The She Beast

La Sorella Di Satana
Revenge of the blood beat
Il Lago Di Satana


ORIGINE
Grande-Bretagne, Italie
The She Beast Affiche

ANNEE
1966
REALISATION

Michael Reeves

INTERPRETES
Barbara Steele
Ian Ogilvy
John Karlsen
Mel Welles
AUTEUR DE L'ARTICLE: Sylvain Pasdeloup
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
I Padroni Della Città
The old dark house
La Malédiction Des Profondeurs
L'Invasion Martienne
Les Révoltés de l'an 2000
L'enfer des zombies de Lucio Fulci
L'opération diabolique de John Frankenheimer
Les chasses du comte Zaroff de Ernest B. Schoedsack
Les monstres de l'espace de Roy Ward Baker
Mondwest de Michael Crichton

Critique The She Beast
{Photo 1 de The She Beast} Au beau milieu du 18ème siècle, à Vaubrac, petite bourgade inhospitalière de Transylvanie régie par un comte du nom de Van Helsing, une sorcière, Vardella, est chassée et attrapée par les villageois en colère. Sans attendre la présence de leur maître, exorciste émérite, les hommes de Vaubrac s'empressent d'empaler la créature démoniaque et de la condamner au bûcher avant que son corps ne finisse dans un lac environnant. Vardella a cependant le temps, dans son supplice, de maudire ses tortionnaires et leur descendance.

Deux siècles après ces événements tragiques Veronica et Philip, jeune couple anglais en voyage de noce, arrivent à Vaubrac, guère devenu plus hospitalier que deux siècles auparavant, et après une panne de voiture sont obligés d'y faire une halte prolongée. Après une rencontre avec le descendant du comte Van Helsing ainsi qu'avec un au{Photo 2 de The She Beast} bergiste affreux, sale et méchant leur présence va réveiller Vardella. Philip, aidé par Van Helsing, va devoir se battre contre Vardella pour sauver l'âme de Veronica et pour débarrasser Vaubrac de la sorcière.

Tourné en 1966 « The She Beast » est le premier des trois films officiellement réalisés par Michael Reeves, jeune réalisateur anglais, que d'aucuns disaient surdoués, qui mourut tragiquement à 25 ans d'une overdose médicamenteuse. Contrairement aux deux films suivants de son metteur en scène, les ambitieux « The Sorcerers » et « The Witchfinder General » « The She Beast » est lui un film d'horreur à tout petit budget, 40000 dollars environs, que Michael Reeves, dans sa soif de cinéma, accepta de mettre en boîte dans le seul but de provoquer quelques frissons et des rires nourris. Ainsi, si la scène d'ouverture ressemble à s'y méprendre à cell{Photo 3 de The She Beast} e d'au moins une douzaine d'autres films de terreur (la mise au bûcher de la sorcière) c'est bien sur le chemin de la dérision que veut ensuite nous emmener Michael Reeves. Ainsi le descendant du comte Van Helsing, dépossédé de son château par un pouvoir communiste fantoche, vit dans une caverne, un crâne humain sur sa table de chevet et ressemble plus à un professeur Tournesol sous acide qu'au personnage légendaire de Bram Stoker.

De même, tout au long de son film Michael Reeves distille moult gags visuels plutôt amusants sur l'idée que se faisait, et que se fait peut-être encore, l'occident sur les régimes communistes prédominants alors en Europe de l'Est. Au choix, les habitants de Vaubrac sont sales, idiots, obsédés sexuels et le pouvoir, représenté par des policiers incompétents, y est tourné en ridicule, notamment dans une course poursuite vr{Photo 4 de The She Beast} aiment hilarante à laquelle prend part un curieux motard moustachu sorti de nulle part.

Pour autant Michael Reeves n'oublie pas de truffer son film de scènes violentes et même un poil gore comme ce meurtre brutal à la faucille lors duquel le sang de l'affreux aubergiste vient éclabousser le visage de la sorcière ou la scène initiale du bûcher. Le maquillage de Vardella est d'ailleurs assez spectaculaire et ce personnage hideux, véritable craignos monster, provoque au choix sourires ou effroi à chacune de ses apparitions.

Du côté de l'interprétation nous retrouvons ici le très british Ian Ogilvy dans le rôle de Philipp. Ogilvy, ami d'enfance de Michael Reeves sera également de ses films suivants, sorte de fil conducteur entre ces différents opus. Veronica est elle campée par Barbara Steele, alors déjà propulsée icône du cinéma d'horreur européen. Barbara Steele accepta pour le film un cachet de 1000 dollars pour seulement un jour de tournage...que Michael Reeves mit à profit en la faisant travailler 18 heures de suite, ce qui explique peut-être les traits parfois tirés de la star. Si ces deux personnages ne se départissent que très peu de leur sérieux les performances savoureuses de Mel Welles, grand habitué du cinéma de Roger Corman, dans le rôle de l'odieux aubergiste, et surtout de l'excellent John Karlsen dans celui d'un Van Helsing de pacotille permettent de rendre le film comestible.

Rempli d'invraisemblances scénaristiques et bien loin d'être aussi intéressant et ambitieux que les deux opus suivants de Michael Reeves « The She Beast » représente une curiosité pour tout amateur de bis qui se respecte et s'avère, grâce au second degré qui le parsème, somme toute assez agréable à suivre.

Sylvain Pasdeloup
13/01/2015
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
The She-beast DVD Zone 1 19.43 €
Vous aimez The She Beast ?
Trailer The She Beast
En vente sur Sin'Art
  • Pochette The She-Beast - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    19.43€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €