The Wig

Ga-bal
Scairy Hair


ORIGINE
Corée du Sud
The Wig Affiche

ANNEE
2005
REALISATION

Shin-yeon Won

INTERPRETES
Min-seo Chae
Hyon-Jin Sa
Seon Yu
Critique The Wig
{Photo 1 de The Wig} Su-Hyeon et Ji-Hyeon sont deux sœurs très proches d'une vingtaine d'années. Elles le sont d'autant plus que toutes les deux sont comme marquées par un destin tragique. A la suite d'un accident de la route, Su-Hyeon a perdu l'usage de la parole. Quant à Ji-Hyeon, elle souffre d'un cancer et ses jours sont comptés. Pour redonner un peu de sûreté à Su-Hyeon après une chimiothérapie, Su-Hyeon lui offre une perruque. Très vite, Ji-Hyeon semble aller beaucoup mieux. Elle est moins fatiguée qu'avant. Encore mieux, elle a même bonne mine ! Parallèlement, d'étranges visions viennent perturber ses espoirs de guérison.

Avec l'idée d'une perruque hantée, on pouvait crain-dre le pire et en particulier le déclin du cinéma d'Horreur asiatique en parodie. Heureusement, nous n'y sommes pas encore{Photo 2 de The Wig} et GA-BAL est un vrai film de terreur psychologique et horrifique dans le plus pur style des dizaines d'autres films asiatiques (souvent coréens d'ailleurs) que nous vous présentons depuis plusieurs numéros au sein de ces pages.

Cela ne signifie pas que GA-BAL soit un bon film. Tout comme RED SHOES, GA-BAL dispose d'une idée de départ farfelue et même idiote. Après les chaussures hantées, voici donc la perruque hantée. RED SHOES s'en tirait finalement plutôt bien grâce à quelques séquences chocs virant sur le gore et une photographie somptueuse... Deux qualités que GA-BAL ne possède pas, malheureusement.

Par conséquent, en l'absence de scènes fortes et d'originalité, le premier film de Won Shin-yeon s'avère rapidement ennuyeux. Le scénario tourne un peu en rond et semble n'être qu'un{Photo 3 de The Wig} prétexte pour aligner quelques séquences horrifiques toutes inspirées des classiques du genre comme RING, JU-ON ou encore TALE OF TWO SISTERS. La parenté avec ce dernier se voit au niveau du scénario avec ce destin tragique qui unit deux soeurs. Cette impression de « bouffer à tous les râteliers » finit par devenir irritante, même si une ou deux scènes, par-ci, par-là, réussissent effectivement à nous faire sursauter... On sursaute, certes, mais on n'a pas peur pour autant, là est la différence entre les bons films de terreur et les moins bons.

Le film peut néanmoins se targuer de quelques réussites. La grande scène de terreur du film se déroule dans des WC et l'angoisse naît lorsqu'on finit par se demander ce qui se trouve sous la porte des toilettes d'à côté. La séquence rappelle in{Photo 4 de The Wig} évitablement, celle, effrayante, c'est peu dire, de la cuisine dans TALE OF TWO SISTERS. La scène de GA-BAL n'atteint pas ces extrêmes mais reste efficace. Parmi les autres points positifs, la révélation finale s'inscrit dans le plus pur style de ce genre de film. Un élément primordial est donné au début du film. A ce moment-là, il s'avère dérangeant. On l'oublie par la suite et il revient lors du climax. Un autre point à mettre à l'actif du film est la représentation de cette perruque hantée à l'écran. Finalement, Won Shin-yeon a au moins le mérite d'avoir réussi à la rendre crédible et jamais ridicule, ce qui est un exploit en soi... A la lecture de l'idée du film, nul doute qu'une minorité de gens aurait donné cher de sa peau.

GA-BAL n'en est pas pour autant un film indispensable. Les amoureux des films d'horreur asiatiques seront servis mais sans plus. Le film est trop mou et pas assez ludique, à l'instar de l'explication du pourquoi la perruque est hantée qui est très vite expédiée. De même, si le personnage de Ji-Heyon est touchant avec cette malédiction qui vient se greffer à sa maladie (Seon Yu, également vue dans THE BIG SWINDLE et UNIVITED, un autre film d'horreur, bien plus mauvais en revanche), celui de Su-Hyeon est inexistant. Chae Min-Seo (CHAMPION) ne parvient pas à donner vie à ce personnage. Un handicap aussi important était sans doute une erreur. Etre muet n'aide pas à exprimer des émotions.

Il reste de GA-BAL l'impression d'un film moyen, ni bon, ni véritablement mauvais, sympathique si l'on n'est pas encore gavé par les films d'horreur asiatiques.

André Quintaine
22/12/2009
Cet article est paru dans Sueurs Froides n°27
Cliquer ici pour télécharger ce numéro
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   

Sueurs Froides.fr > Critique > Asian Scans
AUTEUR DE L'ARTICLE: André Quintaine
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Sandy Blanco
Avant l'Aube
Planet of Dinosaurs
Bad Boy Bubby
Amusement
Frayeurs
Freaks
Les Griffes de la Nuit
Made in Britain
Massacre à la Tronçonneuse


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
The Wig DVD Zone 3 28 €
The Wig DVD Zone 2 20 €
Vous aimez The Wig ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette the Wig - DVD  Zone 3
    DVD Zone 3
    28€
  • Pochette The Wig - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    20€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €