The Fair-Haired Child


ORIGINE
USA
The Fair-Haired Child Affiche

ANNEE
2006
REALISATION

William Malone

INTERPRETES
Lindsay Pulsipher
Jesse Haddock
Lori Petty
William Samples
Critique The Fair-Haired Child
{Photo 1 de The Fair-Haired Child} C'est William Malone, réalisateur de plusieurs épisodes de séries TV (FREDDY'S NIGHTMARES en 1998, TALES FROM THE CRYPT en 1996 et 1994) qui se charge de tourner THE FAIR-HAIRED CHILD.

Tara (Lindsay Pulsipher) est une jolie lycéenne qui n'a pas vraiment d'amis et pas encore eu de petit ami. Comme tous les jours après les cours, elle prend son vélo pour rentrer chez elle en passant par le bois. A un croisement, elle se fait violemment heurter par une camionnette, puis enlever par son conducteur. Tara se réveille un peu plus tard dans le lit d'un hôpital bien étrange...

En partant d'un scénario assez convenu (l'invocation d'un démon pour ressusciter un mort), le réalisateur parvient néanmoins à livrer un conte macabre fantastique des plus étonnants et intéressants. Un couple de musiciens reclus dans leur immense demeure a recours à la magie noire. Ils invoquent ainsi un démon avec lequel ils signent un pacte afin que leur fils Johnny (Jesse Haddock), mort noyé, revienne à la vie. Bien évidemment, en échange,l'entité démoniaque demande le sacrifice de jeunes filles vierges et baptisées.

La mise en scène est centrée sur le personnage de Tara qui représente le dernier sacrifice, la dernière souffrance avant la résurrection. Tout comme l'héroïne, le spectateur ressent dès le début cette atmosphère lourde, inquiétante et se demande ce qui se passe. On le découvre petit à petit, en même temps que notre malheureuse lycéenne, et jusqu'à la fin (inattendue et diabolique), la tension et le suspense nous tiennent en haleine.

Les effets spéciaux sont bien réalisés. La créature qui dévore ses « délicieuses » proies est véritablement effrayante. Sa peau verdâtre à l'aspect gluant, ses yeux blancs ainsi que ses déplacements rapides à quatre pattes sont des plus répugnants. Par contre, la scène où cette créature éventre sa victime pour manger ses entrailles aurait pu être plus sanguinolente.

Les décors naturels sont superbes et apportent profondeur et crédibilité aux faits. Cette majestueuse et imposante maison perdue au milieu des bois semble être un lieu magique, idéal pour invoquer les forces du mal. Les personnages sont attachants et leur histoire d'amour salvateur très touchante. Lori Petty, visage très connu des séries télé, est plutôt convaincante dans le rôle de la mère éplorée prête à tous les sacrifices pour son enfant, même les pires crimes et la damnation éternelle.

Tout autant d'éléments qui font de THE FAIR-HAIRED CHILD un épisode captivant, doté d'une histoire surnaturelle attrayante et d'effets de bonne facture.

Chrystelle Cavaglia
22/12/2009
Cet article est paru dans Sueurs Froides n°32
Cliquer ici pour télécharger ce numéro
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
AUTEUR DE L'ARTICLE: Chrystelle Cavaglia
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Le Samouraï du Crépuscule
Truck
Prison On Fire 2
Mudori
Shaolin Vs Wu-Tang
Créatures Célestes
Edouard Aux Mains D’argent
Le Labyrinthe De Pan
Totoro
Wolf Creek


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Masters Of Horror : La Cave (edition Collector) DVD Zone 2 15 €
Vous aimez The Fair-Haired Child ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Masters of Horror : La cave (Edition Collector) - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    15€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €