The Grabbers


ORIGINE
Grande-Bretagne, Irlande
The Grabbers Affiche

ANNEE
2012
REALISATION

Jon Wright

INTERPRETES
Richard Coyle
Ruth Bradley
Russell Tovey
Critique The Grabbers
{Photo 1 de The Grabbers} «En 1759, les Irlandais ont inventé la pinte (de bière). En 2012, elle leur a sauvé la vie.» Cette petite phrase peut très bien résumer GRABBERS, le film d'aliens horrifico-comique que nous livre le réalisateur britannique indépendant Jon Wright, sur un script de Kevin Lehane.

Une île isolée au large de l'Irlande, l'île d'Erin. Lisa, une jeune policière y est envoyée en remplacement pour une une quinzaine de jours. Elle va y écoper comme équipier d'O'Shea, un flic à la sauce locale dont la principale occupation consiste à se saouler au pub en compagnie des poivrots du coin (ils sont nombreux) et autres personnages hauts en couleurs. Ces deux semaines qui s'annoncent calmes et sans surprise vont se retrouver bouleversées par la découverte de bale{Photo 2 de The Grabbers} ines mortes échouées sur la plage, de pêcheurs décapités et de poulpes géants récemment débarqués d'un météorite venu de l'espace. Ces bestioles, avec leurs tentacules immenses, leurs mâchoires garnies de crocs acérés et leur langue suceuse de sang couverte de barbillons, entendent bien utiliser la population locale pour assouvir leur faim dévorante.

Lorsqu'un poivrot notoire échappe à l'attaque de l'un de ces monstres, O'Shea et Lisa vont se rendre compte que ces créatures ont un point faible : elles sont allergiques à l'alcool... La seule façon de leur échapper et de les vaincre sera de saouler tous les habitants de l'île, à l'exception d'un seul, O'Shea, qui devra rester sobre pour mener les opérations.

Le pitch est né alors que le scénari{Photo 3 de The Grabbers} ste Kevin Lehane était en randonnée dans les îles Cook. Il n'arrêtait pas de se faire piquer par les moustiques. Tout le monde lui a dit de manger de la «  marmite » parce que la présence de cette substance dans son sang les mettrait hors d'état de nuire. Et il a pensé que ce serait drôle s'ils étaient allergiques à l'alcool.

Cette intrigue déjantée, se déroulant dans un village coupé du monde par une tempête, donne lieu à des scènes savoureuses, émaillées de personnages bien typés, tous moins sobres les uns que les autres au fil du temps. Même la très sérieuse et responsable Lisa devra, pour sauver sa vie et celles des résidents de l'île, se taper une cuite mémorable.

La relation entre O'Shea et sa coéquipière est au coeur du film, dont le côt{Photo 4 de The Grabbers} é comique-horreur se tempère d'une veine de romantisme. L'actrice Ruth Bradley est très efficace en Lisa Nolan collet monté accro au travail, tandis que de son côté, Richard Coyle campe un flic irlandais imbibé et irascible tout à fait convaincant. Un autre acteur britannique peu connu chez nous sort aussi du lot, Russell Tovey qui incarne un chercheur hautain et hilarant.

Superbement réalisées sur base de maquettes en silicone, les créatures en partie poulpe et lamproie se révèlent surréalistes mais en même temps totalement plausibles, avec un petit côté lovecraftien. De nombreuses citations empruntée à d'autres réalisateurs émaillent par ailleurs le film. Des références aux DENTS DE LA MER, ET, ALIENS, LA NUITS DES MORTS VIVANTS, RENCONTRE DU 3E TYPE apparaissent ici et là ; la plus évidente étant GREMLINS lorsqu'une horde de bébé grabbers envahissent le bar où se sont réfugiés les habitants.

Avec un ancrage dans une réalité décalée, avec ses personnages attachants et originaux, Jon Wright rend l'aspect horrifique d'autant plus efficace et drôle. Cette très bonne série B a d'ailleurs remporté le Prix du public au Festival européen du film fantastique de Strasbourg.

Après un passage à l'Etrange Festival 2013, Grabbers terminait la fameuse Nuit du fantastique du 31ème Brussels International Fantastic Film Festival (BIFFF).

Retrouvez notre couverture du 31ème Brussels International Fantastic Film Festival (BIFFF).

Maï Painblanc
09/10/2012
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
AUTEUR DE L'ARTICLE: Maï Painblanc
SES DERNIERS ARTICLES
Profondo Rosso
The Boston Strangler
The Bat
Safety Not Guaranteed
Doomsday Book

Vous aimez The Grabbers ?
Trailer The Grabbers
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €