Théorie de la religion


ORIGINE
Québec
Théorie de la religion Affiche

ANNEE
2010
REALISATION

Frédérick Maheux

AUTEUR DE L'ARTICLE: Alexandre Thevenot
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Phase IV
Thanatomorphose
Festival des Maudits Films 2013
Prince Killian et le trésor des templiers
Mutiny in outer-space
Alien, le Huitième Passager
L'au-delà
La jetée
Persona
Robocop

Critique Théorie de la religion
Un homme accomplit une sorte de rituel autour d'une poupée. Un photographe capte sa transe et les différentes étapes du rituel qui voient à chaque fois la poupée se dégrader et l'homme s'avilir.

« Que cette nuit soit éternelle. Il se retrouve seul en compagnie de son obscur objet de désir. Magnifique, Elle est entièrement soumise à son maître. Son corps, Il en a pris possession et en fera tout ce qui lui procurera jouissance. À ses côtés se trouvent ses accessoires fétiches : lames de toutes les tailles, marteau, clou, de quoi ouvrir une véritable quincaillerie coquine. Loin des regards, mis à part cet étrange photographe qu'Il ne semble pas remarquer, et prisonnier de la protection de son appartement, Il amorce enfin ce moment qu'Il attendait depuis toujours, cette cérémonie érotique où s'assouviront ses inavouables envies sadomasochistes. Elle, Il a l'intention de la faire souffrir. Son corps, Il le déchirera, le découpera, le brûlera. Et jamais Elle ne le priera d'arrêter, même lorsque la douleur aura atteint son paroxysme. Parce qu'Elle n'est pas de chair, mais de plastique. Parce que les poupées, simulacres sans vie des femmes, font les meilleurs esclaves. Ce sera atroce, mais également si beau. Ô Eros, que votre volonté soit faite ! Que cette nuit soit éternelle ! »

Comme toujours dans l'univers de Frédérick Maheux, les films sont précédés d'un court texte qui fait office de résumé mais qui n'en est pourtant jamais vraiment un. Le texte au style quasi-littéraire propose, tout en faisant partie intégrante de l'œuvre, une sorte d'introduction au film et aux images auxquelles le spectateur sera confronté. Par cette manière plus efficace qu'un simple résumé, le réalisateur parvient à mettre en confiance le spectateur et à lui fournir quelques éventuelles pistes de réflexion. Telles sont donc les lignes qui introduisent son premier long métrage THÉORIE DE LA RELIGION.

Il est difficile de qualifier THÉORIE DE LA RELIGION, d'une part à cause de son style et d'autre part de sa conception. Nous pourrions dire de façon générique qu'il emmène le spectateur aux frontières indiscernables du cinéma expérimental, de l'art vidéo, du documentaire et de la pure expérience des sens.

Trois personnes ont participé et conçu le film : Frédérick Maheux, et les deux acteurs. Le tournage s'est déroulé d'une seule traite, en une sorte de performance autant physique qu'artistique de plus de dix-huit heures. C'était l'occasion pour eux, nous dit Frédérick Maheux, de vivre le tournage comme une expérience en soi, comme une sorte de communion, de transe.

Il serait inutile de chercher à tout prix une unique interprétation à l'histoire racontée. Ce qui est intéressant, ce sont toutes les sensations transmises pendant une heure à travers les images au cours d'un rituel ultra violent, tant sur le plan visuel, sonore que psychologique.

Ses précédents films comme SOLAR PALUDISM, LA FONCTION DE L'ORGASME ou YELLOW FEVER étaient des courts-métrages essentiellement constitués d'assemblages d'images se succédant à une vitesse phénoménale. Le son et la musiquevenaient former une harmonie autour de laquelle se regroupaient les images. Dans THÉORIE DE LA RELIGION, c'est le contraire : la succession des images et des séquences forment une ligne directrice et permettent la progression visible du récit. En revanche c'est au niveau du son que tout est violence et dissonance. Les différentes phases du rituel introduisent à chaque fois des éléments pour nourrir la réflexion. Cela prend la forme de pause après la violence de certains actes (brûlure, déchiquetage de la poupée, éjaculation, etc). Ces moments qui ponctuent le film sont souvent à la limite de la mélancolie et de la poésie parce que, grâce à eux, le rythme ralentit, tempère le film. La musique change également suivant l'importance et la tension des évènements. Ces moments prennent également la forme de cartons sur lesquels s'inscrit une citation. La première de ces citations au début du film est tirée de Sade et livre une première piste de lecture quant aux images qui vont suivre. La deuxième permet de comprendre le changement de statut des protagonistes (l'homme et sa poupée). La troisième conclut le film. Bien sûr ces pistes n'apportent pas de vérité absolue, mais elles ponctuent le métrage comme pour marquer les étapes qui le font progresser vers la fin.

L'esthétique du film et la façon dont le tournage s'est effectué fait beaucoup penser à l'art vidéo. Le film a d'abord été tourné en vidéo puis retravaillé sur bande vhs pour faire croire à une sorte de vidéo-fiction très violente et réaliste usée par les nombreux visionnages. Cela confère à l'œuvre un côté expérimental supplémentaire qui vient compléter l'utilisation de la musique et l'assemblage des différentes séquences parfois proches d'une forme de surréalisme.

THÉORIE DE LA RELIGION est une œuvre qui mérite le détour. D'une part parce qu'elle nous permet de plonger dans un univers unique et singulier, aux confins de l'expérimental et de la subversion. D'autre part parce qu'au-delà des images, elle livre une réflexion intéressante sur le pouvoir de l'image.

Alexandre Thevenot
02/05/2011
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Indie Eye
Vous aimez Théorie de la religion ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €