The fifth cord

Journée noire pour un bélier
Le jour maléfique


ORIGINE
Italie
The fifth cord Affiche

ANNEE
1971
REALISATION

Luigi Bazzoni

INTERPRETES
Franco Nero
Silvia Monti
Wolfgang Preiss
AUTEUR DE L'ARTICLE: Alexandre Lecouffe
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
L'espion qui venait du surgelé
Le prix du danger
Glissements progressifs du plaisir
Le manoir de la terreur
Barbe-Bleue
La Horde Sauvage
Les Yeux Sans Visage
Mad Max
Suspiria
Zu Les Guerruers De La Montagne Magique

Critique The fifth cord
{Photo 1 de The fifth cord} Le réalisateur Luigi Bazzoni semble avoir privilégié la qualité au détriment de la quantité puisque sa filmographie se résume à six films pour le cinéma et que parmi ceux-ci, les titres qui nous sont parvenus se distinguent par leur originalité. On peut citer L'HOMME, L'ORGUEIL ET LA VENGEANCE (1968) avec Franco Nero et Klaus Kinski, étonnante adaptation western de «Carmen» ou LE ORME (1975), étrange thriller teinté de science-fiction et influencé par l'univers du film d'Alain Resnais L'ANNEE DERNIERE A MARIENBAD (1961). Entre ces deux œuvres à la fois personnelles et pleinement ancrées dans le genre, Luigi Bazzoni signe donc cette JOURNEE NOIRE POUR UN BELIER (traduction du titre original) que l'on peut classer dans la catégorie du «giallo», le thriller sanglant à l'italienne avec tueur mystérieux et scènes de meurtres stylisées. Ce genre est alors à son apogée (son âge d'or se situant entre 1969 et 1972) après les succès des premiers films de Dario Argento (L'OISEAU AU PLUMAGE DE CRISTAL, 1969) et de quelques titres particulièrement réussis à l'époque (LA QUEUE DU SCORPION de Sergio Martino, LA TARENTULE AU VENTRE NOIRE de Paolo Cavara, tous deux sortis la même année que le film de Luigi Bazzoni).

En quittant un club après le réveillon du jour de l'An, un enseignant est violemment agressé et laissé{Photo 2 de The fifth cord} inconscient. Le journaliste Andrea Bild, entre deux cuites au J&B, est chargé de l'enquête ; ce dernier est un homme passablement cynique qui rêve de renouer avec son ex-femme Helen et entretient néanmoins une relation avec une étudiante. Peu après, la femme handicapée d'un médecin ayant participé à la même soirée que le professeur molesté est assassinée, un gant auquel il manque un doigt est placé près de son cadavre. Alors que la police piétine, l'employeur d'Andrea est retrouvé mort dans un parc, un gant découpé de la même manière que le premier près du corps ; sans alibi, le journaliste passe du statut d'enquêteur à celui de suspect numéro un !

Une courte mais efficace séquence pré-générique nous fait entendre la voix chuchotante et menaçante du tueur (enregistrée sur une bande) puis nous fait pénétrer par une série de travellings-avant en très grand angle (vision « fish-eye ») dans la discothèque où sont réunis les futurs protagonistes. Un cri de femme vient clore la séquence. Ce prologue filmé du point de vue de l'assassin (voix off, caméra subjective, vision « déformée » de la réalité...) sera l'unique accès que nous aurons à l'univers mental de ce dernier. En effet, c'est ensuite du point de vue désabusé et alcoolisé du journaliste Andrea que les événements sont perçus et rapportés . Interprété a{Photo 3 de The fifth cord} vec beaucoup de justesse par Franco Nero, ce personnage emprunte beaucoup à la figure du détective privé du film noir américain : les attributs vestimentaires (  imper, feutre) mais aussi les méthodes d'investigation, entre faux flegme et vrais éclats de violence. L'acteur italien au regard bleu azur, qui restera connu à jamais comme une des plus grandes icônes du western européen (DJANGO de Sergio Corbucci, 1966 ; KEOMA de Enzo G. Castellari, 1973) casse pour la première fois ici son image de justicier ténébreux ou de héros infaillible et destructeur et n'hésite pas à incarner un individu peu sympathique, machiste et narcissique. En ce qui concerne l'approche esthétique du long-métrage, le fait qu'il soit adapté d'un roman noir du Britannique D.M.Devine l'oriente plutôt du côté du thriller anglo-saxon . THE FIFTH CORD y puise clairement son influence, les scènes de meurtres recherchant davantage la sobriété du suspense que les motifs baroques et fétichistes propres à la plupart des « giallos ». A ce titre, la première attaque du tueur est tout à fait remarquable, celle-ci ne durant que quelques secondes (la victime impotente est étranglée puis jetée du haut d'un escalier) mais succédant à une longue séquence muette où la femme rampe sur le sol, son visage cadré de près semblant supplier le spectateur. Poin{Photo 4 de The fifth cord} ts d'orgue habituels du « giallo », les meurtres et leur ritualisation passent ici au second plan : le patron d'Andrea meurt d'une crise cardiaque avant que l'assassin ne puisse utiliser son arme blanche et une femme est retrouvée noyée dans sa baignoire sans que l'on ait vu le modus operandi du tueur.

En lieu et place des traditionnelles effusions de sang propres au genre, Luigi Bazzoni opte plutôt pour un univers à la violence froide et diffuse, à l'image de l'environnement dans lequel évoluent ses personnages. L'espace urbain tient dans le film un rôle prépondérant : l'architecture moderne, faite d'immenses tours, de souterrains déserts, de ponts gigantesques ou d'escaliers monumentaux, écrase, menace et isole les personnages et confère à la ville (non identifiée) une dimension quasi-monstrueuse. Très souvent filmé en plongée lors de ses déplacements dans cet espace, le journaliste Andrea n'en apparaît que plus perdu et abandonné, à l'image en fait de la plupart des protagonistes : Helen, son ex-femme esseulée, (interprétée par la séduisante et plutôt rare Silvia Monti que l'on a pu voir dans LE VENIN DE LA PEUR de Lucio Fulci, 1971),Giulia, la prostituée... Au-delà de sa trame policière parfois confuse et embarrassée de trop de personnages secondaires et de sous-intrigues un peu inutiles, THE FIFTH CORD développe en fait un sous-texte tout à fait passionnant où le cadre urbain, la ville et ses formes géométriques disproportionnées mais aussi les intérieurs aussi vastes que désincarnés deviennent des reflets de l'âme de ceux qui les traversent. De plus, à l'image de certains films américains de l'époque (KLUTE de Alan J. Pakula, sorti la même année), le métrage de Luigi Bazzoni convoque une atmosphère proche de la paranoïa où les espaces à la fois infinis et déserts qui dominent les personnages semblent contenir et protéger l'insaisissable assassin. La menace invisible finit par exploser dans le dernier quart d'heure du film qui voit se succéder un mémorable assaut nocturne du tueur dans une demeure isolée puis une époustouflante course poursuite filmée caméra à l'épaule entre ce dernier et Andrea dans une usine désaffectée. Doté d'une photographie somptueuse due au grand chef-opérateur Vittorio Storaro qui a travaillé aussi bien pour Dario Argento que pour Francis Ford Coppola sur APOCALYPSE NOW, THE FIFTH CORD s'impose finalement comme une œuvre puissante et originale qui semble préfigurer par son atmosphère urbaine, morbide et glaciale le TENEBRES de Dario Argento (1982) et annoncer le désenchantement moral d'un pays qui sera à l'œuvre dans le polar social italien des années à venir.

Alexandre Lecouffe
20/07/2014
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
The Fifth Cord DVD Zone 1 20.67 €
Vous aimez The fifth cord ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette The Fifth Cord - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    20.67€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €