The Fearless Avenger


ORIGINE
Japon
The Fearless Avenger Affiche

ANNEE
1972
REALISATION

Ikehiro Kazuo

INTERPRETES
Yoshio Harada
Ryunosuke Minegishi
Katsuo Nakamura
AUTEUR DE L'ARTICLE: Jérôme Pottier
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Le Doux Parfum D'Eros
Journal Erotique D'Une Infirmière
Les Etrangleurs De Bombay
L’Empreinte Du Dragon Rouge
The Devil-Ship Pirates
Dawn of the Dead
Evil Dead
Le Dernier Face à Face
Les Frissons de l’Angoisse
Rambo

Critique The Fearless Avenger
{Photo 1 de The Fearless Avenger} Jokichi continue son périple jusqu'à retrouver Choguro, le second chef de clan, qu'il poursuit de sa vindicte. Il échoue mais voit sa vie épargnée par le grand chef Juzaburo, impressionné par sa bravoure. Un boss yakuza l'enrôle comme garde du corps de sa fille. Il retrouvera alors Choguro sur son chemin.

Encore plus barbare que son prédécesseur, ce nouveau volet de la MIKOGAMI TRILOGY s'avère le plus aquatique de tous. Après un résumé du précédent opus, nous retrouvons Jokichi sur une embarcation qui traverse une rivière. Il y retrouve deux gredins qui tentent de violer une jeune demoiselle en se vantant d'appartenir au clan de Choguro. Jokichi, désireux d'en savoir plus, les massacre. Lorsque l'un d'eux se jette à l'eau, Jokichi le{Photo 2 de The Fearless Avenger} rejoint. Son habileté n'est en rien diminuée par son immersion et il abat froidement le malotru à la langue bien pendue. La rivière devient rouge sang, ainsi périt la vermine ! Ca démarre par du gore bien sévère et cela va continuer. Le film est beaucoup plus rythmé que le précédent, même s'il applique la même formule. Ainsi, Jokichi est humilié lorsqu'il s'attaque la première fois à Chogoro qui participe à une réunion des grands pontes de la voyoucratie locale. Il ne doit sa survie qu'à l'intervention du plus puissant des chefs yakuza, que l'on surnomme Thunder (AKA le tonnerre, mais cela n'a rien a voir avec l'œuvre - ?- complète de Mark Gregory, grande série de films Z italiens). Toutefois, il est intéressant de noter l'habi{Photo 3 de The Fearless Avenger} leté des scénaristes qui rendent hommage à Kurosawa et à son YOJIMBO (1961) qui sera remaké par un certain Bob Robertson en 1964 sous le titre POUR UNE POIGNEE DE DOLLARS.

En tant que garde du corps, Jokichi va combattre des armées de gredins. Il arrête même un cheval devenu fou à mains nues. Cette adresse au combat, doublée d'une faculté exceptionnelle d'échapper à la mort, renforce le côté surnaturel, invincible et inhumain du personnage. A un géant aussi moche et impressionnant que le Richard Kiel de la série des JAMES BOND qui brandit un sabre devant lui et dit qu'il va mourir de sa main, il reste impassible et stoïque, essayant encore d'arracher des informations au monstre. En émule de la grande faucheuse, il se contente de pré{Photo 4 de The Fearless Avenger} venir son interlocutrice, dans l'autre pièce, de ne pas crier et conclut par un « ça va aller vite » laconique... et, effectivement, deux coups précis suffisent à découper Goliath ! A l'image du rat qui transporte la peste, Jokichi vient par bateau. Il est sale, sa peau est noire de crasse, il amène la mort partout où il passe (et pas que pour ses ennemis). Il repartira après avoir réussi à souiller l'eau du sang de ses ennemis lors d'un final ahurissant.

Effectivement, le minéral et le végétal du premier film laissent ici place à l'eau, c'est autour de cet élément que Ikehiro Kazuo construit son THE FEARLESS AVENGER (le vengeur sans peur). Le combat final qui voit, dans une rivière, des dizaines de combattants affronter un Jokichi impérial est hallucinant (une scène qui n'est pas sans rappeler celle, légendaire, où Ogami Itto fouette l'eau de sa lame dans le premier BABY CART). A l'image de ce second volet beaucoup plus violent, cette bataille dantesque est dynamitée par un montage plus nerveux. D'ailleurs, si TRAIL OF BLOOD était un film aride, celui-ci est, bien qu'aquatique, encore plus sec et nerveux au niveau du montage et de l'action. La pierre et la plante ont ici laissé place à l'eau qui va devenir neige pour l'ultime chapitre de cette trilogie, réalisé l'année suivante : SLAUGHTER IN THE SNOW (massacre dans la neige).

Cliquez ici pour lire l'article sur Slaughter in the Snow

Jérôme Pottier
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
The Fearless Avenger DVD Zone 1 25.74 €
Vous aimez The Fearless Avenger ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette The Fearless Avenger - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    25.74€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €