deux scientifiques arrivent à la même conclusion : ce morceau d'épine appartiendrait à une colossale mante religieuse. Le professeur Jackson et sa secrétaire Marjorie Blain se rendent à Antarctique à la base militaire. Dès leur p{Photo 2 de The Deadly Mantis} remière nuit, le monstre attaque le campement mais il parvient à s'enfuir malgré l'assaut des balles et des lances flammes. Quelques jours plus tard à New York, un train déraille puis un bus est retourné. Poursuivi par les bombardiers de l'armée, la créature blessée se réfugie dans un tunnel où elle sera détruite par une arme chimique...

Après les fourmis géantes de THEM, l'hideuse araignée de TARANTULA, le monstrueux scorpion de THE BLACK SCORPION et les sauterelles géantes de BERGINNING OF THE END, voici THE DEADLY MANTIS ou LA CHOSE SUGIT DES TENEBRES, un pur produit sorti des studios Universal. Réalisé par Nathan Juran, le scénario est écrit par le producteur William Alland qui avait collaboré au script de L'ETRANGE CREATURE DU LAC NOIR de Jack Arnold en 1954. D'origine tchèque, né en Autriche le 1er Septembre 1907 à Bucouine, Nathan Juran se destine vers une carrière de décorateur pour théâtre et ne débutera qu'au cinéma en 1941 à l'âge de 46 ans comme directeur artistique et recevra un oscar pour son travail dans le film de John Ford : QUELLE ETAIT VERTE MA VALLEE. Son intrusion dans le cinéma fantastique se fera en 1951 avec l'excellent THE BLACK CASTLE où il dirigera Boris Karloff et Lon Chaney Junior. Puis il se fera une notoriété avec 20 MILLIONS TO EARTH où un genre de dinosaure débarquait à Rome pour y semer la terreur. DEADLY MANTIS sera considéré comme son meilleur film avec l'ouverture du récit sur le Pôle Nord qui nous rappelle l'histoire de THE THING de Hawks et Christian Nyby. Avec le déclenchement d'évènementseffrayants, Nathan Juran ménage le spectateur en ne montrant pas le monstre mais seulement le bruit sourd de son approche. Ce n'est que vers la deuxième partie du film qu'il nous révèlera l'horrible bestiole avec cette incroyable séquence de sa silhouette décharnée qui prend la pose devant les baraquements de la base militaire. Notons au passage le coup de chapeau à Jack Arnold pour TARANTULA avec ce plan similaire où la créature regarde l'héroïne par la fenêtre. Comme toute fin moralisatrice dans ce genre de films, on assiste à la destruction du monstre non sans une certaine tristesse à l'écoute des cris de douleur qu'il pousse en agonisant ! Flanquée d'une très belle partition musicale signée Joseph Gershenson le film donne la part belle à Craig Stevens (Deux Nigauds contre Dr Jekyll et Mr Hyde) , William Hopper (le Paul Drake de la série télévisée Perry Mason et aussi vedette de 20Millions to Earth) et aussi à Alix Talton ex miss Georgie. Par la suite Nathan Juran réalisera deux autres films de science fiction : BRAIN FROM PLANET ARIOUS et ATTACK OF THE 5O FOOT WOMAN sous le pseudo de Nathan Hertz. On lui doit aussi le somptueux 7ème VOYAGE DE SINBAD, JACK LE TUEUR DE GEANT et LES PREMIERS HOMMES DANS LA LUNE. Il sera aussi connu pour réaliser de nombreux feuilletons télévisés : Au coeur du temps, Perdus dans l'Espace, Au pays des géants, Mon Ami Flika, Daniel Boone. Il signera en 1973, son ultime film fantastique sur le thème de la lycanthropie : THE BOYD WHO CRIED WEREWOLF avec son acteur fétiche le regretté Kerwin Matthews.

Eric Escofier
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
AUTEUR DE L'ARTICLE: Eric Escofier
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Frankenstein 1970
Monolith Monsters
Leech Woman
L'Oasis des Tempêtes
Monster on the Campus
La Malédiction d’Arkham
Le Bal des Vampires
Le Cimetière des Morts-Vivants
Les Maîtresses de Dracula
L’Empreinte de Frankenstein

Vous aimez The Deadly Mantis ?
Moteur de recherche