The Hands of Orlac

Orlacs Hände
Les Mains d'Orlac


ORIGINE
Allemagne, Autriche
The Hands of Orlac Affiche

ANNEE
1924
REALISATION

Robert Wiene

INTERPRETES
Conrad Veidt
Alexandra Sorina
Fritz Kortner
Fritz Strassny
Carmen Cartellieri
AUTEUR DE L'ARTICLE: Éric Peretti
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Black Movie 2015 : Toutes les couleurs de la vie
Black Movie 2015 : Toute la noirceur du monde
Black Movie 2014
Anahita Ghazvinizadeh : Rencontre avec une réalisatrice à suivre
Alfonso Acosta : Discussion autour d’une première œuvre
Café Flesh
Cannibal Holocaust
New York 1997
Punishment Park
Ré-Animator

Critique The Hands of Orlac
{Photo 1 de The Hands of Orlac} Paul Orlac, pianiste talentueux, après un dernier récital, retourne auprès de sa femme Yvonne. Hélas, un terrible accident de train laisse le musicien avec une fracture du crâne et deux mains détruites. Imploré par Yvonne qui lui explique combien son mari a besoin de ses mains, le docteur Serral tente alors l'impossible. Il va greffer à Orlac les mains de Vasseur, un assassin qui vient d'être guillotiné. Peu de temps après son réveil, le pianiste apprend qui était le propriétaire de ses nouvelles mains par une lettre anonyme. Dès lors son esprit vacille, ses mains refusent de jouer du piano et il commence à avoir des visions meurtrières et se sent basculer dans une folie homicide. Peu de temps après, son père, vieillard avare et fort r{Photo 2 de The Hands of Orlac} iche, est assassiné. Le poignard ayant servi au meurtrier est celui de Vasseur, de même que les empreintes relevées sur les lieux du crime...

Robert Wiene restera célèbre pour avoir réalisé le premier film expressionniste avec LE CABINET DU DOCTEUR CALIGARI (1919). Il poursuivra son œuvre au sein de ce courant artistique avec GENUINE (1920) puis RASKOLNIKOV (1922). Par contre, HANDS OF ORLAC n'appartient pas à ce genre, les seules traces d'expressionnisme se trouvant dans les décors de la demeure du père d'Orlac, avec son immense couloir en ogive et la niche dans laquelle il trône. Hormis ce court passage, le film se veut réaliste, preuve en est la superbe et très longue scène des conséquences de l'accident de train. Au cœ{Photo 3 de The Hands of Orlac} ur de la nuit, entre les carcasses métalliques encore fumantes, se croisent, à la lueur de torches, rescapés hagards et équipes de secouristes dans un incessant ballet macabre. Le reste du film conservera ce côté réaliste et l'intrigue policière va réserver son lot de surprises et de retournements de situation sans jamais avoir à renier son argument fantastique de base, à savoir l'entrée dans la folie d'un homme à qui l'on a greffé les mains d'un criminel.

Malgré un postulat de départ assez casse-gueule et quelques explications finales légèrement tirées par les cheveux en raison de l'âge du film, le scénario tient parfaitement la route. Il faut dire qu'il s'agit de la première adaptation d'un roman de Maurice Renard, Les Mains d'Orlac{Photo 4 de The Hands of Orlac} , paru en 1920. Renard, écrivain français trop peu connu, féru de sciences, va élaborer la trame de son récit suite à ses lectures des publications du docteur Alexis Carrel. Ce talentueux chirurgien vasculaire avait développé de nouvelles techniques pour l'anastomose des vaisseaux, démontrant ainsi les possibilités de fonctionnement à long terme d'organes réimplantés. Ses travaux sur les greffes lui ont permis d'obtenir un Prix Nobel de médecine en 1912. C'est ainsi que le médecin qui va pratiquer la greffe des mains sur Orlac se verra affublé du patronyme Cerral dans le roman, pour curieusement devenir Serral dans le film de Wiene.

Les nombreuses qualités scénaristiques ne suffisent cependant pas à masquer les tares inhérentes aux films muets de cette époque. Aussi l'exagération perpétuelle du jeu des acteurs devient parfois pénible à mesure que les scènes se prolongent. Et c'est là que se trouve le principal défaut du film, dans la durée des plans. Alors que l'intrigue se déroule sans temps mort, les scènes semblent s'étirer à l'infini, diluant ainsi la dynamique de l'action au risque de provoquer l'ennui. On est hélas loin de la parfaite concision du montage du DOCTEUR MABUSE (1922) de Fritz Lang. C'est pour cette raison que HANDS OF ORLAC s'adressera prioritairement aux archéologues du cinéma. Les fans de bis se tourneront plutôt vers les deux autres adaptations du roman, à savoir MAD LOVE (1935) de Karl Freund et LES MAINS D'ORLAC (1960) d'Edmond T. Gréville.

Éric Peretti
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
The Hands Of Orlac DVD Zone 1 24.64 €
Vous aimez The Hands of Orlac ?
Tags du film
Muet
En vente sur Sin'Art
  • Pochette The Hands of Orlac - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    24.64€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €