The Lodger

Jack l'Éventreur


ORIGINE
Etats-unis
The Lodger Affiche

ANNEE
1944
REALISATION

John Brahm

INTERPRETES
Laird Cregar
Merle Oberon
George Sanders
AUTEUR DE L'ARTICLE: Sophie Schweitzer
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
La nuit a dévoré le monde
Le fils du pendu
L'étrange Mr Slade
Les affamés
Le diabolique docteur Mabuse
L'au-delà
Le bon, La brute et le Truand
Les yeux sans visage
Mulholland Drive
Suspiria

Critique The Lodger
{Photo 1 de The Lodger} Londres, fin du 19e, des chanteuses de cabaret sont assassinées par un tueur qu'on surnomme Jack l'Éventreur. Au même moment, un scientifique appelé Mr Slade se présente chez les Langley pour louer la pièce aménagée sous leur toit. Les étranges habitudes de Mr Slade finissent par provoquer les soupçons de sa logeuse, d'autant plus inquiète que sa fille, Kitty, est danseuse de music-hall. Les charmes de Kitty ne tardent pas à faire effet sur Mr Slade qui est partagé entre sa haine du cabaret et son amour pour la jeune femme.

John Brahm n'est pas le premier à s'attaquer à l'adaptation du célèbre roman THE LODGER écrit en 1913 par l'anglaise Marie Belloc Lowndes. Quelques années auparavant, Alfred Hitchcock avait lui aussi adapté l'œuvre sous un titre éponyme. John Brahm s{Photo 2 de The Lodger} e distingue par l'atmosphère gothique qu'il apporte.

Ainsi le logement proposé par les Langley est une pièce dépouillée. La cuisine où a lieu une scène importante est relativement sombre. Les rues de Londres sont peu éclairées, laissant l'ombre et les contrastes faire naître les pires images dans l'esprit du spectateur. On ne voit d'ailleurs jamais le tueur opérer. On suit la victime jusqu'à ce qu'elle croise sa route, mais les meurtres ont lieu en hors champ. Réalisé en studio, le film retient ses effets et, le spectateur, son souffle.

John Brahm réussit parfaitement à retranscrire les bas-fonds de Londres et l'atmosphère des milieux populaires. L'inquiétude des femmes n'osant plus sortir le soir, a quelque chose de très actuel et, pour autant, la première victime est jus{Photo 3 de The Lodger} tement une femme se voulant moderne et refusant de se laisser dicter sa conduite par la peur. Là encore, il y a une modernité éclatante dans ce récit pourtant parsemé de romanesque comme l'est le personnage de Mr Slade au passé trouble et à la relation des plus étranges avec son frère.

La haine qu'il porte à la maîtresse de ce dernier, dont elle a provoqué le suicide, ne suffit cependant pas à expliquer son comportement avec Kitty. La relation entre Kitty et Mr Slade est à la fois romanesque et gothique. Mr Slade est dépeint non seulement comme un personnage sombre, attiré par les ténèbres, déclamant son amour à la nuit et aux eaux noires, mais aussi torturé par son passé, maudit à la façon d'un docteur Frankenstein.

Le romanesque l'emporte sur l'enquête de raison, puisqu{Photo 4 de The Lodger} e c'est l'attraction qu'éprouve le policer pour la jeune Kitty qui le pousse à la surprotéger et à ainsi soupçonner Mr Slade, partagé entre la jalousie et la suspicion de la logeuse. Le choix des acteurs porte d'autant plus dans cette direction, puisque Laird Cregar est grimé et costumé de façon à avoir une l'allure austère, quand à son jeu c'est celui d'un homme timide vivant caché. Quant à George Sanders, qui incarne l'inspecteur, son physique de jeune premier lui fait endosser le rôle du chevalier blanc. Face à lui, Mr Slade est forcément le bad boy.

Ce cliché est néanmoins transcendé par l'interprétation des acteurs, notamment Laird Cregar à la fois fascinant et inquiétant, transformant ses traits à l'envie. Mais on le doit également à une mise en scène dépouillée qui s'intéresse plus aux symboles qu'aux grands discourts. Ainsi que quelques plans signifiants, tout est dit sur la nature complexe du tueur, comme sur son attachement à Kitty. Le trio d'acteurs tous aussi talentueux fonctionne très bien et s'adjoint à la mise en scène subtile et efficace dans son évocation du mystère, de l'horreur comme du romanesque.

Le film finit toutefois par retrouver l'esprit du roman avec, une psychologie plus affinée, et l'emploi de méthodes d'enquêtes scientifiques comme l'utilisation des empreintes digitales, offrant un final intéressant. THE LODGER oscille donc entre le film noir et le roman gothique, distillant une atmosphère fantastique par moment, et, à d'autres, ouvrant la voie aux thrillers psychologiques qu'on verra naître dans les années 80 et 90.

Sophie Schweitzer
27/04/2018
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
Vous aimez The Lodger ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €