The Loved ones


ORIGINE
Australie
The Loved ones Affiche

ANNEE
2009
REALISATION

Sean Byrne

INTERPRETES
Xavier Samuel
Robin McLeavy
John Brumpton
Richard Wilson
Victoria Thaine...
AUTEUR DE L'ARTICLE: André Côte
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
L'incroyable Hulk
Hellraiser 3 : L'enfer sur Terre
Hellraiser 2 : Les écorchés
Hellraiser : Le Pacte
Darkman 3
Dark City
Ed Wood
Le Crime Farpait
Le Sixième Sens
Spider-Man 3

Critique The Loved ones
{Photo 1 de The Loved ones} Un lycéen, Brent, refuse d'inviter sa camarade de classe Lola pour l'accompagner au bal de promo. La demoiselle le kidnappe pour le torturer en guise de vengeance.

A la vue de THE LOVED ONES, nous pouvons nous demander si la mode des Torture Porn ne connaît pas actuellement une tendance à la parodie. Cette catégorie de films d'horreur a vu son existence émerger avec le SAW de James Wan et le HOSTEL de Eli Roth. Dans le long-métrage de Wan, nous voyons des individus, a priori ordinaires, enfermés dans des pièces, contraints de s'auto-mutiler pour s'extraire de leur piège. Dans celui de Roth, les quidams sont torturés pour d'obscures raisons. Ces longs-métrages se caractérisent par un sens du sadi{Photo 2 de The Loved ones} sme très poussé lors de ces séquestrations. Ajoutons à cela une tonalité réaliste du calvaire accentuée par une ambiance malsaine : les pièces ont une hygiène plus que douteuse, l'éclairage est vacillant et de très gros plans dévoilent des plaies béantes.

Ainsi, l'élément commun réside dans cette souffrance que cherchent à causer les tortionnaires sur les personnes lambda tombées entre leurs mains, et les metteurs en scène cherchent à nous faire partager cette douleur. Or, dans le film de Sean Byrne, l'atmosphère générale nous renvoie plus volontiers à la comédie. Ici, le Torture Porn semble pencher vers une logique de l'absurde, puisque aucun élément ne l'introduit. En effet, nous suivons, en pr{Photo 3 de The Loved ones} emier lieu le jeune homme, Brent, dans son milieu familial et scolaire, avant qu'il ne se retrouve pris en otage par sa camarade de classe, Lola, dont il a refusé l'invitation pour l'accompagner au bal. C'est cette brusque entrée en matière dans la folie du personnage féminin qui fait basculer le long-métrage de la chronique à l'horreur grand-guignolesque.

De ce fait, on remarque que Sean Byrne a parfaitement réussit cette impression d' « Autre Monde » pour les scènes se déroulant dans la maison de Lola. On pourrait lui reprocher ses tentatives pour suivre d'autres protagonistes (les amis de Brent qui vont à ce fameux bal pendant que celui-ci subit mille et un sévices) mais il faut bien reconnaît{Photo 4 de The Loved ones} re que cela permet à Byrne de crédibiliser le cadre social dans lequel évoluent les deux personnages principaux : on comprend mieux de quelle manière une personnalité comme Lola peut évoluer dans une commune tranquille sans éveiller les soupçons. Une tentative louable en soit, puisqu'elle permet de donner un peu d'épaisseur aux personnages, mais un peu laborieuse le plus souvent, même si elle offre au récit (et par extension, aux spectateurs) plusieurs moments de respirations.

Toutefois, pour une personne insensible à l'humour très noir, il est vrai que les débordements dans le gore peuvent être de nature à choquer. Les punitions de Brent sont si extrêmes qu'il faut avoir le cœur bien accroché. Citons cette scène où le jeune homme endure une séance à la perceuse sans anesthésie. Avec le cabotinage de l'actrice interprétant Lola et le décor de la maison, la situation paraît si excessive qu'elle se prête à sourire. Il en va de même lorsque le jeune homme, une fois libéré, cherche à faire passer sa tortionnaire de vie à trépas durant sa fuite. Le sort de la jeune fille évoque alors celui de l'animal malveillant du dessin animé BIP BIP ET COYOTE.

Si l'on concède un récit au démarrage assez lent, le long-métrage de Sean Byrne se révèle au final assez savoureux pour les aficionados de gore et de chair maltraitée. Une petite surprise qui devrait rassasier les amateurs de pellicule sanglante.

André Côte
14/05/2011
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
The Loved Ones DVD Zone 2 20 €
The Loved Ones BLURAY Zone B 20 €
The Loved Ones - Pretty In Blood DVD Zone 2 18.50 €
The Loved Ones - Pretty In Blood BLURAY Zone B 21.50 €
Vous aimez The Loved ones ?
Trailer The Loved ones
En vente sur Sin'Art
  • Pochette The Loved ones - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    20€
  • Pochette The Loved ones - BLURAY  Zone B
    BLURAY Zone B
    20€
  • Pochette The Loved Ones - Pretty in Blood - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    18.50€
  • Pochette The Loved Ones - Pretty in Blood - BLURAY  Zone B
    BLURAY Zone B
    21.50€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €